Européennes : l’écrasant duel Macron-Le Pen

 |   |  878  mots
(Crédits : DR)
OPINION. Plus de la moitié des Français inscrits sur les listes électorales sont venus dans les bureaux de vote pour élire nos représentants au sein du Parlement européen. Réjouissons-nous de ce petit record et d'un sursaut participatif. Pour autant ce score dit aussi que si l'on additionne les non-inscrits, les abstentionnistes, les votants « blanc » ou « nul »… moins de la moitié des Français en âge de voter n'ont pas voulu de l'offre politique proposée. Par Jean-Christophe Gallien, professeur associé à l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne, président de j c g a.

C'est un échec collectif que les prises de parole d'hier soir ont confirmé par leur lassitude, leur décalage ou leur arrogance. La France demeure, ce matin, un pays multi-fracturé, en souffrance et sans grande envie voire de confiance pour l'offre politique même renouvelée. Au-delà du vote sur l'enjeu européen, que nous a dit cette moitié de France sur la poursuite de la recomposition d'un paysage politique français, 2 ans après l'élection présidentielle du "dégagisme".

La victoire qui sauve Marine Le Pen

Celle que nombreux, parfois même dans son propre camp, considéraient comme définitivement sorti du jeu vient de se sauver de l'élimination politique. Marine Le Pen a su trouver une plateforme de rebond dans la proportionnelle et le retour à une circonscription nationale unique. Demeure pour elle et son Rassemblement National la difficulté du scrutin majoritaire à 2 tours. Sans alliance, pas de salut. Et les premières déclarations d'hier soir annoncent un renforcement de la stratégie de débauchage. Ça ne suffira pas. Au-delà de ses prises de guerre, il faut à Marine Le Pen, dans son duel avec Emmanuel Macron, des alliés politiques extérieurs. C'est désormais là qu'elle sera notamment jugée en interne. Sinon la barre des 50% au second tour ne sera pas franchissable. Reste qu'à moins d'un échec cuisant aux municipales ou d'un putsch interne, nous le disions la semaine dernière, se profile, en 2022, un duel remake de 2017 : Marine Le Pen contre Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron préserve l'essentiel dans la perspective de 2022

Emmanuel Macron voulait gagner. Il voulait surtout battre Marine Le Pen. Il est battu. L'échec fragilise davantage le Président de la République que La République en marche. Reste qu'avec le tsunami jaune, après l'été Benalla... le résultat préserve l'essentiel dans la perspective de 2022 pour Emmanuel Macron. Le résultat confirme sa victoire de 2017 sur les partis de cet « ancien monde » qu'il a fait exploser. Républicains et Socialistes ne s'en remettent pas. Ce qui ouvre un vrai marché politique pour sa propre marque politique qu'il va projeter sur la prochaine présidentielle. C'est à La République en Marche, toujours une start up politique en cours de développement, et au Premier ministre quel qu'il sera, qu'Emmanuel Macron va déléguer le soin de mener la campagne d'enracinement de LREM, celle des municipales de 2020.

La France Insoumise en échec

Avec 6,5% la chute de l'autre startup politique française, La France Insoumise, est plus que spectaculaire. Nous l'écrivions la semaine dernière : la France Insoumise n'a pas su, pas pu, surfer les vagues jaunes. Il s'agit d'un coup d'arrêt sévère. La marque politique demeure Jean-Luc Mélenchon, candidat à la Présidentielle. Traversée par de profondes fractures internes et un glissement trop visible vers des positions communautaristes, la France Insoumise va devoir rapidement corriger sa stratégie avant les prochaines municipales, au risque de s'effondrer définitivement.

Les socialistes se sauvent de la disparition

Toujours à gauche, au PS, malgré un nouvel échec électoral : on respire. La barre des 5% est franchie. Les socialistes français ne disparaîtront pas du Parlement européen. Ils seront très minoritaires, sans influence au sein du groupe des Socialistes & Démocrates mais ils sont encore vivants. L'opération Raphaël Glucksmann n'a pas créé de dynamique, mais elle ne s'est pas crashée. La suite électorale aux municipales de 2020 dira s'il s'agit seulement d'un sursis avant la fin ou du début d'une renaissance socialiste comme, semble-t-il, nous assistons en Italie.

L'incroyable retour d'Europe Ecologie Les Verts

Qui aurait pu le croire ! L'écologie politique en 3e position. Portée par une vague de fond européenne, la proportionnelle à un tour sur une circonscription nationale et une performance générationnelle chez les moins de 35 ans qui sont venus voter, l'alliance Europe Ecologie Les Verts dépasse largement son résultat de 2014. C'est une victoire personnelle pour Yannick Jadot et un incroyable retour dans l'espace politique national pour un mouvement presque disparu des radars depuis 2017.

Les Républicains respirent encore, mais l'effondrement fragilise Laurent Wauquiez

Même à 12/13% certains annonçaient déjà une fronde interne contre Laurent Wauquiez. Avec moins de 9%, l'échec de François-Xavier Bellamy ressemble à un effondrement. Les couteaux sont déjà sortis et la suite immédiate s'annonce sanglante au sein d'un parti qui ressemble de plus en plus à un féodalité sans autre bien commun que les ambitions mortifères de multiples chefs tous candidats à la candidature présidentielle. Laurent Wauquiez qui est le co-producteur de cette terrible défaite pourrait être débarqué s'il ne sait pas, et dès cette semaine, résister et affirmer un agenda et une ligne politique collective en direction des municipales, prochaine échéance a priori beaucoup plus favorable...

Gilets Jaunes, Grand Débat, Europe, abstention... les événements s'enchaînent, mais la refondation du paysage politique entamée en 2017 poursuit sa course et maintient les 2 finalistes de la présidentielle de 2017 en mode duel loin devant les autres. Macron vs Le Pen !

___

Par Jean-Christophe Gallien
Politologue et communicant
Président de j c g a
Enseignant à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2019 à 15:07 :
Entre européiste c'est du grand théâtre vaudeville, en scène et cela collabore en coulisse! Le principal c'est que les spectateurs y ont cru!
a écrit le 27/05/2019 à 11:15 :
Entre européiste c'est du grand théâtre vaudeville, en scène et cela collabore en coulisse! Le principal c'est que les spectateurs y ont cru!
a écrit le 27/05/2019 à 10:06 :
et ne pas oublier 2 mois de propagande de macron sous couvert de "grand débat" où il fut le seul à parler puis le seul à décider...... AH démocratie....
Réponse de le 27/05/2019 à 10:52 :
Macron a parlé seul pendant deux mois avec le grand débat parce que ça n’intéressait personne et que personne d’autre ne voulait y participer.

Si les GJ ou le FN voulait avoir voix au chapitre, ils n’avaient qu’à s’organiser, participer, et faire des propositions.

Mais non, c’est tellement plus confortable de se plaindre en permanence et de ne rien proposer...
a écrit le 27/05/2019 à 9:04 :
Ça fait plus de six mois que tous les jours les médias de masse nous parlent du duel entre le RN et LREM... comme à chaque élection, d'improductif cela fini par devenir nuisible.

"La notion de libre arbitre a été inventée par les classes dirigeantes" Nietzsche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :