Pour protéger nos forêts, il faut aussi les observer depuis l’espace

Partout dans le monde, les forêts montrent des signes forts de diminution de leurs capacités en tant que puits de carbone. La forêt amazonienne, poumon de la Terre, pourrait se transformer en savane dans les prochaines décennies. À l'occasion de la journée internationale des forêts ce lundi, Tara O'Shea, directrice des programmes pour les forêts et l'utilisation des terres chez Planet, explique qu'une surveillance depuis l'espace est une aide précieuse pour protéger et restaurer les forêts.

5 mn

Les nouvelles technologies d'observation de la Terre s'appuyant sur le cloud et l'apprentissage automatique, ainsi que l'analyse de données satellites alimentée par l'IA permettent de surveiller en quasi-temps réel les forêts (Tara O'Shea, directrice des programmes pour les forêts et l'utilisation des terres chez Planet)
"Les nouvelles technologies d'observation de la Terre s'appuyant sur le cloud et l'apprentissage automatique, ainsi que l'analyse de données satellites alimentée par l'IA permettent de surveiller en quasi-temps réel les forêts" (Tara O'Shea, directrice des programmes pour les forêts et l'utilisation des terres chez Planet) (Crédits : Planet)

Depuis 1990, 1,3 million de km2 de forêts, soit une superficie supérieure à celle de l'Afrique du Sud, ont disparu. Cette déforestation est principalement due aux catastrophes naturelles, responsables de feux de forêts et de maladies, à l'utilisation par l'homme de terres forestières pour l'agriculture intensive, au surpâturage lié au développement de l'exploitation minière et des infrastructures, etc. Elle a des répercussions directes sur le réchauffement climatique. La forêt amazonienne brésilienne a relâché sur la dernière décennie 20% de plus de de gaz à effet de serre (GES) qu'elle n'en a absorbé.

Pour lutter contre la déforestation, de belles promesses ont pourtant été faites, mais peu ont été tenues. Au final, d'infimes versements ont été consentis aux pays en voie de développement, ayant renoncé aux recettes fiscales provenant de la production de matières premières, pour réduire les émissions de GES dues à la déforestation. Les entreprises peinent à "autoréguler" la déforestation dans les chaînes d'approvisionnement mondiales. L'objectif visé par la déclaration de New York, signée en 2014, de réduire de moitié la disparition des forêts naturelles dans le monde d'ici à 2020 n'a pas été atteint. Pour preuve, en 2019 au Cambodge, Prey Lang, la plus grande forêt de plaine à feuillage, a perdu 7.511 hectares, soit 73 % de plus que l'année précédente, selon l'Université du Maryland.

Toutefois, la déclaration de Glasgow, qui doit mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des terres d'ici à 2030, va dans le bon sens. Cette fois, il y a plus de pays engagés (une centaine) et plus d'argent sur la table. L'espoir est réel. En effet, les gouvernements et les institutions financières se rendent compte des risques sécuritaires et financiers que pose une utilisation non contrôlée et non durable des sols. Et, ils ont désormais la capacité technologique d'y faire face.

Surveiller les forêts depuis l'espace

Comment suivre et comparer l'état de la déforestation ? Comment évaluer la performance des stratégies dédiées à nos forêts ? Sans disposer de données précises et fiables, il est impossible de mesurer ce que l'on ne peut voir. Les nouvelles technologies d'observation de la Terre s'appuyant sur le cloud et l'apprentissage automatique, ainsi que l'analyse de données satellites alimentée par l'IA permettent de surveiller en quasi-temps réel les forêts. Grâce à ces nouvelles données provenant de l'espace (souvent à une fraction du coût de la télédétection traditionnelle), les changements survenus deviennent visibles, sans avoir à déployer d'importants moyens humains sur le terrain. Il est ainsi possible de déterminer la quantité et la qualité de la forêt, les espèces d'arbres qui y poussent, leur taille, leur diamètre...

Les technologies spatiales sont essentielles pour l'élaboration, la mise en œuvre et le suivi des politiques en matière de lutte contre la déforestation. C'est particulièrement le cas pour le nouveau projet de réglementation de la Commission européenne sur la déforestation importée. Celui-ci impose que les produits importés soient produits sur des terres qui n'ont pas été déboisées ou dégradées depuis 2020. Cette exigence est facilement vérifiable avec les technologies actuelles d'observation de la Terre et d'analyse des données satellites.

Cette capacité de surveillance sans précédent aide notamment les gouvernements des pays tropicaux à respecter leurs engagements en matière de climat et leurs politiques d'utilisation durable des terres.

Prévenir la disparition des forêts tropicales grâce aux satellites

Depuis octobre 2020, l'Initiative internationale sur le climat et les forêts (NICFI) de Norvège opère une surveillance par satellites haute résolution des forêts tropicales du monde entier afin de contribuer à réduire et à inverser leur perte, en partenariat avec Kongsberg Satellite Services, Planet et Airbus Defence and Space. Ce programme de données satellites est accessible aux parties prenantes des gouvernements, des ONG, des universités et du secteur privé. Plus de 10.000 utilisateurs de 132 pays à travers le monde utilisent les données satellites de NICFI, qui sont désormais accessibles dans le moteur Google Earth. Ainsi, tout utilisateur peut facilement réaliser des puissantes analyses uniquement à partir d'un navigateur web.

Le Fonds national de développement durable du Mozambique utilise ces données satellites pour valider les informations utiles à son suivi annuel de la déforestation. L'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime peut identifier, grâce à ces données, des activités illicites comme l'orpaillage illégal, causant la déforestation et la dégradation des forêts. Enfin, Forests of the World est en mesure, avec ces données satellites, de déterminer les clairières à restaurer après l'extraction du bois ou les incendies de forêt, dans le territoire indigène de Monte Verde en Bolivie.

L'observation de la Terre offre donc des capacités uniques que les données in-situ ne peuvent tout simplement pas fournir. Sa fréquence de revisite élevée et sa couverture de zones étendues permettent de réaliser des analyses automatisées à grande échelle. Contrairement à ce qui se passait il y a dix ans, nous disposons aujourd'hui des moyens technologiques nécessaires pour nous aider à mettre en pratique une gestion durable de nos forêts et de nos terres.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 21/03/2022 à 17:15
Signaler
Jamais j'ai vu tant coupure des arbres dans le Coreze (19) et la Creuse (23) que cet annee. Arretez vous d'accuser uniquement le Bresil. Vos forestiers ils on le meme atitude.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.