Révoltons-nous et cessons d'être les colonisés du numérique !

 |   |  1111  mots
Arno Pons, DG de la Digital New Deal Foundation et enseignant à Sciences Po Paris.
Arno Pons, DG de la Digital New Deal Foundation et enseignant à Sciences Po Paris. (Crédits : DR)
Nous devons mobiliser le peuple comme l'avaient fait les mouvements politiques indépendantistes dans les colonies. Par Arno Pons, DG de la Digital New Deal Foundation, enseignant à Sciences Po Paris.

L'Europe connaît au XXIe siècle un repli historique. Le monde est de nouveau divisé par une guerre froide entre deux blocs technologiques. L'un américain (Gafa), l'autre chinois (BATX). Aucun des deux ne laisse de place à l'Union européenne, ni en tant que force, ni même en tant qu'alliée. Notre unique choix serait celui de notre colonisateur... L'Europe n'a pas seulement manqué le virage d'Internet dans les années 1990, elle s'est également laissée envahir sans jamais émettre la moindre résistance dans les années 2000. Et si les Européens ne réagissent pas, cette vassalité économique risque de devenir également politique.Nos dirigeants politiques ont trop longtemps laissé s'installer dans l'opinion publique le sentiment que ces géants du net étaient plus performants que les États, puisqu'ils offraient des services gratuits utiles au plus grand nombre, oubliant d'expliquer au peuple que la différence entre « au plus grand nombre » et « à tous » s'appelle l'intérêt général.

Cette faute pourrait s'avérer fatale : si la première étape pour ces Gafam [Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, ndlr], Natu [Netflix, Airbnb, Tesla et Uber] et consorts est de remettre en question l'État providence en offrant des services gratuits sans avoir à payer d'impôt, la suivante concernera à coup sûr l'État tout court.

Lancer la décolonisation

Beaucoup doutent encore des intentions politiques des Gafa et de leur danger pour nos démocraties. Leurs dirigeants parlent pourtant sans détours de leur vision libertarienne : donner les moyens à chacun de se substituer à un État jugé inopérant à travers des solutions gratuites et open source mises à la disposition des internautes. Ils sont les colons, qui, jadis, apportaient la modernité via de nouvelles infrastructures (routes, hôpitaux, etc.). Eux le font via des « infostructures » (mise en réseau du monde, contenus et outils Web, etc.). Il est temps de mettre fin à cette colonisation des géants du Net qui confondent leurs services avec le progrès.

Cessons cet aveuglement collectif, cette naïveté coupable. Ce n'est pas seulement la responsabilité des politiques dont il est ici question, c'est aussi de notre responsabilité à tous, citoyens. C'est encore plus de notre devoir d'experts et d'intellectuels du numérique d'éclairer les décideurs et surtout de faire prendre conscience aux citoyens français et européens qu'il est temps de sonner la révolte.

Prenons au mot ceux qui, Laurent Alexandre en tête, clament que nous sommes les colonisés du numérique, et lançons le processus de décolonisation. Face à cette invasion numérique subie mais tolérée car jugée « positive », nous devons organiser notre défense puis notre reconquête.

Inspirons-nous des mouvements indépendantistes, qui ont émergé en Afrique et en Asie pendant la guerre froide.

Politiser les enjeux

La nature a horreur du vide. L'Europe ne politise pas le numérique ? Le numérique continuera à se politiser, comme le montrent les ambitions des big tech. La quasi-candidature présidentielle de Mark Zuckerberg en est le symbole. Nous avons, avec nos récents combats sur la fiscalité et la privacy, montré des signaux politiques encourageants pour la défense de nos souverainetés publique et privée. Néanmoins, nos dirigeants doivent aller plus loin et sortir du piège défensif. Ils ne pourront y arriver que si leur action s'inscrit dans un mouvement plus profond.

Nous devons pour cela mobiliser le peuple comme l'avaient fait le Vietnam, l'Inde ou le Sénégal à travers la création de mouvements politiques indépendantistes. Ce sont ces mouvements qui ont permis hier le soulèvement face aux colons (appuyés à l'époque par l'ONU). Ce sont eux qui, demain, nous libéreront. Face à la supériorité technologique - hier des armées, aujourd'hui des plateformes - notre plus belle arme sera le nombre, comme dans toute révolution. Ce soulèvement doit être une initiative populaire. Ce ne sera pas une révolte contre nos dirigeants, bien au contraire. Nous serons un appui, une invitation à s'emparer de cette nouvelle aventure politique. Et nous sentons bien que l'opinion publique est à maturité : une étincelle comme le récent scandale du "Facebookgate" pourrait suffire à allumer la mèche de ce mouvement.

Prendre les GAFA à leur propre jeu

Les mouvements indépendantistes recrutaient et gagnaient en influence au nom des lois de la République que le colon occidental leur avait enseignées : la liberté, l'égalité et la démocratie.

À notre tour, appuyons-nous sur celle importée par nos colonisateurs : la loi de Metcalfe. Ayons recours à la force médiatique et éducative pour expliquer cette loi qui redéfinit la notion de valeur en économie et structure l'hégémonie de la Silicon Valley : « L'utilité d'un réseau est proportionnelle au carré du nombre de ses utilisateurs ». Ainsi, la plupart des entreprises disruptives ne se rémunèrent pas sur la vente d'un produit, mais sur la monétisation d'une communauté, c'est-à-dire un réseau d'utilisateurs connectés entre eux. Uber ou Airbnb, à titre d'exemples, sont de simples plateformes d'interface entre l'offre et la demande : leur valeur réside dans leur réseau. Or plus un réseau comporte d'utilisateurs, plus il permet d'accroître leur position dominante.

Faisons prendre conscience aux citoyens-consommateurs européens qu'ils sont la clé de la prochaine révolution. Parce que la suprématie des géants du Net s'appuie sur le réseau... et que le réseau c'est eux !

Cela reviendrait à réveiller le pouvoir de la foule anonyme, génératrice inconsciente de données (data), en un peuple éclairé conscient de sa valeur. Si les internautes prennent collectivement conscience qu'ils sont détenteurs d'un pouvoir politique par leurs actions et leurs choix sur leurs données - dont dépendent ces plateformes technologiques -, ils pourront alors remettre en cause ces monopoles. Quel plus beau symbole sur le continent des Lumières qu'une telle révolte démocratique. Souvenons-nous du "Discours de la servitude volontaire" d'Étienne de La Boétie, publié en 1576 : « C'est bien le peuple qui délaisse la liberté, et non pas le tyran qui la lui prend. »

Révoltons-nous !

Une « nouvelle Révolution française » est possible et souhaitable. C'est en défendant nos valeurs humanistes et en politisant nos actions que nous réussirons cette décolonisation. Et nous disposons d'une arme dont aucun indépendantiste n'a pu profiter jusqu'ici : le Web décentralisé. Nous sommes convaincus qu'il peut être la nouvelle arme du peuple européen, quand l'effet de réseau sera son armée.

___

Par Arno Pons, DG de la Digital New Deal Foundation, enseignant à Sciences Po Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2018 à 12:01 :
C’est quoi la «  LIBERTÉ « ?
Si elle existait, on le constaterais dans les trois dimensions...( virtuel, réel et futur)
Pas envie de faire la révolution pour augmenter vos avantages en bourse...
... j’étais « libre « avant tous les tyrans qui ont pollué et pullulé sur terre...
a écrit le 19/04/2018 à 22:50 :
J'ai repris deux fois des moules !
a écrit le 19/04/2018 à 12:55 :
Allons bon, un revoltutionnaire a SPo, manquait plus que ca.
a écrit le 19/04/2018 à 9:02 :
Nous sommes devenus ultra-dépendants d'éco-systèmes, logiciels, sites marchands, réseaux "sociaux" de puissances étrangères.
Les GAFA ne payent quasiment pas d'impôts en France mais y réalisent de juteux profits (merci la concurrence fiscale intra-européenne!) et ne respectent pas notre conception de la vie privée.
La chine n'a pas commis l'erreur de l'Europe, elle a développé ses propres solutions (Alibaba, Weibu...) capable de concurrencer les américains sur notre propre sol.

Avant de promouvoir un internet décentralisé qui ne peut tout résoudre (et dont les usages restent à inventer), de grâce, commencez par soutenir les solutions "centralisées" européennes, Qwant (France) à la place de Google, ProtonMail (Suisse), tout autre site marchand à la place de Amazon (redoute, probikeshop, fnac...), projet eelo pour un mobile qui n'exploite pas vos données...
Tout autre exemple est bienvenu.

Résister, ça commence maintenant.
Réponse de le 19/04/2018 à 15:48 :
J'ajoute, pour les livres, chapitre.com, cultura, Decitre, leslibraires, lalibrairie... ou tout simplement votre libraire de quartier, s'il a survécu à la déferlante.
Pour les réseaux "sociaux" privés je découvre whaller.

Se passer des Gafa demande 1) un peu d'effort, et 2) de se déshabituer à ce qui est devenu un standard, mais quand on cherche un tout petit peu, il y a de la concurrence... en France et en Europe.
a écrit le 19/04/2018 à 8:21 :
Oui bref VOUS voulez que NOUS nous révoltions pour défendre vos intérêts. Fatiguant.

"C'est en défendant nos valeurs humanistes"

Par le dumping social, par le dumping fiscal et surtout par la puissante montée des régimes d'extrême droite en europe. Oui c'est vrai on est vachement humaniste hein. La paille la poutre et l’œil hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :