L’invasion de l’Ukraine annonce-t-elle un nouvel ordre mondial ?

DECRYPTAGE. L’invasion de l’Ukraine par la Russie révèle au grand jour la nouvelle donne des relations internationales. Elle met à mal le libéralisme, vu comme une panacée depuis la chute du rideau de fer. Par Arthur Silve, Université Laval et Jonathan Paquin, Université Laval.

10 mn

(Crédits : SPUTNIK)

L'invasion russe de l'Ukraine par la Russie a été un réveil brutal pour les défenseurs du libéralisme.

Elle a remis en cause certaines idées reçues et a révélé la fragilité de l'ordre international libéral. Depuis la chute du rideau de fer, en 1989, on pouvait avoir l'illusion d'un ordre mondial guidé par les simples motivations économiques, libéré des guerres et des rivalités militaires entre grandes puissances.

Un ordre au sein duquel les gains économiques et la protection mutuelle étaient garantis par le droit, l'autodétermination des peuples et la résolution pacifique des conflits. Le commerce international, l'investissement transfrontalier, l'établissement des « chaînes de valeur globales », les traités de libre-échange de plus en plus larges, étaient certes motivés par une quête de prospérité individuelle et collective. Ils devaient cependant aussi avoir pour effet de créer des dépendances mutuelles et ainsi empêcher ou atténuer les conflits, et favoriser la diffusion des valeurs occidentales.

Cette interdépendance complexe devait agir comme une force stabilisatrice dans les rapports internationaux puisque la croissance économique et la sécurité des États étaient inextricablement liées. Dans un tel ordre international, pouvait-on croire, la violence est maîtrisée, les guerres interétatiques sont rares et l'invasion, en particulier, d'un État par un autre, a peu de sens.

Or, l'invasion de l'Ukraine par la Russie révèle au grand jour, comme par un glissement tectonique, la nouvelle donne des relations internationales. C'est la plus grande attaque militaire conventionnelle depuis la Seconde Guerre mondiale, et c'est la plus importante remise en cause de l'ordre libéral qui régit les relations internationales depuis l'effondrement de l'Union soviétique.

Professeurs à la Faculté de Sciences sociales de l'Université Laval, et tous deux membres de l'École Supérieure d'Études internationales, nos recherches portent sur la dimension stratégique des relations internationales et sur les aspects politiques du développement économique.

Les fausses promesses du libéralisme

Cette invasion, toutefois, n'est pas le premier signe des difficultés rencontrées par l'ordre international libéral.

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, la paralysie croissance des organisations internationales, comme l'OMC, le populisme qui gangrène le bon fonctionnement des institutions internationales, et la croissance significative des budgets de la défense dans de très nombreux pays, nous rappellent que la méfiance, voire la violence, des rapports interétatiques ne sont pas soudainement réapparus avec la guerre en Ukraine.

Ces tendances malheureuses nous rappellent que l'impact de la mondialisation du libéralisme n'a pas fait que des heureux.

Cet ordre était pourtant accompagné d'une narration venue de l'Occident, fondée sur les bienfaits du libéralisme dans les domaines économiques, sociaux, politiques, et culturels. De fait, notre génération, éduquée après la chute du mur de Berlin et du rideau de fer, a du mal à raisonner hors du cadre libéral, à imaginer à quoi ressemble une société fondée sur d'autres principes organisateurs.

Le libéralisme économique, qui repose sur l'idée que la demande doit être l'arbitre ultime des innovations utiles, est probablement le système d'organisation de la production qui a le mieux permis de faire progresser la santé humaine, l'éducation, et la satisfaction de nos besoins matériels. Le libéralisme politique, pour sa part, en soumettant nos dirigeants à la sanction régulière du vote et de l'alternance au pouvoir, était censé les obliger à prendre des décisions dans l'intérêt du plus grand nombre, les empêcher de se laisser capturer par de grands intérêts économiques. Enfin, le libéralisme culturel comptait sur une sélection naturelle sur le grand marché des idées, considérablement élargi avec l'arrivée des réseaux sociaux.

La multiplication des crises financières dans les pays en développement dans les années 1990 témoigne des dangers d'une libéralisation trop rapide. La démocratie sacrifie trop souvent aux intérêts économiques des plus riches, peut-être à cause de la socialisation de nos élites politiques et économiques dans les mêmes écoles, peut-être parce que ce sont les mêmes individus qui prennent des postes de décision successivement dans les secteurs publics et privés, peut-être à cause du financement privé des campagnes électorales.

De même, nous nous sommes progressivement rendu compte que le débat d'idées n'était jamais totalement dénué de biais. Par exemple, nous savions que les règles de fonctionnement des médias sociaux étaient propices à être manipulées, par les grandes marques, par les « influenceurs », par les « usines à trolls », et même par certains candidats politiques dans les démocraties occidentales.

Les critiques de l'ordre libéral viennent aussi de l'extérieur. Certaines idéologies radicales, menacées par le succès de l'idéologie libérale, se sont ainsi mobilisées, utilisant les méthodes du terrorisme et de la répression politique pour la combattre. Il est tristement ironique de constater que les sources de cette critique n'admettraient, elles, aucune remise en question, et ne sont capables d'aucune autocritique.

La fin de l'ordre libéral n'est pas une fatalité

Au-delà de ces critiques et de l'invasion de l'Ukraine, les difficultés que rencontre l'ordre libéral se rapportent à une même cause : les changements dans la distribution de la puissance dans le système international.

D'un côté, la puissance américaine a permis une diminution du nombre de guerres interétatiques depuis 30 ans. De l'autre, difficile de ne pas voir dans l'invasion de l'Irak en 2003 une démonstration que cette puissance américaine restait avant tout au service de la poursuite de ses intérêts matériels.

Or, depuis la crise économique et financière de 2008, de nombreux ouvrages alimentent le débat sur le déclin présumé de la puissance américaine. Premier constat, cette crise a affaibli l'économie américaine. Les déficits fiscaux ont forcé Washington à réduire ses dépenses et à amorcer un retrait relatif dans le domaine de la gestion des crises internationales, une situation qui tranche avec les interventions passées au Kosovo, en Afghanistan et en Irak.

Deuxième constat, la multiplication des pôles de puissance économiques et politiques a rendu les courants d'influence plus diffus dans le système international. Des pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) font valoir leurs intérêts avec plus d'insistance dans leurs relations bilatérales et au sein les forums internationaux.

Troisième constat, les bouleversements observés sont causés par la croissance fulgurante de l'économie chinoise et son affirmation militaire dans la région Asie-Pacifique.

Ces multiples tensions géopolitiques se traduisent par une opposition de plus en plus assumée par certains dirigeants autoritaires à l'ordre libéral. Même si, au fond, la crise ukrainienne a démontré que le leadership américain est encore bel et bien efficace, clairement, sa légitimité morale est de plus en plus contestée.

Et de fait, nombreux sont ceux qui aujourd'hui annoncent un nouvel ordre mondial « réaliste », défini par les rapports de puissance et le jeu à somme nulle.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie marque un tournant vers un monde de concurrence entre les grandes puissances du monde. L'idée d'intérêt national défini en termes de sécurité et de puissance, plutôt qu'en termes de coopération et de croissance, regagnerait l'importance qu'elle avait au XIXe siècle pour justifier les grandes guerres entre les nations européennes ainsi que la colonisation.

Ce nouvel ordre mondial n'est toutefois pas une fatalité. Les prochaines décennies ne sont pas forcément vouées à opposer l'Occident et la Chine (le prestige international de la Russie semblant à ce stade irrémédiablement diminué).

Les conflits, froids ou chauds, coûtent très cher. Chacun a intérêt à éviter les destructions massives qu'un conflit armé occasionne, tant en vies humaines qu'en équipement. La décision prise par Vladimir Poutine d'envahir l'Ukraine nous donne quelques pistes de réflexion pour tenter de prévenir de telles guerres à l'avenir.

Les leçons de la guerre en Ukraine

  • 1) Les grandes puissances doivent apprendre à mieux communiquer entre elles sur leurs capacités et sur leurs ambitions respectives.

Plus facile à dire qu'à faire, dans un monde où l'information et les déclarations politiques peuvent être manipulées à des fins stratégiques. Il reste que deux dirigeants de pays ennemis qui disposent d'informations différentes, ou bien qui lisent ces informations selon deux grilles de lecture incompatibles, mènent presque inévitablement à un désastre.

Il n'y a pas de meilleure démonstration de la difficulté de communiquer clairement que le piètre usage des fameuses « lignes rouges » : entre la ligne rouge établie par Barack Obama quant à l'utilisation des armes chimiques, franchie sans vergogne et sans conséquences par Bachar Al-Assad en Syrie à partir de 2013, et le refus de Joe Biden d'établir la moindre ligne rouge lors de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022. Dans les deux cas, les conséquences d'une si mauvaise communication sont désastreuses.

  • 2) Les États menacés d'un déclassement rapide sont les plus susceptibles de déclencher un conflit armé

Cette constatation a été faite à l'époque par les tenants de la théorie de la transition de puissance et demeure manifestement d'actualité avec l'invasion russe de l'Ukraine. Cette réalité pose la question plus générale de l'évolution rapide des rapports de force, et des guerres qui visent à empêcher aujourd'hui que demain un adversaire ne soit le plus puissant. C'est ce que l'on appelle parfois le « dilemme de sécurité » : un État qui s'arme pour se sécuriser lui-même devient un facteur d'instabilité globale. Dans une course à l'armement, il n'y a que des perdants. Une fois ceci établi, la grande inconnue devient celle de la réaction des États-Unis face à l'émergence de la Chine comme rivale dans les relations internationales.

  • 3) Les pays de l'OTAN ne pourront plus faire l'économie d'investir 2 % de leur PIB dans leurs forces armées.

Au cours de ces trente dernières années, peu de pays occidentaux ont assumé le coût de leur propre sécurité et ont accepté de jouer un rôle dans le maintien de l'ordre international. Dans le contexte actuel, il devient de plus en plus difficile de justifier que certains membres de l'alliance, dont le Canada, ne contribuent pas au moins à hauteur de leur poids économique. À cet égard, l'annonce faite en février dernier par le chancelier Olaf Scholz d'une croissance fulgurante du budget de la défense de l'Allemagne est un pas dans la bonne direction.

L'affaiblissement de l'ordre international libéral ne signifie pas forcément que l'Occident devra renoncer à ses bienfaits. Pour ceux d'entre nous qui espèrent encore bénéficier de la prospérité et de la liberté qu'il apporte, les trois leçons de modération ci-dessus sont cruciales. Elles peuvent faire en sorte que le XXIe siècle ne ressemble pas au 20e - ou pire.

_______

Par Arthur Silve, Professeur agrégé d'économie, Université Laval et Jonathan Paquin, Professeur titulaire au département de science politique de l'Université Laval, Université Laval

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

10 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 05/05/2022 à 19:03
Signaler
Dommage nous n'avons qu'une seule version médiatique, vrai ou fausse, on ne peut se prononcer!

à écrit le 05/05/2022 à 16:45
Signaler
Je ne vois pas en quoi le libéralisme à quelque chose à voir la dedans si ce n'est qu'il est qu'il restera la seule solution pour trouver le paix et la prospérité. Ce qui se passe en Ukraine est justement le fait que le bloc occidental ait continu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.