Bertrand Piccard en direct de la "COP26" : pourquoi et comment on peut y arriver

LES TOPS ET LES FLOPS DE LA COP26. Il a fallu longtemps pour que les chefs d'Etats présents aux différentes COP s'engagent à faire quelque chose. Aujourd'hui l'objectif est clair, mais il reste encore à décider comment l'atteindre. Par Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse.

3 mn

Bertrand Piccard en compagnie du Premier Ministre indien Narendra Modi.
Bertrand Piccard en compagnie du Premier Ministre indien Narendra Modi. (Crédits : DR)

Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse, psychiatre et explorateur, auteur du premier tour du monde en ballon (1999) puis en avion solaire (2015-2016), tiendra durant cette quinzaine une chronique quotidienne des succès et des déceptions de ce rendez-vous crucial pour l'avenir de notre planète. Une exclusivité pour La Tribune et le quotidien suisse Le Temps.

_________

Nous avons débarqué hier soir à Glasgow entouré de zombies et de squelettes. Comme s'il fallait renforcer l'atmosphère d'épouvante des déguisements d'Halloween dans les rues brumeuses et froides, les files d'attentes pour les tests Covid me donnaient l'impression que nous étions déjà dans le monde catastrophique que nous essayons désespérément d'éviter. Mais parler de l'angoisse du futur amène plus de dépression que d'action.

La bonne nouvelle, c'est que les dirigeants politiques ont compris la menace qui pèse sur nous tous. Enfin. La notion d'urgence constitue la singularité de cette COP26. Les échéances se rapprochent. Les dates butoirs évoquées à l'époque (2030, 2050) semblaient lointaines aux gouvernants qui ne s'imaginaient plus au pouvoir à un tel horizon. Mais nous sommes désormais tellement touchés par les catastrophes naturelles que les politiciens sont impactés pendant leurs mandats. Ils sont maintenant jugés, non pas seulement par les générations futures, mais déjà par leurs électeurs actuels.

Alors, que veut dire agir ?

Dans les premières COP, on ne faisait que ressasser les problèmes, aujourd'hui les discours expriment la volonté d'atteindre des objectifs concrets de réduction des émissions. En revanche, je ne suis pas absolument certain que ceux qui ont compris le « quoi » - à savoir les objectifs à atteindre - ont vraiment compris le « comment ». Et c'est là que l'on risque de perdre du temps.

Pourquoi ? Parce que beaucoup de participants voulant protéger les intérêts de leur pays craignent que les mesures de réduction des émissions ne soit préjudiciables à leur économie. Et ils avancent sur la pointe des pieds quand il s'agit de prendre des engagements contraignants.

C'est donc le narratif d'une écologie sacrificielle et d'une décroissance économique qu'il faut changer. Il faut que la transition écologique leur fasse envie !

La multitude de solutions financièrement rentables qui permettent de protéger l'environnement sont là pour le prouver. Le message doit être clairement martelé : la pression populaire, l'imminence des taxes carbone, le coût démesuré de la pollution, mais également les avantages financiers de l'efficience énergétique et le bas prix des énergies renouvelables, ne laissent aucune chance aux tenants du statu quo.

Le Premier Ministre indien Narendra Modi m'a clairement confié cet après-midi son intérêt pour ce type de solutions, qui pourraient selon moi lui permettre d'atteindre la neutralité carbone plus tôt qu'en 2070, objectif qu'il a annoncé à la tribune. Nicola Sturgeon, Première Ministre écossaise, est plus ambitieuse avec le même objectif pour 2045. C'est pour cela qu'après 3 ans de partenariat, je lui ai remis aujourd'hui une sélection de 200 solutions, comme une boite à outil pour concilier écologie et économie. Signe encourageant, une rencontre s'est faite également avec la ministre écossaise de l'économie et des finances, qui s'intéresse autant à la COP26 que la ministre de l'écologie. Les temps changent...

piccard

Pour que cette COP soit un succès, il faut démontrer que les intérêts de chacun peuvent converger : industriels, décideurs politiques, acteurs économiques et activistes écologistes. Passer du discours utopique au langage éco-réaliste diminuera les résistances et permettra d'atteindre des objectifs financiers avec des moyens qui protègent l'environnement, et non qui le détruisent.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 03/11/2021 à 8:50
Signaler
Bertrand Picard est surtout le monsieur qui a démontré, à coup de millions de dollars, que l’on pouvait avec un avion transportant seulement 2 passagers et optimisé pour capter l’énergie solaire faire le tour du monde en …..5 mois. Non seulement il ...

à écrit le 02/11/2021 à 22:20
Signaler
Picard est un gourou sympathique..

à écrit le 02/11/2021 à 11:12
Signaler
Aujourd'hui ils s'engagent à faire quelque chose pour 2050 ! Ah ya du mieux c'est sûr hein ! ^^

à écrit le 02/11/2021 à 9:36
Signaler
Piccard, un pseudo activiste, marionnette des politiques et des industriels. Au fond, il soigne son image pour du pognon.

à écrit le 02/11/2021 à 8:58
Signaler
Agir...! C'est abandonner "la politique de l'offre" suivie par les États, que l'on reconnaît par l'indispensable flot de publicité que l'on nous fait subir! C'est une éternelle fuite en avant par l'innovation qui ne nous amène nul progrès!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.