Le marché du steak caché

 |   |  656  mots
(Crédits : Reuters)
Le marché de la viande pourrait être bouleversé par l'arrivée des substituts aux produits carnés avec la culture de cellules animales réalisée en labo- ratoire. Pour cause, ce nouveau procédé intéresse désormais le secteur agroalimentaire et les experts qui estiment qu’il pourrait se tailler, dans les dix prochaines années, une part de 10 % du marché mondial de la viande pour un montant de 140 milliards de dollars. Par Robert Jules, directeur adjoint de la rédaction.

L'une des avancées les plus spectaculaires à laquelle on pourrait assister dans les prochaines décennies porte sur l'alimentation. Ainsi, la viande consommée à travers le monde pourrait ne plus provenir seulement d'animaux mais aussi de culture de cellules animales réalisée en laboratoire. Considérée comme une lubie pour vegan jusqu'à peu, ce nouveau procédé intéresse désormais le secteur agroalimentaire ainsi que les investisseurs. Signe de cet intérêt, la banque britannique Barclays analyse dans une étude de 100 pages les perspectives de ce marché de la « viande alternative ». Ses experts estiment qu'il pourrait se tailler dans les dix prochaines années une part de 10 % du marché mondial de la viande, pour un montant de 140 milliards de dollars. Aujourd'hui, il est possible de goûter des steaks hachés, des saucisses ou encore des hamburgers de viande de culture sans que le consommateur n'y voie de différence.

Cette nouvelle offre s'inscrit dans une évolution plus générale de l'alimentation, où les produits à base de protéines végétales, comme les steaks de soja ou la protéine texturée végétale, se substituent aux produits carnés. Ce phénomène répond à trois problèmes majeurs :...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2019 à 18:36 :
L'industrie agro alimentaire n'a pas tiré les leçons de la vache folle, due veaux aux hormones etc etc. Mangeons le plus naturel possible et l'être humain sera en meilleur santé.
a écrit le 03/06/2019 à 12:36 :
SF : satire futuriste des auteurs américains Frederik Pohl et Cyril M. Kornbluth, paru en 1953 Planète à gogos et le steak artificiel Poulgrain (que je l'ai lu en 1958, parmi tant d'autres)
a écrit le 03/06/2019 à 12:24 :
Mais quelle aberration et quelle horreur! Mieux vaut manger de la vraie viande moins souvent plutôt qu'une synthèse tous les jours! Au moins, on garde les animaux dans les prés, pas dans des zoos!
a écrit le 02/06/2019 à 16:29 :
Tous les produits de synthèses à long terme détruisent le corps humain.
Une innovation pour remplacer les manques a gagner du marché du tabac ou pharmaceutique ?
Ça va encore donner naissance a de nouvelles maladies humaines.
Réponse de le 02/06/2019 à 23:05 :
Pouvez-vous justifier votre première phrase. Étude?
Dans l'article, il n'est pas question de synthèse, mais de culture.
a écrit le 02/06/2019 à 10:59 :
Adieu veaux, vaches, cochons et couvées ? Certes on ne tuerait plus d'animaux pour se nourrir... mais on n'en élèverait plus non plus, ce qui conduirait à la disparition des espèces en question.
a écrit le 02/06/2019 à 10:35 :
Voyons le bon côté des choses: De quoi vous dégouter de la viande !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :