CETA et Mercosur : pourquoi les agriculteurs vont continuer la lutte

 |   |  1688  mots
(Crédits : David Girard 2018-317)
IDEE. Ces accords de libre-échange accentuent le déséquilibre entre les différents acteurs des marchés agricoles mondialisés, aux dépends des agriculteurs. Par Bertrand Valiorgue, Université Clermont Auvergne et Xavier Hollandts, Kedge Business School

L'année 2019 aura été marquée par une forte opposition des agriculteurs français et européens à deux importants traités de libre-échange : le CETA, passé avec le Canada (entré en vigueur en 2017 au sein de l'Union européenne et ratifié par les députés français en juillet 2019) et le Mercosur, passé avec l'Argentine, le Brésil, l'Uruguay et le Paraguay (non encore ratifié au niveau européen).

Sans un sursaut de la politique agricole commune (PAC), il y a toutes les chances pour que cette mobilisation perdure.

Investissements et surcoûts

L'agriculture française est l'une des plus sûres au monde. Les normes sanitaires et environnementales imposées par le régulateur français et européen ont conduit les agriculteurs à développer des compétences et des comportements qui sécurisent la qualité de l'alimentation.

Ces normes poussent également à l'adoption d'usages souhaités toujours plus vertueux en matière de protection de l'environnement. Une simple comparaison des pratiques agricoles actuelles avec celles des années 1990 permet de prendre la mesure de ce saut qualitatif (abandon de certaines molécules, prise en compte de la biodiversité, qualité de l'alimentation du bétail, par exemple).

Des pesticides autorisés ou interdits en fonction des pays. IBAMACC BY-NC-ND

On a souvent tendance à oublier que ces démarches d'amélioration ne se réalisent pas sans investissements ni surcoûts. La substitution d'une technique de production par une autre n'est pas qu'un simple changement d'habitude pour un agriculteur. C'est un investissement, un apprentissage et un risque nouveau qu'il faut apprendre à gérer.

On oublie aussi régulièrement que ces investissements et surcoûts sont très difficilement répercutés sur les prix, du fait de la structure et du fonctionnement des marchés des matières premières agricoles. Un agriculteur soucieux de l'environnement et de ses pratiques n'est pas un agriculteur mieux rémunéré.

Cette dure loi économique, que l'on retrouve dans le secteur agricole, porte le nom d'« effet tapis roulant ». Elle a été introduite pour la première fois par l'économiste Willard Cochrane.

« L'effet tapis roulant »

Pour rester compétitifs et présents sur les marchés, les agriculteurs doivent procéder à des investissements et à l'incorporation de nouvelles technologies qui les rendent plus productifs. Cela engendre une plus grande disponibilité de denrées alimentaires commercialisées sur les marchés des matières premières et une baisse concomitante des prix.

Il faut alors procéder à de nouveaux investissements et à l'incorporation de nouvelles technologies pour rester sur le marché. On a, à l'arrivée, des agriculteurs toujours plus efficients mais faiblement rémunérés. Ils doivent toujours courir plus vite sur le tapis roulant sans que leurs situations économiques progressent pour autant.

Le même effet (tapis roulant) s'observe au niveau de la préservation de l'environnement. Les agriculteurs incorporent des normes environnementales toujours plus contraignantes sans jamais bénéficier d'augmentation des prix.

L'UE en pleine contradiction

La signature des traités CETA et Mercosur touche directement à cette question en faisant entrer sur le territoire européen et français des denrées alimentaires produites selon des normes bien moins strictes, voire tout simplement interdites aux agriculteurs hexagonaux : utilisation d'hormones de croissance, sélection génétique, farines animales, recours à certaines molécules chimiques...

Ces accords contribuent ainsi à déverser sur le marché français et européen des matières premières agricoles moins chères et produites dans des conditions peu soucieuses de l'environnement.

C'est cette réalité brutale qui a poussé les agriculteurs français et européens à descendre dans la rue afin de dénoncer une concurrence déloyale, réalisée au détriment de l'environnement et de leurs exploitations.

On le comprend bien, l'Europe envoie aujourd'hui un message contradictoire à ses agriculteurs, leur demandant de respecter des normes strictes tout en ouvrant ses portes à des produits bien moins contrôlés. Elle accélère de la sorte la vitesse de rotation du tapis roulant tout en augmentant les charges que doivent supporter les agriculteurs français. Ces derniers progressent de manière continue sur le respect de l'environnement sans que les marchés récompensent les efforts accomplis.

Les géants de l'agroalimentaire renforcés

S'ils sont contestés par les agriculteurs, les traités CETA et Mercosur sont en revanche plébiscités par les industriels de l'agroalimentaire. Ces derniers y voient une possibilité d'accéder à de nouveaux marchés.

Lactalis, le géant français des produits laitiers qui vient de faire l'acquisition de la branche laitière Kraft Heinz au Canada, se montre ainsi très enthousiaste quant à la signature du CETA lui permettant de renforcer son positionnement concurrentiel.

Cette présence commerciale accrue des deux Amériques sur les marchés alimentaires mondiaux est ainsi présentée comme une véritable opportunité pour les agriculteurs français : selon les industriels de l'agroalimentaire, ils devraient pouvoir écouler leurs productions sur de nouveaux marchés.

Si pour certaines productions de niche, valorisant des savoir-faire et des terroirs, cette opportunité est réelle, dans une majorité des cas, l'ouverture ne bénéficiera que de manière très marginale aux agriculteurs. Elle risque en revanche d'avoir nombre d'effets négatifs.

L'approche du « too big to feed us » (« trop gros pour nous nourrir »), développée par les économistes du laboratoire d'idées iPES Food, traduit bien l'état d'inquiétude.

La main sur les prix et les volumes

Les marchés alimentaires possèdent une structure oligopolistique : sur chaque secteur concerné (lait, viande, céréales), on note la présence d'acteurs de très grande taille qui ont un pouvoir de négociation déterminant face aux agriculteurs.

Les 10 plus grandes firmes de l'alimentaire contrôlent ainsi à elles seules 90 % des échanges. Et comme le montrent les travaux de l'économiste C. Peter Timmer, la concentration du secteur de la distribution ne fait que renforcer cette même dynamique chez les des industriels de l'agroalimentaire ; seuls les plus gros acteurs d'envergure mondiale semblent pouvoir survivre.

Ces entreprises agroalimentaires géantes ont réussi à obtenir un pouvoir de marché sans précédent leur permettant d'imposer des prix, des volumes et des normes de productions aux agriculteurs.

Les travaux de Mickael Porter en économie industrielle éclairent cette augmentation du pouvoir de marché des industriels - qu'il définit comme la capacité qu'une entreprise développe pour obtenir des concessions sur les prix et les volumes en jeu dans les transactions avec ses fournisseurs.

Les pièges d'une production standardisée

Ce pouvoir de négociation est d'autant plus fort que les fournisseurs produisent des biens standards. On parle généralement de « commodités » pour décrire ce type de bien, produits et commercialisés selon des conditions homogènes et banalisées.

Le pouvoir de négociation de l'acheteur est également renforcé quand il représente une part importante du chiffre d'affaires de ses fournisseurs et que ces derniers ne peuvent pas facilement changer de partenaire commercial pour vendre leurs produits à des concurrents susceptibles de se montrer plus généreux. La plupart des agriculteurs français et européens se trouvent aujourd'hui embarqués dans de telles relations commerciales, dont on peut dégager trois grandes caractéristiques.

Tout d'abord, leurs productions sont banalisées, les consommateurs ne font plus la différence entre un lait produit en France, en Allemagne ou en Nouvelle-Zélande. Un industriel peut alors très facilement changer ses sources d'approvisionnement.

Ensuite, les agriculteurs livrent souvent 100 % de leur production à un seul industriel. L'arrêt des relations commerciales avec celui-ci signifiant l'arrêt et la disparition de son exploitation agricole.

Enfin, changer de partenaire commercial est souvent inenvisageable. La concentration des industriels de l'agroalimentaire rend impossible la contractualisation avec d'autres partenaires, à moins de délocaliser l'exploitation agricole.

Les traités CETA et Mercosur participent pleinement à cette dynamique de concentration des acteurs de l'agroalimentaire, renforçant leur pouvoir de marché face aux agriculteurs.

Ceux-ci deviennent ainsi toujours plus dépendants des industriels - de moins en moins nombreux et toujours plus puissants. Ces derniers peuvent alors imposer les prix, les volumes et avoir éventuellement recours à d'autres producteurs agricoles.

Une PAC déboussolée

Le refus de signer les traités CETA et du Mercosur est emblématique d'une inquiétude de la part des agriculteurs qui les perçoivent comme des moyens supplémentaires pour renforcer le pouvoir de marché des industriels à leurs dépends.

Ils ont pris conscience que la structure oligopolistique des marchés alimentaires et leurs modes de fonctionnement apportent des bénéfices très limités aux agriculteurs mais renforcent toujours un peu plus le pouvoir de marché des industriels.

Ces industriels sont devenus trop gros pour rémunérer les agriculteurs, car les relations commerciales sont totalement déséquilibrées. Ils ont acquis un pouvoir de marché qui leur permet de faire les prix et les volumes. Ils capturent une valeur économique qui ruisselle au compte-gouttes auprès des agriculteurs. Le CETA et le Mercosur sont perçus par eux comme en ensemble de mesures qui accélèrent la concentration des chaînes de valeur alimentaires et font d'eux les grands perdants.

La contestation des agriculteurs au sujet des traités de libre-échange CETA et Mercosur met en évidence les contradictions de la politique agricole commune. Ces contradictions sont de plus en visibles et difficilement supportables pour les agriculteurs français et européens qui multiplient les mouvements de contestation.

Reste à savoir si le Pacte vert pour l'Europe, que la nouvelle commission européenne souhaite mettre en place, va permettre de résoudre les atermoiements d'une PAC sérieusement déboussolée.

The Conversation ________

Par Bertrand ValiorgueProfesseur de stratégie et gouvernance des entreprises, Université Clermont Auvergne et Xavier HollandtsProfesseur de Stratégie et Entrepreneuriat, Kedge Business School. 
Frédéric Courleux, directeur des études et des recherches au sein du laboratoire d'idées Agriculture stratégies est co-auteur de cet article.

 La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2020 à 10:46 :
Alors que la solution est simple, imposer la permaculture en France en protégeant ce marché pour notre santé via du protectionnisme, aucun juge au monde ne pourrait nous en pénaliser.

"Si vous ne trouvez plus rien, cherchez autre chose." Brigitte Fontaine.

Là le seul but est de justifier les salaires des soldats de la FNSEA.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :