La 5G et les entreprises  : entre convictions et questionnements

 |  | 1359 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : Reuters)
OPINION. L'Arcep, à l'issue d'un processus initié en 2016, a délivré en novembre 2020 les autorisations de fréquences aux 4 opérateurs français ayant candidaté. Alors que les opérateurs français commercialisent leurs premières offres 5G depuis un mois, nous proposons un éclairage sur cette nouvelle technologie, qui génère encore des polémiques, (dont nous avons personnellement parfois du mal à comprendre l'origine) que les acteurs du secteur ont des difficultés à comprendre. (*) Par Marion Aquino, Associée Euklead

La numérisation croissante des usages et de l'économie génère une augmentation des besoins en bande passante que la technologie des réseaux 4G ne pourra pas absorber. Selon la Fédération française des Télécommunications, le réseau 4G arrivera à saturation dans certaines zones dès fin 2021.

Pourquoi la 5G ?

Le premier besoin est donc de faire évoluer la technologie pour pouvoir absorber la croissance des flux au niveau des réseaux.

Les débits disponibles (vitesse, latence) via la 4G sont amplement suffisants pour permettre un très grand confort d'usage pour les particuliers, mais aussi pour les besoins d'itinérance des entreprises (lignes mobiles). En revanche, cette technologie limite fortement le développement de tout ce qu'on appelle l'IoT, l'internet des objets (internet of things) qui reste fortement limité à ce jour en raison de la latence (c'est-à-dire le délai entre la transmission de chaque paquet de données) et de la vitesse maximum du réseau actuel. On parle ici, par exemple, de surveillance des réseaux, de véhicules autonomes, d'automatisation de processus industriels, etc... soit d'usages qui ont pour beaucoup un intérêt sociétal certain.

On sait également que le quart de l'eau qui circule dans les réseaux en France se perd dans les fuites. Disposer des capteurs à des points stratégiques du réseau permettrait de diagnostiquer plus rapidement et précisément ces problèmes pour les réparer. Dans la même logique, est-il utile de préciser l'avantage sociétal qu'amènerait ce type de surveillance sur un réseau de gaz ?

Le développement des réseaux THD de 4G et 5G pour le mobile est également annoncé comme un nouveau pilier de l'aménagement et de la cohésion des territoires,  afin de permettre à tous d'accéder à une connexion de haut débit. Or, le développement de la 5G à large échelle, envisagé à l'horizon 2025-2030 en France, nécessite au préalable un maillage total du territoire par la fibre optique qui dessert les antennes télécoms. De même, l'avènement des smart cities et des smartgrids (réseaux électriques intelligents permettant des interconnexions pour les échanges d'informations) est conditionné à la présence d'une infrastructure THD dans les territoires.

Cependant, la 5G sera déployée au niveau national de façon progressive et les premieres zones qui en bénéficieront sont celles qui arrivent à saturation, soit les grandes villes. Chaque opérateur devra implanter 3 000 nouveaux pylônes d'ici à 2022, puis atteindre 8 000 en 2024 et enfin 10 500 en 2025. Des déploiements devront également être mis en œuvre spécifiquement « dans les zones non urbaines », tandis que « tous les sites devront fournir un service de type 5G » à partir de 2030. Il est donc faux de penser que la 5G amènera un meilleur taux de couverture sur les territoires en souffrance de très haut débit, in fine celui-ci dépendra aussi de la rapidité de déploiement de la fibre.

Lire aussi : 5G: le nombre de contrôles sur les ondes électroniques va tripler l'an prochain

Quid des préoccupations environnementales ou sanitaires ?

Les préoccupations liées à l'environnement sont principalement liées à la croissance constante du besoin en énergie qui accompagne la numérisation croissante de l'économie et de l'évolution des réseaux de télécommunications.

La numérisation crée de nouveaux usages ;  cependant, dans la majorité des cas, il s'agit simplement un nouveau moyen de faire. L'email remplace le courrier papier ou le fax comme la visio conférence remplace de plus en plus des déplacements physiques en voiture, train ou avion. Pour trancher cette question sérieusement, il faudrait considérer dans l'analyse les usages remplacés. L'entreprise voit bien elle, par exemple, le gain économique et humain à privilégier la visio conférence au déplacement physique.

Par ailleurs, la technologie 5G est annoncée comme plus économe en énergie (système start and stop, comme les voitures) et les premières remontées (Singapour, Monaco) confirment une baisse sensible de la consommation d'énergie.

En revanche, la 5G  nécessitera davantage d'antennes pour la bande de fréquence de 26 Ghz qui sera déployée d'ici quelques années, parce qu'il s'agit d'ondes plus courtes, nécessitant donc des antennes plus proches.

En ce qui concerne les préoccupations liées à la santé, il faut distinguer deux étapes.

La 5G dont on parle actuellement se déploie sur une bande de fréquence de 3,5 Ghz, qui est dans le spectre des fréquences les plus utilisées et à déjà fait l'objet de nombreuses études. Ce qui explique l'incompréhension, voire la stupéfaction, des opérateurs face aux moratoires demandés par certaines villes sur le déploiement actuel.

Parmi les  bandes de fréquences qui sont prévues pour la 5G, la bande de 26 Ghz, qui n'apparaitra pas avant quelques années, fait actuellement et à juste titre l'objet de nombreuses études au niveau européen pour évaluer les impacts sanitaires éventuels avant d'autoriser un déploiement.

Quel intérêt pour mon entreprise ?

Tout comme pour les particuliers, la 5G ne présente pas d'intérêt majeur pour les usages mobiles classiques de l'entreprise. La technologie du marché évoluant, l'entreprise y passera naturellement dans le cadre du renouvellement de ses contrats et de sa flotte de terminaux. Comme ce fut le cas pour le passage de la 3G à la 4G, on conseillera aux entreprises de prendre leur temps et d'attendre la bonne offre pour faire la transition.

Pour l'entreprise tout l'intérêt de la 5G, au delà de la disponiblité d'un réseau non saturé, réside dans le développement de l'IoT, l'internet des objets et les applications possibles à son propre domaine d'activité. Toute activité de service ou de production dont la qualité ou le service pourrait être amélioré par la remontée (l'échange) automatique d'information relevées par des capteurs y trouvera un intérêt.

Dans le secteur de l'énergie, ou de l'eau, l'utilisation de capteurs offrira une surveillance au millimètre des réseaux qui permettra et de répérer immédiatement les dysfonctionnements et d'adapter le niveau de consommation au besoin réel.

Dans le secteur du transport et de la logistique, l'IOT optimisée par la 5G rendra posible le développement des transports autonomes, mais aussi d'améliorer l'automatisation et, ainsi, la réactivité des chaines logistiques, de la gestion des approvisionnements, en passant par le stock et la réexpédition.

Dans le domaine des services,  les applications sont également nombreuses, de la protection et/ou surveillance des personnes ou des locaux, au développement d'applications de dépannage ou intervention en réalité augmentée.

Ainsi, la 5G représente un vecteur de compétitivité pour les entreprises.

Dans une étude internationale de Loudhouse pour Accenture publiée en décembre 2019, la 5G est vue par les dirigeants comme un levier de croissance, 79 % anticipent un impact positif pour leur entreprise, et 57 % la qualifient de révolutionnaire (contre 24 % pour la 4G).

Le bénéfice perçu est double. D'une part, les entreprises anticipent une amélioration des connexions pour faciliter le travail ou le développement à distance ou en itinérance. D'autre part, elle est vue comme une technologie réactive et, pour 52 % des dirigeants interrogés, le challenge posé par la 5G est de savoir comment l'utiliser pour innover sur son offre produit ou service.

Enfin, à un moment ou la réindustrialisation de nos territoires est un sujet d'actualité fortement impactant, et ou l'ère de la production de masse a cédé le pas à l'ère de la personnalisation des produits manufacturés, la 5G se révèlera un atout de taille, en permettant un dialogue direct client final/outil de production. L'industrie nécessitera ainsi de moins en moins de main d'œuvre peu qualifiée et davantage de main d'œuvre qualifiée, réduisant l'attrait du recours à la production dans des pays low cost.

Lire aussi : Pourquoi la 5G gonflera notre consommation d'énergie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2020 à 11:45 :
Vu que la 5g n'est faite que dans l'intérêt des entreprises et plus généralement dans l'intérêt de la surconsommation, il serait quand même énorme qu'ils boudent en plus !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :