Et si le COVID-19 renforçait l'émergence d'un nouveau capitalisme ?

 |   |  628  mots
(Crédits : DR)
LE MONDE D'APRES. En ce temps de pandémie, les Cassandre de ce monde s'empressent de souligner que le Covid-19 et ses impacts constituent une menace importante contre le nouveau « capitalisme des parties prenantes », qu'on a pu voir émerger récemment. On craint ainsi que le choc économique ne remette l'accent sur le court-termisme et le tout-actionnariat. Mais il y a fort à parier qu'il s'agit de craintes non fondées. Les entreprises qui se sont déjà engagées sur la voie de la durabilité et de la responsabilité ne devraient pas être aussi promptes à renoncer à leurs obligations et engagements. Par Sylvain Guyoton, Senior Vice-Président Recherche d'EcoVadis

La crise a en fait le potentiel d'aider ces entreprises à persévérer dans cette voie ... et à pousser encore plus de sociétés à accélérer leur transition vers un modèle managérial basé sur les parties prenantes. Pourquoi ? Parce qu'en période de crise, les entreprises responsables réaliseront que cette approche est le meilleur moyen non seulement d'assurer leur pérennité, mais aussi celle de leur réseau de partenaires.

Les temps de crise n'incitent pas les entreprises responsables à trahir leurs valeurs

Des centaines d'études ont montré que les actions durables se comportent mieux sur un marché à la hausse, mais sont également plus résistantes sur un marché à la baisse. Le moment de renforcer l'engagement de son entreprise en faveur de principes managériaux responsables et des objectifs de développement durable ne dépend pas des conditions du marché, mais des valeurs de l'entreprise.

Les entreprises responsables ont adopté un nouveau paradigme de gestion, qui évalue en permanence les conséquences externes de leurs actions.  Elles examinent constamment l'impact que leurs activités pourraient avoir sur leurs parties prenantes et élaborent leurs stratégies sur cette base. Ces entreprises ont intégré la responsabilité dans leur ADN, lequel ne se brisera certainement pas parce que les temps sont difficiles.

Les entreprises responsables peuvent
puiser dans la crise la possibilité de devenir meilleures

En ce qui concerne les économies de coûts, le ralentissement économique induit par le coronavirus peut même avoir un effet positif, en incitant les entreprises à réduire leur consommation d'énergie ou d'eau. Il peut les encourager à intensifier leurs pratiques de recyclage ou inciter les équipes à mettre au point des produits à plus faible empreinte écologique. Il pourrait contribuer à accroître l'utilisation des plateformes de travail virtuelles dans l'économie mondialisée, ce qui se traduira par une diminution des déplacements professionnels, avec au final un impact positif sur les coûts et les émissions de carbone.

La conclusion en matière de durabilité est la suivante : il est possible d'économiser de l'argent en réduisant l'empreinte écologique d'une entreprise. La crise ne brisera pas les organisations qui ont déjà adopté des pratiques pour être efficaces en matière d'énergie et de ressources.

Malgré l'impact dévastateur que le COVID-19 a sur le monde et sur tant de vies, les dirigeants d'entreprises savent que les problèmes qui existaient avant l'épidémie sont toujours d'actualité.

Le changement climatique ne disparaîtra pas avec le virus, et les entreprises doivent s'efforcer de rendre leurs chaînes d'approvisionnement plus résistantes au réchauffement climatique et aux phénomènes météorologiques extrêmes. Les questions sociales sont toujours d'actualité - le travail forcé, l'esclavage moderne, la discrimination sont encore bien ancrés dans les chaînes d'approvisionnement mondiales, à un niveau alarmant.

Les entreprises responsables prévaudront

 Et si cette crise d'abord sanitaire, mais bien sûr économique et financière, sans commune mesure depuis des décennies, encourageait un plus grand nombre d'entreprises qui sont moins matures en Responsabilité sociétale à accélérer leur transition ? C'est ainsi l'appel du Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, qui a souligné la nécessité de concilier le principe de diligence raisonnable malgré les tensions et les perturbations accrues sur les chaînes d'approvisionnement.

Les entreprises peuvent utiliser cette crise comme un déclencheur de changement en leur sein. Elles peuvent mettre en œuvre des politiques de travail à domicile pour assurer la sécurité de leurs travailleurs ou commencer à réduire les coûts en diminuant leur empreinte. Ces changements profiteront à la société dans son ensemble. Face à une pandémie, ne nous écartons pas de nos engagements en faveur d'une économie durable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :