Investir massivement dans la science et la biodiversité, l'assurance-vie de l'Humanité

OPINION. Rester en capacité de « Vivre sur Terre » est devenu le nouveau défi de l'Humanité ! En avons-nous seulement conscience ? Par Alain Renaudin, Président de NewCorp Conseil ; Fondateur de Biomim'expo, rendez-vous annuel du biomimétisme, les 25 et 26 octobre à la Cité des sciences et de l'industrie.
(Crédits : DR)

Le berceau de notre avenir, c'est la Terre, à maintenir en vie si nous souhaitons le rester nous-mêmes. C'est pourquoi nous lançons un appel à la mobilisation générale et au lancement d'un Plan Marshall de la biodiversité, innovant, offensif et ambitieux, pour préserver et restaurer la biodiversité et se donner les moyens politiques, scientifiques et économiques de s'en inspirer pour innover demain. « Biodiversité, capital et muse de notre avenir ».

La France ambitionne de répondre aux enjeux de l'urgence climatique. Fixons-nous les bonnes priorités ? Distinguons-nous problèmes et solutions, causes et conséquences ? Savons-nous, en solidarité, écouter les peuples racines, en communion avec le vivant ? Comment dessiner un autre avenir ? Innovant, universel, enthousiasmant et fédérateur. La réponse sera collective et doit associer le vivant, la science, les usages et l'innovation, les 4 piliers de la transition.

À l'heure des prouesses technologiques et de l'essor de vies virtuelles et déconnectées, il est temps de nous soucier de notre seule valeur refuge : la vie ! Personne ne peut se soustraire à un air pollué, se nourrir d'un sol stérile, se protéger du feu et des inondations ni apprécier un paysage dévasté. L'Humanité est en train de créer une Nature sans vie qui deviendra une Nature sans Hommes. Cette Humanité-là mourra de tuer la biodiversité, de se penser à part et non partie prenante du vivant.

3,8 milliards d'années de R&D peuvent inspirer notre feuille de route stratégique

La biodiversité ne meurt pas doucement et « gentiment », elle meurt en une saison, en quelques semaines, comme l'ont montré les gorgones rouges de méditerranée décimées en un seul été. Que ferons-nous le jour où les arbres ne se réveilleront plus après l'hiver ? Or cette priorité de préserver le vivant est aussi un incroyable espoir : partout où nous protégeons la biodiversité, où nous restaurons des écosystèmes vivants et productifs, dans les forêts, l'océan, les estuaires, les fleuves et les rivières, dans les champs et dans les villes, nous recréons de l'espoir, nous atténuons les îlots de chaleur, nous séquestrons du CO2, nous réduisons les pollutions, nous limitons les risques de sécheresse et d'inondation, nous préservons les ressources et nous réduisons les risques de conflits géopolitiques.

La biodiversité est une solution puissante au problème climat car cette vie que nous maltraitons n'est pas seulement belle et utile, elle recèle les réponses aux enjeux des Hommes ! Pourvu qu'on sache l'écouter, l'observer, l'aimer et la re-connaître, pour tirer les enseignements de son expertise en résilience et en adaptation continue depuis 3,8 milliards d'années ! Le vivant est le plus puissant allié de notre avenir, s'en inspirer doit devenir notre nouvelle feuille de route stratégique. Quelle ambition nationale avons-nous pour le Vivant qui est à la fois, par son extinction la cause primaire de tous nos maux, et par son excellence notre seul salut.

L'heure n'est plus aux constats, mais aux solutions, ambitieuses et systémiques

Lutter contre les pollutions, régénérer la vie des sols et de l'Océan, stopper l'artificialisation galopante, éco-concevoir ce que nous produisons, s'approvisionner localement, économiser les ressources, réinventer une agriculture régénérative et des villes vivantes, investir dans la recherche et stimuler le lien entre sciences et industrie, réinventer nos modèles économiques, voilà les nouvelles frontières de l'innovation.

Prendre le vivant en source d'inspiration et sortir de nos tours de Babel

L'idée de prendre le vivant en source d'inspiration et de solutions (biomimétisme) n'est pas nouvelle mais connaît un plein essor, qui doit être encouragé. C'est surtout une approche à front renversé, enthousiasmante et mobilisatrice, qui ne pose plus la Nature comme un stock, une valeur, un joli paysage ou un combat dogmatique, mais comme une géniale et incroyable école du futur.

Avec le développement des connaissances, l'essor de l'innovation collaborative et pluridisciplinaire, l'apport des nouvelles technologies, et la reconnaissance de la nature comme modèle, l'approche de la bio-inspiration se place au cœur de notre quête de transition sociétale. Nous avons besoin de reconnexions entre l'Homme et la Nature, mais aussi entre recherche et industrie, écologie et économie, grands groupes et startups, biologistes et ingénieurs, sachants et grand public. Nos « langues » sectorielles, disciplinaires, communautaires sont nos nouvelles tours de Babel, elles nous isolent au moment où nous devons nous rassembler.

La filière biomimétisme : un fleuron national en devenir

Le biomimétisme est aussi une filière d'excellence scientifique, un gisement de renouveau industriel, énergétique et écologique, un atout pour la France : forte de son réseau de compétences académiques, de sa réserve mondiale de biodiversité et de ses capacités industrielles et entrepreneuriales, la France peut et doit se doter d'un programme stratégique et ambitieux.

Il n'y a pas de planète B, investissons ici dans la restauration de la vie

Nous connaissons le coût de l'inaction, mais à combien valorisons-nous le gisement d'innovations et de services offerts par le vivant ? Pour investir sur notre avenir, nous appelons de nos vœux une mobilisation générale offensive et ambitieuse pour préserver la biodiversité et se donner les moyens politiques, scientifiques et économiques de s'en inspirer pour innover demain. À la confluence de la créativité, de l'excellence académique, de l'universalisme et de l'ingénierie écologique et industrielle, pour une France Nouvelle Vague de la biodiversité et relever le défi de Vivre sur Terre.

_______

Co-signataires :

  • Dr Fabienne Aujard, directrice de recherche au CNRS, directrice du laboratoire Mécanismes Adaptatifs et Evolution CNRS/MNHN
  • Clémence Bechu, Directrice du développement, innovation et partenariats, Bechu & Associés
  • Philippe Berta, généticien, professeur de faculté, député de la 6ème circonscription du Gard, membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation
  • Professeur Serge Berthier, Université Paris Diderot & Institut des NanoSciences de Paris, Sorbonne-Université
  • Professeur Laurent Billon, enseignant-chercheur à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, directeur adjoint de l'IPREM
  • Gilles Boeuf, biologiste, ancien Président du Muséum national d'Histoire naturelle, professeur à l'université Pierre-et-Marie-Curie et Sorbonne Université
  • Fabrice Bonnifet, Président du Collège des Directeurs du Développement Durable, avec l'ensemble des membres du Conseil d'Administration
  • Allain Bougrain Dubourg, Président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et du Conseil d'Orientation Stratégique de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB)
  • Prof. Jérôme Casas, Institut de Recherche sur la Biologie de l'Insecte -IRBI- Tours. Corresponding fellow Royal Society of Edinburgh and honorary Professor Heriot-Watt University
  • Gauthier Chapelle, ingénieur agronome et docteur en biologie ; auteur, conférencier, collaborateur scientifique à l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique
  • Tarik Chekchak, Directeur Biomimétisme de l'Institut des Futurs souhaitables ; Expéditions polaire
  • Pierre Darmet, Vice-président de l'association Conseil international biodiversité et immobilier
  • Emmanuel Delannoy, secrétaire général du comité français de l'UICN
  • Emmanuel Druon, président de Pocheco, inventeur du premier démonstrateur d'écolonomie
  • Jean-Louis Etienne, médecin et explorateur
  • Olivier Floch, commissaire général de Biomim'expo
  • Claude Fromageot, Président de RESPECTOCEAN
  • Françoise Gaill, biologiste, océanographe, directrice de recherche émérite au CNRS ; Vice-Présidente de la plateforme internationale Océan et Climat, présidente d'honneur du Comité Scientifique.
  • Olivier Grabette, Président Friends of Sustainable Grids
  • Philippe Grandcolas, directeur de recherche CNRS, chercheur et fondateur, Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité, ISYEB, UMR 7205 CNRS MNHN SU EPHE UA. Muséum national d'Histoire naturelle
  • Guillian Graves, designer, Président de Big Bang Project, co-responsable du MSc NID à l'ENSCI-Les Ateliers ; enseignant à l'EMI de Sciences Po
  • Christophe Goupil, Physicien, LIED, Université de Paris Cité
  • Pr. Dr. Claude Grison, directrice du Laboratoire de Chimie bio-inspirée et d'Innovations écologiques, membre correspondant national de l'Académie Nationale de Pharmacie, membre de l'Académie européenne des Sciences
  • Olivier Hamant, biologiste, RDP & Institut Michel Serres - INRAE, ENS de Lyon
  • Emma Haziza, Hydrologue, Mines Paris, AgroParisTech
  • Jean Hornain, Directeur général chez Citeo
  • Roland Jourdain, navigateur, double vainqueur de la Route du Rhum ; co-Fondateur du Fonds Explore
  • Jean Jouzel, climatologue, membre de l'Académie des Sciences
  • Bruno Lhoste, Président Inddigo
  • Michèle Pappalardo
  • Laetitia Pfeiffer, partner Innovation & Sustainability chez onepoint
  • Patricia Ricard, Présidente de l'Institut Océanographique Paul Ricard
  • Kalina Raskin, Directrice générale du Ceebios
  • Chrystelle Roger, Présidente de Myceco
  • Jacques Rougerie, Architecte, membre de l'Institut
  • Michèle Sabban, membre fondatrice du R20, Regions of Climate Actions
  • Marc-André Selosse, professeur du Muséum national d'Histoire naturelle
  • Romain Troublé, Directeur général de la Fondation Tara Océan, Président de la plateforme Océan et climat.
  • Philippe Vasseur, ancien ministre de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation ; ancien Commissaire spécial à la revitalisation et à la réindustrialisation des Hauts-de-France ; ancien député, conseiller régional, maire ; auteur ; Président de l'association « Alliances » ; Président du Forum mondial de l'économie responsable (World Forum Lille)
  • Dr. Stéphane Viollet, directeur de recherche au CNRS, Institut des Sciences du Mouvement de Marseille
  • Dr. Franck Zal - PhD / HDR / EMBA directeur général et directeur scientifique Hemarina SA

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 24/10/2022 à 0:19
Signaler
Il nous faut un plan Marshall "Make our planet great again " au niveau mondial dont la France doit montrer l'exemple..Mais il faut frapper vite et fort.... Le temps nous est compté. EDK

à écrit le 23/10/2022 à 10:41
Signaler
l'ideologie de gauche nous mene dans le mur et vous souhaiter amplifier vos delire c'est bizare vous etes tous pour le revenue universel mais pas pour vous montrer l'exemple et que rien ne soit votre propriété

à écrit le 23/10/2022 à 10:17
Signaler
Merci beaucoup mais vous savez, la sociologie est une discipline passionnante permettant d'étudier et d'analyser les comportements humains or elle est d'abord massivement utilisée par les multinationales afin de chercher toujours plus de méthodes pou...

à écrit le 23/10/2022 à 9:31
Signaler
C'est donc, arrêter d'investir dans tous les autres domaines qui perturbent le but de ce financement !? Cela aurait trop simple ? ;-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.