En direct de la COP26 avec Bertrand Piccard : la rue devrait revendiquer les solutions autant que dénoncer les problèmes

OPINION. Les manifestations populaires pour le climat sont nécessaires, mais elles ont trop tendance à pointer du doigt ce qui ne va pas, sans évoquer les solutions à mettre en œuvre. Par Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse.

4 mn

(Crédits : DR)

Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse, psychiatre et explorateur, auteur du premier tour du monde en ballon (1999) puis en avion solaire (2015-2016), tiendra durant cette quinzaine une chronique quotidienne des succès et des déceptions de ce rendez-vous crucial pour l'avenir de notre planète. Une exclusivité pour La Tribune et le quotidien suisse Le Temps.

_________

A Glasgow, le week-end ne fut pas de tout repos. Vendredi déjà, des milliers de jeunes et moins jeunes, souvent en famille, ont répondu à l'appel du mouvement Fridays for Future, initié par Greta Thunberg, pour manifester en parallèle de la COP26. Samedi, ce sont près de 100'000 protestataires - selon les organisateurs - qui ont donné de la voix malgré une pluie battante. Au cœur des revendications, la justice climatique, soit la mise en place immédiate par les pays riches, responsables du problème, de mesures pour aider les communautés déjà affectées par le dérèglement climatique dans les pays en voie de développement. De pareils mouvements de contestation ont également occupé les rues de plus de 200 villes du monde, avec plus ou moins de succès.

Ces manifestations populaires ont un réel impact, en ce sens qu'elles donnent aux gouvernements, souvent frileux, l'occasion de prendre des engagements plus ambitieux. Dans le Canton de Vaud, en Suisse, le Parlement a adopté une motion reconnaissant l'urgence climatique en mars 2019, après que des grèves pour le climat ont occupé les rues plusieurs vendredis de suite.

Cependant, ces mouvements ont tendance à se concentrer uniquement sur les problèmes, slogans et images fortes à l'appui, avec un langage sans concession. «Et 1, et 2, et 3 degrés, c'est un crime pour l'humanité !», martèlent les militants. Je pense qu'on irait plus vite, maintenant que les problèmes sont connus, si les manifestants exigeaient plutôt la mise en place de solutions, puisqu'il y en a. Ne parler que des problèmes amène de l'angoisse, un sentiment d'impuissance, et mène souvent, paradoxalement, à l'inaction.

La fondation Solar Impulse a proposé à un des groupes de la Grève pour le Climat de participer à sa manifestation afin de porter ensemble des solutions. Les organisateurs nous ont répondu qu'ils ne souhaitaient pas promouvoir de technologies. A leurs yeux, nous étions trop orientés dans cette voie, alors qu'eux revendiquent le low-tech, la décroissance. J'ai aussi reçu un message sur Twitter qui dit:

« Plus aucun écologiste n'utilise le mot solution.», et, lors d'un débat radiodiffusé, un autre activiste m'a affirmé, «Vous donnez de l'espoir en parlant de solutions, alors il n'y a que des problèmes ».

Un futur des technologies magiques ?

Je suis d'accord que le « solutionnisme technophile » est dangereux. L'obsession de mettre en place dans le futur des technologies magiques qui n'existent pas encore aujourd'hui, en croyant qu'elles vont résoudre la situation, amène à attendre demain plutôt qu'à agir aujourd'hui. Il est inacceptable d'espérer que des solutions nouvelles, comme la capture du carbone, nous permettent de continuer à émettre tout le CO2 qu'on veut. Pire encore, certains mettent leurs espoirs dans la géo-ingénierie, qui consiste notamment à saupoudrer de nanoparticules les hautes couches de l'atmosphère, afin de réfléchir davantage les rayons du soleil et ainsi refroidir l'atmosphère. Cela revient à déséquilibrer deux fois la nature, en refroidissant l'atmosphère pour compenser l'effet du réchauffement que nous avons généré nous-mêmes. Il s'agit là de méthodes d'apprenti sorcier, et heureusement que peu de gens les soutiennent.

Les mouvements de contestation actuels entretiennent sous cet angle un regrettable malentendu. Évacuer la notion même de solution nous dissuade d'utiliser toutes les techniques qui existent déjà et qui, souvent, sont issues du simple bon sens. Les énergies renouvelables, qui sont devenues moins chères que les ressources fossiles, la rénovation des bâtiments, les chauffages efficients grâce aux pompes à chaleur, le recyclage des déchets, la récupération de chaleur perdue ou encore les processus d'économie circulaire ne sont que quelques exemples.

Nous avancerons beaucoup plus vite en nous libérant d'attitudes extrêmes, en refusant autant la contestation pure et simple que le solutionnisme technologique à outrance, pour encourager les solutions techniques qui existent aujourd'hui et qui font leurs preuves. La voix des jeunes est fondamentale, les manifestations populaires également, mais leur message serait plus efficace en scandant « Solutions, solutions ! »

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 08/11/2021 à 14:59
Signaler
La rue n'est pas là pour proposer mais pour protester du manque de démocratie! N'inversons pas les rôles!

à écrit le 08/11/2021 à 14:52
Signaler
Commander a "la rue" ce qu'il doit faire, c'est loin d'être démocratique! Macron a essayer mais il a imposé ses choix!

à écrit le 08/11/2021 à 14:20
Signaler
bien ils veulent sauver la planete, mais on ne voit pas bien ce qu'ils sont prets a faire a titre personnel, meme si on voit bien ce qu'ils veulent imposer aux autres ' avec tolerance' et dans l'urgence.....ils sont alles a glasgow a pied, ou ils ont...

à écrit le 08/11/2021 à 10:19
Signaler
Il ne s'agit pas d'une demande de solutions quand ils demandent l'interdiction par la loi des pratiques qui polluent actuellement le monde physique réel, les sols et l'atmosphère tangibles ? Particulièrement arrogante est l'annonce d'une quête au ...

à écrit le 08/11/2021 à 9:46
Signaler
Oui, tout à fait. Ces manifestants ne sont pas très intelligents, ils ne savent qu'accuser, sans pour autant proposer de solution. Et pour cause : Il n'y en a pas ! Le réchauffement climatique se fera, écologie ou non

à écrit le 08/11/2021 à 9:27
Signaler
piccard, ce bobo blablateur hypocrite, avid ede flashs, cameras et cocktails. Une question simple a lui poser a cet imposteur profiteur : combien, parmi les 1000 solutions identifiées par sa fondation Solar Impulse, ont ete financees et mises sur le ...

à écrit le 08/11/2021 à 8:13
Signaler
Vous demandez à une foule de penser sans rire ?! Alors là c'est du grand n'importe quoi la foule doit servir de reset à une oligarchie éteinte, quant elle n'est pas trop zombifiée cpar les médias de masse et les lois comme actuellement, ce n'est pas ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.