Départementales : l'emploi, amplificateur des victoires et défaites

 |   |  620  mots
Les chiffres du chômage pour février, publiés ce mercredi soir, seront abondamment utilisés durant les derniers jours avant le second tour
Les chiffres du chômage pour février, publiés ce mercredi soir, seront abondamment utilisés durant les derniers jours avant le second tour (Crédits : Reuters)
Les chiffres du chômage publiés ce mercredi soir auront un impact non négligeable sur le deuxième tour des départementales. Par Jacky Isabello - co-fondateur de l'agence CorioLink

 La publication ce mercredi du nombre d'inscrits à Pôle Emploi à fin février constituera un enjeu pour le gouvernement au lendemain du premier tour d'élections départementales moins difficiles que prévu pour le PS, légèrement décevantes pour le FN et presque euphorisantes pour l'UMP.

A ce jeu d'un scrutin sans perdant pour paraphraser un grand quotidien national, les traditionnels chiffres du chômage qui paraitront ce mercredi à 18 heures pourraient être un élément déséquilibrant une balance électorale solidement ancrée dans un tripartisme, nouveau en France, et imposé par la force des choses.

L'emploi : catalyseur des affrontements politiques

Dimanche soir, lorsque Nicolas Sarkozy réagit à la publication des résultats du premier tour, il martèle ; « Depuis 3 ans, on ne cesse de mentir aux Français sur le chômage (...), L'alternance est en marche et rien ne l'arrêtera ». Cette déclaration s'ajoute à d'autres, puisque le président de l'UMP a prédit "beaucoup plus de chômeurs" fin 2015. Il a aussi estimé que le chômage ne baisserait qu'après le départ de François Hollande comme pour lui rappeler son engagement de conditionner sa candidature en 2017 à une reprise de l'emploi.

De son côté Marine le Pen lors de cette même soirée électorale territorialise son discours. Elle insiste sur l'action de ses élus pour : « sauver les grandes politiques sociales qui sont associées aux départements » soulignant ainsi, dimanche et durant toute la campagne, que les « élites dirigeantes » ne sont absolument pas à la hauteur des enjeux en matière d'emplois.

Quant au Président de la République, au-dessus de la mêlée durant cette séquence électorale il n'est toutefois, jamais très loin du terrain de jeux. Il se murmure qu'il consacrerait un déplacement, dans cette semaine d'entre-deux-tours, sur le thème de « La France qui gagne ».

Chiffre du chômage : sanction ou résurrection

Une embellie des chiffres du chômage, aurait le meilleur effet dans le paysage qui se dessine. L'année 2015 s'est ouverte sur un léger recul : -19.100 inscrits sans activité en janvier en métropole, pour un total de 3,48 millions de demandeurs d'emploi sans activité. Une deuxième amélioration des statistiques à quelques jours du second tour aurait des impacts susceptibles de modifier le comportement des électeurs.

D'un part ; l'emploi est un thème sur lequel l'ensemble de l'opposition s'accorde à accabler l'action du gouvernement. D'autre part, le gouvernement lui-même reconnaît l'impossibilité d'un second mandat présidentiel si le bilan n'est pas positif sur ce sujet ultra-sensible.

Un troisième facteur pourrait mobiliser l'ensemble des forces de gauche pour tenter de limiter la débâcle, déjà édulcorée par un premier tour en trompe l'œil, en instrumentalisant des chiffres meilleurs que prévu en matière d'emploi. En effet, tous les économistes reconnaissent la difficulté pour un pays de faire baisser le chômage en dessous de 1,5 %, de croissance. Un début d'inversement de cette fameuse courbe aurait valeur de quasi-exploit et autant d'arguments électoralistes.

Un effet désastreux d'une nouvelle hausse du chômage

Mais, car il y a un mais, si d'aventure, les chiffres du chômage augmentaient mercredi, l'effet balancier aurait des conséquences désastreuses pour les candidats de la gauche encore en lice.

L'emploi, en tant qu'arme politique, conserve un rôle déterminant dans l'acte de vote, que ce soit par le hasard du calendrier ou non. Est-il le seul ? Un autre hasard calendaire a offert ce mardi une mesure tant attendue par les élus écologistes, le décret d'encadrement des loyers issu de la loi dite ALUR pour les villes de Lille et Paris. Hasard ou coïncidence !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2015 à 16:12 :
attention, les votants vont être poursuivis pour complicité avec les élus de refus de simplification du mille feuille, de refus de suppression des départements et emplois fictifs avec la création du binôme HF, de discrimination vis à vis des homos non représentés dans ce tandem, de complicité de détournement massif d'argent public en bande organisée....
parce que voter c'est cautionner tout ça, c'est condamnable, attention !!!!
a écrit le 25/03/2015 à 16:08 :
ils se battent entre eux uniquement pour le pouvoir, mais fuient tous les vrais problèmes, et ensuite attention de bien voter sinon on n'est pas de bons citoyens.....mais que font ils pour réduire le chômage, la diarrhée de dépenses publiques, la dette, les problèmes des citoyens....

rien, ils gèrent leurs élections, et il est vrai c'est déjà assez compliqué pour eux, ne leur demandez pas de travailler pour ceux qui les paye pour gérer et manager les services publics !!!
mais de quoi il parle ??? on t'a dit pour qui voter, on s'est entendu entre nous !!!
a écrit le 25/03/2015 à 16:03 :
les citoyens regardent comment évolue la situation économique et de l'emploi, et ce que font les politiques, attendent le traitement du mille feuille, des gaspillages publics monstrueux, la simplificaton de l'usine fantome, la rationnalisation des services publics....

et les politiques avec l'aide des médias (subventionnés donc complices) leurs servent des discours de racisme politique pour maintenir les guerres de religion gauche droite pour faire oublier le fond, l'anti FN récurent, la paille dans l'oeil du voisin, mais absolument rien sur le fond, pas plus que le FN...

et on s'étonne du taux d'abstention, de la montée du FN......repartez dans votre fusée, vous ne servez à rien...vous nous coutez pour nous détruire....
a écrit le 25/03/2015 à 10:36 :
Alors que les jeunes sont largement exclus de la vie active malgré les écoles, pourquoi ne pas demander la définition des mots, il semblerait que le français soit, menteur, hypocrite ou compliqué, comme la définition de libéral social. Par exemple on parle d’une sécurisation des parcours, c’est de l’esbrouffe…
a écrit le 25/03/2015 à 10:25 :
Pour l'emploi alors que les jeunes sont clairement discriminés, à quand un paiement d'indemnités pour le social non appliqué alors que les témoignages sont nombreux.
a écrit le 25/03/2015 à 10:05 :
On nous sert un QE comme étant le problème de notre faible croissance. Il a été mis en place en 2009 aux USA… l’Europe c’est l’incurie, les institutions dysfonctionnent. Pour victimes des millions de chômeur, une augmentation de la pauvreté et de jeunes diplômés discriminés à l’expérience alors qu'on subventionne des emplois aidés. Les boomers sont des incapables en termes de croissance et d’emploi : on annonce 1,1% de croissance, mais les américains font plus du double. Le PMI manufacturier est annoncé en Mars en négatif… où est la relance ? En Allemagne c’est positif ! Ne devrait-on pas demander à Mr le boomer la définition de croissance et emploi. On fait dans le non pourvu… est-ce à cause de professions maltraitées ? A quand une alliance diplômés sans emploi adéquat ou en emploi alimentaire ou précaire alors que les fonctionnaires ont la sécurité d’emploi, pour des droits avant 25 ans, la suppression des stages non rémunérés, 6 millions de pré-retraite, le remboursement de la dette par les retraités alors que les retraites des jeunes ne sont pas financées. Les boomers sont responsables du chômage de masse européen et de la baisse de la richesse par habitant. Le bon travail de l’administration s’illustre dans le crash d’avion après une révision en 2013… l’Etat dysfonctionne. La croissance c’est de la fumée et l’élimination sociale des jeunes c’est l’œuvre d’un régime bourreau !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :