L’extrême droite allemande peut-elle revenir au pouvoir ?

 |   |  159  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, l’extrême droite allemande peut-elle revenir au pouvoir ?

La ville de Chemnitz dans le Land de Saxe en Allemagne est secouée depuis une dizaine de jours par des manifestations xénophobes après un meurtre attribué à des réfugiés. Angela Merkel a promis ce mercredi qu'elle se rendrait sur place et a appelé les Allemands à se mobiliser contre la haine. Fragilisée par la montée de l'extrême droite, représentée notamment par le parti AfD (Alternative für Deutschland), la chancelière allemande doit rencontrer ce vendredi Emmanuel Macron à Marseille pour évoquer la crise migratoire et la montée des nationalismes en Europe.

Angela Merkel est-elle à la hauteur de la crise ? Comment l'Allemagne, avec son histoire, peut en arriver à une telle poussée de l'extrême-droite ?

Nous analysons la situation ce soir, avec Béatrice Giblin, géographe, spécialiste de l'extrême droite en Europe, Thomas Hanke, correspondant à Paris du quotidien allemand Handelsblatt, et Édouard Husson, historien, professeur des universités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2018 à 19:55 :
Je partage le com de Math qui exprime, en termes très mesurés, les raisons des secousses politiques en Allemagne provoquées par l'afflux migratoire. Dans la plupart des médias comme le fait Arte, les partis de gauche comme Die Linke sont qualifiés d’extrémistes, voire de xénophobes ( E.Quin ). Plus grave, le parallèle avec l'extrême droite est souvent fait : ce petit jeu qui fonctionne bien pour les élections en marginalisant l'adversaire politique (élection de Chirac ou de Macron). Salvini, Orban, passent à la moulinette, mais horreur, en Suède aussi la question migratoire fait débat ! Aux euronouilles : "populiste, un adjectif pour injurier l'adversaire"(Chantal Delsol) .
a écrit le 07/09/2018 à 11:23 :
Après avoir délocalisé les usines, les capitaux et les profits, et donc montré bien peu de solidarité avec les citoyens des pays européens, nos chers dirigeants nous demandent d'être une nouvelle fois solidaires de leurs projets.
On nous explique à longueur d'article que l'état providence est en crise (crise provoquée rappelons le essentiellement par l'évasion fiscale). Et maintenant, ces chers dirigeants s'étonnent de notre peu d'empressement à accepter de nouvelles vagues migratoires qui ne sont pas sans conséquences sur la solidarité nationale. (On est solidaire de ceux vis-à-vis desquels on se sent avoir quelque chose en commun).
Nos dirigeants ne peuvent pas s'affranchir de leurs devoirs en profitant très largement des droits qu'ils se sont offert. Ils ne peuvent pas non plus nous infliger de nouveaux devoirs (accueil, faire semblant d'être d'accords avec des peuples qui ne partagent ni nos valeurs, ni notre foi et qu'ils importent chez nous) et ne nous attribuer aucun droit de regard sur leurs errements.
C'est la fin de la partie pour une génération au pouvoir. Elle a très mal agit et devrait s'estimer bien heureuse de n'être sanctionnée que dans les urnes, alors qu'en d'autres temps de l'histoire, c'eut été l'échafaud.
Réponse de le 07/09/2018 à 18:21 :
Tout est bien écrit, et résume calmement une situation désespérante.
a écrit le 07/09/2018 à 9:05 :
"Angela Merkel a promis ce mercredi qu'elle se rendrait sur place et a appelé les Allemands à se mobiliser contre la haine."

Après avoir imposé au peuple allemand de se "mobiliser" pour engraisser massivement les actionnaires milliardaires elle veut dorénavant "mobiliser" contre le racisme qu'elle a copieusement engendré dans son pays pour faire plaisir à ses patrons financiers.

ET bizarrement les allemands ne sont pas motivés pour l'écouter une seconde fois.

A force de voter pour le mal contre le pire comment voulez vous que le mal ne soit pas particulièrement bien installé ? Alors du coup puisque il n'y a pas d'alternative les gens vont essayer le pire d'autant que Trump aux états unis est en train de démontrer que le "pire" est de bien meilleure qualité que le mal.

"L’enfer du miracle allemand" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/09/CYRAN/57833 (article gratuit)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :