« Faire la révolution numérique avec les femmes » (Élisabeth Moreno, ancienne ministre)

Elisabeth Moreno et 30 cosignataires appellent l’enseignement supérieur et les entreprises à former et embaucher des femmes dans les métiers du numérique. Pour l’ancienne ministre et présidente de la fondation Femmes@numérique, il en va de la souveraineté économique du pays.
Élisabeth Moreno, ancienne ministre, présidente de la fondation Femmes@Numérique.
Élisabeth Moreno, ancienne ministre, présidente de la fondation Femmes@Numérique. (Crédits : GONZALO FUENTES/REUTERS)

Alors que les voitures volantes, les robots humanoïdes et la poussette connectée faisaient sensation au Consumer Electronic Show de Las Vegas en janvier, le directeur d'OpenAI, Sam Altman, suscitait toutes les curiosités à Davos, où l'intelligence artificielle était au centre des discussions. Le numérique n'est plus limité à l'informatique au sens strict, c'est une composante déterminante de notre avenir. Il agrège tous les enjeux de notre temps, révolutionnant l'innovation, la science et l'industrie, tout en soulevant des questions éthiques et de gouvernance. Comment imaginer qu'il en résulte de véritables progrès sans l'inclusion et la participation active des femmes ?

Lire aussiEgalité femmes-hommes : pourquoi les PME et ETI doivent oser passer à l'action

Une pénurie de talents menace

Or, une réalité persiste : les salariées comptent, dans le numérique, pour moins de 18 % dans les seules fonctions techniques ou de management. En parallèle, une pénurie des talents menace : 230.000 postes seront à pourvoir dans le secteur en France d'ici à 2025. La présence des filles, toutes formations confondues, dans les métiers de cette filière progresse de seulement 1 % par an. À ce rythme, la parité ne sera atteinte qu'en 2070.

Par ailleurs, dans son rapport « La Femme invisible dans le numérique », publié en novembre 2023, le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes rappelle qu'elles sont légèrement majoritaires parmi les usagers d'Internet, en particulier sur les réseaux sociaux généralistes, et que moins de 10 % de ces utilisatrices sont autrices de contenus.

Il est temps que cela change : la présence des femmes dans les métiers du numérique est un enjeu de défense de notre modèle social et sociétal. Leur absence impacte nécessairement notre performance industrielle et, au bout du compte, notre souveraineté économique. La relation entre la diversité de genre et l'innovation est bien établie : des équipes diversifiées, composées de personnes aux expériences et perspectives variées, sont plus créatives et résilientes.

Les filles ne manquent pas d'ambition. Cependant, elles peinent à s'identifier à des modèles inspirants

S'assurer que la révolution numérique se fasse avec les femmes

Pour s'assurer que la révolution numérique se fasse avec les femmes, il faut impérativement que les parents et les enseignants les accompagnent dès leur plus jeune âge. Que les entreprises luttent contre les préjugés de genre, que les associations et syndicats poursuivent leur travail de mobilisation sur le terrain et que les politiques publiques soient toujours plus volontaristes.

Les filles ne manquent pas d'ambition. Cependant, elles peinent à s'identifier à des modèles inspirants, car ils sont souvent peu visibles, et elles continuent de croire qu'elles n'ont pas leur place dans des voies considérées comme destinées aux garçons. Or, les femmes qui ont réussi dans le numérique sont les ambassadrices d'une diversité nécessaire. L'inspiration qu'elles donnent aux jeunes est un puissant moteur du changement. Nous avons besoin de modèles, de figures qui montrent la voie et démontrent que la réussite n'est limitée ni au genre, ni à l'âge, ni au territoire. Les envies naissent de la pluralité des parcours, des succès et des échecs, des défis surmontés.

À ce titre, les retours d'expériences et les travaux menés par les 42 entreprises et les 50 associations membres du collectif de Femmes@Numérique sont très précieux. Ils ont permis de proposer aux parties prenantes des solutions pour accélérer la féminisation des métiers et filières concernées.

Des mesures ont été mises en place à la suite de la première édition des assises nationales de la féminisation des métiers et filières du numérique, en février 2023. Plusieurs régions académiques s'engagent pour agir dès le plus jeune âge. Une forte mobilisation des entreprises du numérique est attendue cette année afin d'accueillir des élèves en journée découverte métiers, en stage de troisième et de seconde. La visibilité de plus de 100 femmes du secteur est accentuée grâce à l'initiative #WomenInTechForFuture, portée par Numeum et CCI Paris Île-de-France en partenariat avec Femmes@Numérique, etc.

Dans quelques jours aura lieu la deuxième session de ces assises nationales. Entreprises, associations, pouvoirs publics et acteurs de terrain, réseaux et services publics de l'emploi, nous avancerons concrètement vers la féminisation de la tech, un levier indispensable de l'égalité professionnelle. Notre fondation, ses partenaires et toutes les entreprises mécènes et organisations associées mettront en lumière plusieurs leviers dont les parcours exemplaires, la connaissance des réalités de terrain et l'action collective.

___

Signataires :

Elisabeth Moreno, Présidente Fondation Femmes@Numérique, Henri d'Agrain, Délégué général Cigref, Véronique Torner, Présidente Numeum, Jean Philippe Courtois, Vice-président Exécutif Microsoft, Delphine Pouponneau, Co-présidente AFMD, Vincent Lecerf, Directeur Exécutif en charge des Ressources Humaines Groupe Orange, Roxanne Varza, Directrice générale StationF, Laurence Rossignol, Sénatrice Val-de-Marne, Emmanuelle Larroque, Fondatrice Social Builder Aline Aubertin, Présidente Femmes Ingénieures, Frédéric Duval, Vice-président Amazon France, Fabienne Arrata, Directrice générale LinkedIn France, Alexia Reiss, Executive director Sista, Elisabeth Richard, Directrice des relations avec la société civile Engie, Aude de Thuin, Fondatrice Sistemic, Caroline de Grandmaison, Présidente CGI France et Luxembourg, Audrey Derveloy, Présidente France Sanofi, Ayumi Moore, Fondatrice Women in tech Global, Catherine Barba, Co-Founder Envi, Catherine Ladousse, Présidente Collectif Ensemble contre le sexisme, Céline André, Déléguée générale Femmes des Territoires, Chiara Corazza, Membre du GEAC, Claudine Schmuck, Fondatrice Gender scan, Emilie Sediqian, Directrice Générale Salesforce France, Fabien Figula Letort, Co-fondateur AFL Diversity, Gabriela Belaid, Présidente Centrale supelec au féminin, Marie Eloy, Fondatrice Bouge Ta Boîte, Marie-Pierre Rixain, Députée de l'Essonne, Martine Reynier, Financi'Elles, Olivier Nollent, Président directeur généralSAP France, Patricia Lecoq, Cercle InterElles, Patrick Hirigoyen, Directeur général délégué Wavestone, Romain Plaisantin, Co-président AFMD, Sandrine Charpentier, CEO startup Mixity.co, Soumia Malinbaum, Présidente CCI Paris, Vanessa Chocteau, Directrice Générale de Docaposte Institute, Laura Chaubard, Directrice générale de Polytechnique, Élisabeth Richard, Directrice des relations avec la Société Civile Engie.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 04/02/2024 à 8:22
Signaler
La gauche n'a qu'à demander à son électorat de faire des maths et de l'informatique pour redresser le pays souverain dans la justice bienveillante. Ca n'intéresse plus personne à part eux de se sacrifier pour ce pays qui va à la guerre, et ça réduira...

à écrit le 04/02/2024 à 8:20
Signaler
Pourquoi bon sang !? Parce qu'il faut qu'elles fassent tout le temps le sale boulot dont les autres ne veulent pas. Les pires ennemies des femmes sont des femmes.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.