Les défis qui attendent le gouvernement italien de droite

OPINION. Victoire écrasante de la droite aux élections législatives italienne. Pour le Parti Démocratique, c'est un échec cuisant et cela déclenchera l'éviction de son secrétaire général, Enrico Letta. Quant à la Ligue de Matteo Salvini, elle aussi est tombée très bas et son leader est mis en cause. Enfin, le Pôle berlusconien (Forza Italia) de cette coalition de « centre droit » incarnera l'aile modérée, libérale et européiste. S'entendront-ils durant toute la législature autour d'un gouvernement cohérent ? Parviendront-ils à rassurer les milieux européens et les marchés ? Toute la question est là. Par Edoardo Secchi, Président fondateur d'Italy-France Group et fondateur du Club Italie-France, et Alexandre Del Valle, politologue, essayiste.
Matteo Salvini, leader de la Ligue, Silvio Berlusconi, président de Forza Italia et Giorgia Meloni, présidente de Fratelli d'Italia, grande gagnante du scrutin législatif, devraient former la coalition qui va diriger la troisième économie de l'Europe.
Matteo Salvini, leader de la Ligue, Silvio Berlusconi, président de Forza Italia et Giorgia Meloni, présidente de Fratelli d'Italia, grande gagnante du scrutin législatif, devraient former la coalition qui va diriger la troisième économie de l'Europe. (Crédits : Reuters)

Du point de vue des milieux européens et d'affaires, et pas seulement pour la gauche sociale-démocrate européenne, la fin du gouvernement de Mario Draghi a été une grave défaite non seulement pour l'Italie, mais pour toute l'Europe. En renvoyant Mario Draghi chez lui, nombre d'observateurs européens pensent que l'Italie a fait un gigantesque pas en arrière, peu de temps après avoir été enfin promue par le monde des institutions, par des marchés qui, qu'on le veuille ou non, existent et qui, par nature, sont voués à déraper chaque fois qu'il y a un élément d'incertitude, difficile à ranger dans une catégorie prédictive bien précise. Et si l'Italie de Draghi semblait rimer avec diligence, respect des règles, initiative, vision, compétence, cette Italie du « centre-droit » de Meloni-Salvini-Berlusconi, en réalité très très à droite et en partie « populiste », vainqueur du scrutin du 25 septembre, ressemble pour certains à une Italie découragée, feuilletée, à la merci des populistes et donc des spéculateurs financiers. Le chef de la gauche italienne, Enrico Letta, a martelé dans ses meetings qu'il s'agissait de la droite du passé, de la nostalgie et des divisions. Il est vrai que le problème du populisme est souvent le même : soit il crée d'énormes dégâts économiques, soit il tourne à la dictature. Partout où il est apparu, ou presque - car Trump a plutôt bien géré l'économie américaine redevenue fleurissante et Orban semble être apprécié par son peuple -, il a causé d'énormes dégâts : au Venezuela, en Argentine, en Turquie. Pour beaucoup d'analystes européens et occidentaux, qui ne connaissent d'ailleurs pas forcément bien la complexité des droites italiennes, l'Italie serait également menacée. Ils rappellent que ce sont justement les populistes à la Meloni, à la Salvini et à la M5S (Mouvement Cinq Etoiles) qui, en conquérant le pouvoir, finissent par jouer le jeu des spéculateurs financiers contre lesquels ils disent vouloir se battre. Si gouverner, c'est prévoir, on accuse les populistes d'être incapables de prédire les scénarios et menaces futurs et de n'avoir aucune expérience de gouvernement. Voire d'être totalement incompétents en économie. On nous dit ainsi qu'aucun des trois principaux partis populistes italiens n'a de parcours significatif, ni professionnel, ni gouvernemental. Toutes ces accusations, à tort ou à raison, sapent la crédibilité de la nation italienne, dont l'énorme dette inquiète les marchés de la zone euro qui pourrait imploser, jusqu'à offrir une belle opportunité aux spéculateurs. Bref, les populistes italiens menaceraient à la fois l'Italie et l'Europe. Ceci est à la fois une vision et un scénario du pire. Il convient toutefois raison garder et voir les choses autrement qu'à travers le prisme des pays étrangers et de la bien-pensance européiste, qui préfère évidemment Draghi à ces populistes réputés europhobes, excepté Silvio Berlusconi qui a juré le contraire durant toute la campagne.

Qu'en est-il réellement et faut-il s'inquiéter ou « juger sur pièce » ?

En réalité, les trois composantes du « centro-Destra » italien, le parti des Libertés de Berlusconi, la Ligue de Salvini et Fratelli d'Italia de Meloni (FDI), ne sont pas monolithiques et inexpérimentés. Meloni a été ministre de gouvernements de centre-droit sous la présidence du Conseil du Cavaliere; Salvini et d'autres membres plus consensuels de la Ligue ont été ministres ou vice-Premiers ministres, et la Ligue gouverne assez bien plusieurs régions, provinces et villes du nord depuis 30 ans, et le parti de Berlusconi, maintes fois président du Conseil, compte des poids-lourds comme Tajani, commissaire européen, européiste convaincu, et nombre de ministres, sénateurs, députés, présidents de collectivités locales et maires. Certains membres de la Ligue sont même réputés pour leur modération comme l'ex-ministre de l'Intérieur Roberto Maroni ou Giancarlo Giorgetti, ex-ministre de l'Économie du gouvernement Draghi et ex-secrétaire d'État à la présidence du Conseil des ministres dans le gouvernement de Giuseppe Conte. On est loin d'être en face d'une bande monolithique de radicaux inexpérimentés. Et la terrible Giorgia Meloni mérite, comme l'a étonnement déclaré Hillary Clinton elle-même, une chance, de sorte qu'il convient de la juger en temps et en heure et « sur pièce » avant de la condamner par avance. Bref, pourquoi ne pas faire le pari de respecter les règles de l'alternance démocratique et donc la souveraineté populaire, d'autant que Giogia Meloni a énormément échangé ces dernières semaines avec Mario Draghi lui-même qui lui a suggéré des noms de personnalités modérées et rassurantes comme possibles ministres de l'Économie et des Affaires étrangères, deux postes clefs.

Les querelles inter-populistes

Une chose est sûre : le problème de Giorgia Meloni se situe dans sa coalition de droite mais aussi à gauche avec le M5S de Giuseppe Conte. Si l'on regarde en effet de près Matteo Salvini et Giuseppe Conte, on peut dire qu'ils représentent deux formes de populismes et qu'au final, ils se ressemblent beaucoup plus qu'on ne le pense, tout en étant aux antipodes. Matteo Salvini joue toujours sur la peur et la provocation verbale, tandis que son programme économique incohérent semble pour le moins irréalisable. Quant à Giuseppe Conte, il a joué sa « remontada » politique dans le sud de l'Italie en poursuivant le modèle de clientélisme basé sur revenu de citoyenneté : promettre à tous de l'argent public et sans contrôle. Aucun des deux dirigeants n'a expliqué comment ils résoudront les vrais problèmes du pays, tels que la faible productivité, la lutte contre l'évasion fiscale, la lutte contre le chômage et la précarité. Giorgia Meloni, qui semble avoir beaucoup écouté les conseils économiques de Berlusconi, dont elle fut ministre, et Mario Draghi, devra faire très attention à son allié Salvini et trouver un modus vivendi entre son propre étatisme d'origine et le libéral-poujadisme de la Ligue. Matteo Salvini, qui a déjà fait imploser une majorité il y a quelques années, pourrait certes créer de nombreux problèmes à sa propre majorité et poser de sérieux problèmes à l'Union européenne... et vice-versa... Le plus grand risque que court le leader de Fratelli d'Italia est celui faire accuser l'Italie d'être le cheval de Troie en Europe de Poutine - en raison des liens de certains membres de la Ligue avec la Russie (affaire judiciaire de Gian Luca Savoini, par exemple) - et d'Orban. Cela créerait une situation inédite avec de fortes répercussions négatives tant sur le plan économique que diplomatique. Toutefois, il convient de répondre qu'à l'heure actuelle, et depuis que Giogia Meloni est devenue la plus grande atlantiste défeuseur de l'Ukraine et de leur armement, ce n'est pas elle et son « centre-droit » qui est accusable d'être anti-atlantiste et pro-russe, mais bel et bien le mouvement Cinq Etoiles, qui a pourtant gouverné, après la chute de Salvini et de l'alliance Giallo-verde (« jaune-verte » (Ligue-M5S), avec le parti démocrate italien qui chasse les sorcières pro-russes... Rendons à César ce qui est à César.

Des problèmes urgents et de graves défis économiques et sociaux à résoudre

Le ralentissement de l'économie italienne va limiter les ressources disponibles pour la prochaine loi de finances. La dette publique repart à la hausse. Le nouveau gouvernement devra aider l'industrie et les entreprises à faire face à la hausse des coûts de l'énergie. Il va falloir trouver 3,5 milliards d'euros pour réduire la pression fiscale de 2% sur les revenus allant jusqu'à 35.000 euros annuels. Il faudra également résoudre deux problèmes financiers et industriels importants : tout d'abord, la cession de la société nationale ITA (ex-Alitalia), ensuite celle du réseau très haut débit. Enfin, ce sont les milliards du PNRR qui sont en jeu, étroitement liés aux réformes. Rappelons que l'Italie a déjà payé très cher son retard de réformes au cours des vingt dernières années en réduisant le PIB par habitant de 0,8 % sur la période 2000-2019, avec la circonstance aggravante qu'en 2000 le PIB italien par habitant dépassait la moyenne de l'UE de 20 % et en 2019, elle était inférieure de 7 % ; en 2000, le PIB italien par habitant dépassait de 3 % la moyenne de la zone euro et en 2019, il était inférieur de 15 %.

Les deux voies/scénarios possibles du centre-droit italien vainqueur des élections

Le nouveau gouvernement de Giorgia Meloni doit désormais choisir une direction : soit il prendra la direction d'un souverainisme antisystème, anti mondialiste et alors il risquera de déclencher la tempête parfaite (politique, financière, économique, sociale) sur l'Italie et son gouvernement durera à peine un semestre ; soit il poursuivra le programme de réformes voulu par Mario Draghi, changera l'image du parti au pouvoir et le rendra acceptable par l'establishment. Par ailleurs, rien ne permet d'affirmer pour l'heure que Meloni sera la future Présidente du Conseil, quand bien même son parti est vainqueur des élections et primus inter pares au sein du centre-droit qui unit les trois grands alliés. Aujourd'hui, la coalition de centre-droit de Giorgia Meloni est dans une situation inédite. Si celle-ci ne parvient pas à rassurer les marchés et les milieux européens, l'on pourra alors se diriger vers le choix d'un technocrate de droite, comme par exemple les économistes Giuglio Tremonti ou Mario Baldassarri (ex-ministre de l'Économie et des Finances de droite et ex-vice-président du Sénat), ou même le diplomate Giuglio Terzi (ex-ministre des Affaires étrangères du gouvernement Monti). Certes, avec une victoire nette de la droite, Giorgia Meloni pourrait recevoir un « mandat exploratoire » de la part du président de la République Sergio Mattarella (qui a la prérogative de nommer les chefs de gouvernements), en tant que la leader incontestée de la coalition gagnante, mais, dans ce cas, il ne lui sera pas facile d'assurer une coalition solide et cohérente pendant 5 ans et son gouvernement, dénoncé de l'intérieur et de l'extérieur (UE), pourrait être éphémère et, par le jeu des alliances partisanes changeantes, être remplacé par une autre coalition improbable ou contre-nature opportuniste. De plus, elle devra faire face à l'inévitable rivalité avec Matteo Salvini, très probablement nouveau vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, un turbulent chef de la Ligue que Silvio Berlusconi a défini un jour comme « notre Buteur »... Enfin, n'oublions pas l'existence d'un nouveau maître des horloges : l'alliance électorale étonnante entre Matteo Renzi, l'ex-président du Conseil démocrate, et Carlo Calenda, son ancien ministre, qui a fondé en 2019 le nouveau parti Azione qui se pose en alternative aux populistes. Cette alliance inédite Calenda-Renzi, créditée de 5 à 10% maximum, est décisive pour le succès de l'une des deux coalitions, car en cas de forte percée d'Azione, le PD d'Enrico Letta peut perdre de nombreux électeurs. Leur pari ne sera toutefois pas aisé.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 27/09/2022 à 8:34
Signaler
Bonjour Edoardo Merci pour votre article , si votre analyse peut sembler rassurante. Le simple fait de savoir l’Italie sous la coupe de l’extrême droite et des partis e fascisants ou usés comme celui du Cavaliere, me donne froid dans le dos .je revi...

à écrit le 26/09/2022 à 13:23
Signaler
"Aucun des deux dirigeants n'a expliqué comment ils résoudront les vrais problèmes du pays, tels que la faible productivité, la lutte contre l'évasion fiscale, la lutte contre le chômage et la précarité." C'est une forme de sincérité vu que la politi...

le 26/09/2022 à 18:57
Signaler
Ils sont rigolos ces italiens, aller piquer la statue de cire de Berlusconi fallait le faire !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.