L'Allemagne décroche quand le Royaume-Uni s'accroche malgré le Brexit !

 |   |  874  mots
(Crédits : DR)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, l'Allemagne décroche quand le Royaume-Uni s'accroche malgré le Brexit !

VIDEO

C'est un nouveau mystère : l'économie britannique, à qui presque tous les experts prédisaient l'enfer à la suite du referendum sur le Brexit, résiste toujours alors que l'Allemagne qui faisait figure de maître de l'Europe a frôlé la récession fin 2018. Ce n'est pas une simple histoire de décalage conjoncturel et il faut revenir sur l'ADN même de ces deux économies.

Le modèle globalo-financier du Royaume-Uni tient encore

Si le Royaume-Uni résiste, c'est que le grand Londres (près du quart du PIB du pays) est en son cœur. La City, tient toujours et reste le poumon financier européen. Bien entendu, des sociétés financières délocalisent mais les départs s'effectuent au compte-gouttes. Selon le cabinet de consultants EY qui interroge 222 entreprises de la City et qui tient le décompte, 7 000 emplois ont été ou vont être déplacés à court terme du centre financier londonien vers l'Union européenne. En y ajoutant les 2 000 postes que ces sociétés ont créés localement dans les pays de l'UE, le total de 9 000 personnes représente seulement 2% des effectifs de la place londonienne. Quant aux actifs transférés, 800 milliards de livres, ils représentent moins de 10% du total. Pas de quoi mettre en péril la suprématie financière de la capitale britannique face à des places comme Paris ou Francfort. Signe du flegme britannique, le marché de l'immobilier : à Londres, les prix restent suspendus à leurs sommets historiques. Il y a eu certes un coup d'arrêt à la progression depuis deux ans mais pas de décrochage, pas de ventes paniques et au niveau national ils continuent de progresser.

Le stoïcisme des habitants se retrouve également dans la résilience de la consommation : depuis le deuxième trimestre 2016, les dépenses des ménages progressent sur une base annuelle comprise entre 1,5 et 2% c'est proche voire au-dessus de la moyenne des 15 dernières années. Et si les Anglais consomment c'est parce les gains de pouvoir d'achat sont là : les hausses de salaires sont fortes et les créations d'emplois nombreuses.  En outre, le taux de chômage est collé à 4%, au plus bas depuis février 1975, ce qui incite les ménages à puiser dans leur épargne pour consommer plus.

Bref, le modèle de développement britannique que l'on peut qualifier de « globalo-financier », dont les deux clés de voute sont la force de la finance et la surpondération de la consommation, reste encore debout et chancèle à peine. Bien entendu, ce modèle génère des déséquilibres, extérieurs, courants et publics mais, pour l'heure, le gouvernement britannique n'a pas de peine à trouver les financements et les taux à 10 ans restent contenus, légèrement supérieurs à 1%, ce qui compte tenu du niveau d'inflation (proche de 3%) est faible.

Le modèle allemand bat de l'aile

En revanche, le modèle « mercantiliste » et ultra-excédentaire allemand, qui tire sa force de son industrie ultra-compétitive, bat de l'aile. La thèse de l'accident conjoncturel ne tient plus. Ce n'est pas tant un problème de compétitivité que d'épuisement des débouchés extérieurs émergents, et notamment chinois et leur montée en gamme qui dépasse tous les pronostics. L'exemple de l'automobile est emblématique. Pour la première fois depuis 30 ans, les immatriculations sont en baisse en Chine, car le marché est en partie saturé. Il faut y voir certainement le marqueur du coup d'arrêt du développement de la classe moyenne, un phénomène qui touche tous les émergents, et qui ébranle toute la stratégie allemande de repositionnement sur cet eldorado. Cela a bien évidemment pesé sur le niveau d'activité des sites allemands dont les trois quarts de la production sont destinés à l'export. Certes, il y a dans l'effondrement soudain de la production de véhicules les conséquences des difficultés de mise en place de nouveaux tests d'homologation imposés par Bruxelles, mais le rattrapage tant espéré n'a pas eu lieu. Tout simplement les automobiles allemandes se vendent moins.

Or l'automobile c'est un cinquième de l'industrie allemande et 14% de son PIB, un secteur dans le collimateur de l'administration Trump. Et à cette menace s'ajoute le défi technologique de la révolution électrique. Or parmi les 20 modèles électriques les plus vendus dans le monde, aucun n'est allemand. La spécialisation internationale de l'Allemagne dans les biens d'équipement et l'automobile notamment adaptée aux pays émergents est devenue un handicap. Résultat, l'industrie allemande est tombée en récession technique fin 2018 avec deux trimestres d'affilés dans le rouge.

Ajouter à cela une société allemande de plus en plus fragmentée, le manque de bras, que le filon de l'immigration ne comble plus, le manque d'infrastructures, la fragilité du système bancaire, et maintenant la flambée des prix de l'immobilier qui grève le budget des ménages et l'on comprend mieux pourquoi le piège semble se resserrer sur l'économie allemande quand l'économie britannique, même bousculée par le Brexit, s'en libère.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2019 à 12:50 :
le" mercantilisme "allemand est le gage d'un pragmatisme et d'une adaptabilité qui fait largement défaut chez nous .
quand on "contera les bouses à la fin de la foire " de l'année 2019 , je parie qu'on découvrira que la croissance allemande aura finalement été plus forte que celle de la France , que son endettement aura encore diminué tandis que le notre aura encore plongé .
a écrit le 30/03/2019 à 9:56 :
vieux tropisme à La Tribune, cracher dans la soupe allemande. S'il est vrai que l'immigration n'est en rien une solution pour pallier aux manques de bras (dans une économie compétitive moderne le problème n'est pas tant le nombre de bras que leur qualification), on oublie que l'Allemagne, à la démographie déclinante, n'a nul besoin d'une croissance très forte pour améliorer le sort de ses habitants et équilibrer ses finances. Là où en France il faut au moins 2 à 3% de croissance, l'Allemagne peut se satisfaire de 0,5 à 1%.
a écrit le 28/03/2019 à 10:43 :
Le Royaume-Uni a supporté stoïquement le Blitzkrieg en 1940... le recours au FMI dans les années 70... même si le brexit ne peut lui aucun bien, ça ne sera pas pire que ces deux périodes.
a écrit le 27/03/2019 à 16:42 :
Les donneurs de leçons qui chantent la gloire du modèle germanique vont sans doute un peu se calmer : tous les "modèles" ont leurs limites !
a écrit le 27/03/2019 à 12:52 :
je vois surtout une vue a très court terme de la part d'un analyste !
a écrit le 27/03/2019 à 11:07 :
"L'Allemagne décroche quand le Royaume-Uni s'accroche malgré le Brexit !" Le mot "malgré" peut être remplacé par "grâce", tout est question de point de vue!
Réponse de le 28/03/2019 à 10:45 :
On peine à voir par quel mécanisme le brexit pourrait à terme faire le moindre bien à l'économie britannique. La situation britannique actuelle ressemble fort à l'orchestre qui continue à jouer sur le pont du Titanic.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :