Biélorussie : le choix de Poutine ?

CHRONIQUE. C'est à reculons que l'Ouest s'embarque dans des mesures visant à punir la Biélorussie de Lukashenko de ses derniers méfaits. Le régime actuel à Minsk, étant en mode survie, n'avait évidemment pas prévu un tel retentissement international, tout préoccupé, voire obsédé, qu'il est à tenter de neutraliser ses adversaires. Il est vrai aussi que Lukashenko se désintéresse désormais totalement de sa réputation et de l'image qu'il projette, persuadé qu'il est protégé par la Russie - et qu'il restera. Par Michel Santi, économiste (*)

3 mn

De gauche à droite, le président russe Vladimir Poutine et le président biélorusse Alexandre Loukachenko.
De gauche à droite, le président russe Vladimir Poutine et le président biélorusse Alexandre Loukachenko. (Crédits : Reuters)

Le milieu des affaires et de l'industrie russe considère Lukashenko et ses sbires avec grande méfiance, sinon avec mépris, et refuse que ses pouvoirs publics dépensent de quelconques ressources supplémentaires sur la Biélorussie. Voilà donc les limites de l'action et du soutien que peut apporter Poutine au dictateur biélorusse : ils sont assez clairement définis par les élites russes qui désapprouveront une forte implication de la Russie en faveur du pouvoir en vigueur actuellement en Biélorussie - et qui le feront savoir à Poutine. Car il est une autre menace, autrement plus sérieuse, qui pèse sur l'économie russe et qui est la hantise de son milieu des affaires, à savoir l'exclusion du pays du système de paiement international SWIFT.

Les transactions financières comme arme

À cet effet, la résolution adoptée le 29 avril dernier par le Parlement européen selon laquelle la Russie serait chassée de SWIFT en cas d'invasion de l'Ukraine par ses troupes n'est que le tout dernier rebondissement d'une très sérieuse réflexion que mène l'Ouest en ce sens depuis 2014. Véritable bombe nucléaire qui dévasterait l'économie russe, souvenons-nous des exportations iraniennes qui s'étaient effondrées de 50% lorsque ce pays en avait lui aussi été exclu en 2012. L'économie russe, quant à elle, affiche une dépendance considérable à SWIFT qui lui permet de rentrer des devises à la faveur de ses ventes d'hydrocarbures. Une exclusion de SWIFT coûterait au moins 10 points de base au PIB russe, signerait l'arrêt de mort de toutes les transactions internationales, provoquerait une crise monétaire accompagnée d'une fuite massive de capitaux.

Déjà, en 2014, l'économie russe avait eu un avant-goût de ces conséquences lorsqu'un certain nombre de banques du pays furent mises par le gouvernement des États-Unis sur la liste noire, ayant immédiatement conduit Visa et Mastercard à suspendre tout service et à bloquer tous les usagers inscrits depuis ces établissements. Depuis, l'État russe a certes mis en place un système national de cartes de crédit appelé «Mir», soit «Le Monde». Avec un succès limité puisque ce mode de paiement n'est accepté à l'étranger qu'en Arménie, en Abkhazie, en Ossétie du Sud, dans certaines régions de Géorgie et partiellement en Turquie... Par ailleurs, la Russie a bien tenté de remplacer dès 2014 le réseau SWIFT par un équivalent national appelé "System for Transfer of Financial Messages" (SPFS) qui compte aujourd'hui parmi ses membres environ 450 institutions financières, néanmoins toutes russes puisque des banques étrangères opérant en Russie comme Deutsche Bank n'y ont toujours pas adhéré.

Le dileme de Poutine

Une alliance avec le système chinois de paiements internationaux, "Chinese Cross-Border Interbank Payment System" (CIPS), est parfois suggérée par certains en Russie comme moyen de contourner SWIFT, et ce d'autant que les chances du Renminbi de rivaliser un jour avec le dollar sont nettement plus importantes que celles du Rouble. Pas dans un avenir proche, pourtant, car la monnaie chinoise ne représente que 2% des transferts de fonds à travers le monde quand le billet vert, lui, se taille la part du lion avec 40%. Le Renminbi est également largement distancé par l'Euro, par le Yen et par la Livre Sterling, et le système CIPS chinois pour sa part ne recueille que 0.3% du volume généré par SWIFT.

Dans un contexte peu réjouissant pour l'économie russe n'ayant à l'heure actuelle aucune porte de sortie ni alternative digne de ce nom, Poutine - dont la priorité est l'Ukraine - lâchera prochainement Lukashenko.


_____

(*) Michel Santi est macro-économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.
Il vient de publier « Fauteuil 37 » préfacé par Edgar Morin. Il est également l'auteur d'un nouvel ouvrage : « Le testament d'un économiste désabusé ».
Sa page Facebook et son fil Twitter.

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 31/05/2021 à 13:25
Signaler
VVP a fait un autre prêt de 500M US dollars à son partenaire en tyrannie qu'il n'abandonnera pas car il peut se servir du territoire biélorusse pour attaquer l'Ukraine. Dans un entretien de 3 heures en russe la président biélorusse a laissé clairemen...

à écrit le 31/05/2021 à 9:29
Signaler
"Mir"ne veut pas dire "le monde" en russe, mais "paix". "Guerre et paix" de Tolstoï = "voyna i mir"

à écrit le 31/05/2021 à 8:29
Signaler
Gratuité de l'éducation et de la santé en Biélorussie soit dit en passant, pays moins inégalitaire que la Russie sans parler de son protectionnisme agricole.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.