Une attaque sans précédent contre la liberté de la presse

Une décision de justice du tribunal de commerce de Paris empêche Mediapart de publier une enquête sur les pratiques politiques du maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau. Il s'agit d'une atteinte inédite, gravissime et inacceptable à la liberté de la presse. La Société des journalistes de La Tribune est signataire de ce texte rédigé par le collectif Informer N'Est Pas Un Délit. La direction de la rédaction de La Tribune, la direction générale de La Tribune, la présidence et les actionnaires de La Tribune, y apportent également leur soutien.
(Crédits : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)

Nous, sociétés de journalistes, associations de défense du droit à l'information, organisations et collectifs de journalistes, médias, dénonçons avec force la décision du tribunal judiciaire de Paris de faire injonction à Mediapart de ne pas publier de nouvelles révélations sur les pratiques politiques du maire de Saint-Étienne, après celles du chantage à la sextape. Cette censure préalable, décidée sans débat contradictoire, est une grave et flagrante attaque contre la liberté de la presse.

Comment une telle décision a-t-elle pu être rendue, en dehors de toute contradiction, alors qu'il existe pourtant des procédures d'urgence, qui auraient permis à Mediapart de se défendre ?

Depuis la loi du 29 juillet 1881 qui a instauré en France le droit d'information et la liberté d'expression, jamais une telle procédure, à notre connaissance, n'avait été utilisée pour censurer préalablement un média.

Dans un contexte où un industriel a récemment détourné le droit de la presse pour poursuivre un média devant les tribunaux de commerce, où des hommes d'affaires multiplient les procédures bâillons et où de nombreux journalistes se voient refuser l'accès à des données d'intérêt public au nom du "secret des affaires", cet acte liberticide nous inquiète profondément quant à la situation de la liberté de la presse en France.

Nous sommes solidaires de nos consœurs et confrères de Mediapart et nous nous tenons à leurs côtés.

----------------------------------

  • Premières Sociétés de Journalistes signataires

SDJ de Premières Lignes
SDJ d'Arrêt sur Images
SJPL de Libération
SDJ de l'Humanité
SDR de La Vie
SDJ de BFMTV
SDJ de M6
SDJ de France 2
SDJ de FranceInfo.fr
SDJ de Paris Match
SDJ de Télérama
SDJ de Public Sénat
SDJ de Marianne
SDJ de Courrier international
SDJ des Échos
SDJ de Midi Libre
SDJ de France 24
SDJ de La Tribune
SDR de l'Obs
SDJ du Figaro
SDJ de France 3 Rédaction Nationale
SDJ de L'Usine Nouvelle
SCJ de Sud Ouest
SDJ NRJ Group
SDJ de RTL
SDR du Monde
SDJ de RFI
SDJ de l'AFP
SDJ de l'Express
SDJ du Parisien / Aujourd'hui-en-France
SDJ du JDD
SDJ de Radio France
SDJ de LCI
SDJ de RMC
SDJ de M6
SDJ de Challenges

  • Premières associations, collectifs et organisations signataires

Informer N'est Pas un Délit
Reporters Sans Frontières
Fédération Internationale des Journalistes
Association de la Presse Judiciaire
Profession Pigiste
SNJ
SNJ-CGT
CFDT Journalistes
F3C CFDT
SGJ-FO
We Report
Splann !
Forbidden Stories
Collectif Extra Muros
Association des journalistes économiques et financiers, Association des journalistes de l information sociale

  • Premiers médias signataires

Reflets.Info
La Tribune

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 23/11/2022 à 12:27
Signaler
Bonjour, il s’agit du tribunal judiciaire de Paris, et non du tribunal de commerce de Paris, il faudrait rectifier!!

à écrit le 23/11/2022 à 12:27
Signaler
Bonjour, il s’agit du tribunal judiciaire de Paris, et non du tribunal de commerce de Paris, il faudrait rectifier!!

à écrit le 23/11/2022 à 10:44
Signaler
"tribunal de commerce" LOgique vu qu'il relève des patrons et autres esclaves financiers, le problème ce sont les tribunaux de commerce hein et pas la justice ici, attention aux amalgames, les interessés se soutiennent entre eux en dehors de toute no...

le 23/11/2022 à 12:28
Signaler
Il y a une erreur dans cet article, il s’agit d’une décision du tribunal judiciaire de Paris et non du tribunal de commerce!

le 23/11/2022 à 16:13
Signaler
AH ça change tout en effet !

le 23/11/2022 à 16:13
Signaler
AH ça change tout en effet !

à écrit le 23/11/2022 à 7:54
Signaler
Je ne peux que dénoncer cette atteinte à la liberté de la Presse mais puis-je soulever que l'on attend encore une protestation de même amplitude contre les mesures qui ont frappé les journalistes de RT-France, par exemple ? Il me semble quand même ca...

le 23/11/2022 à 10:51
Signaler
Dans RT-France, enlevez RT- et là ça ira. Ce qu'on appelle propagande eux considèrent que c'est juste une 'vérité alternative'. "L'Otan attaque la Russie depuis 2014", c'est c'est une vérité, non ? Combien de missiles ont atterri en Russie ? Vous ne...

à écrit le 22/11/2022 à 19:46
Signaler
Vive la presse "libre" massivement subventionnée par le contribuable et sous contrôle d'oligarques du CAC 40...

à écrit le 22/11/2022 à 18:56
Signaler
En même temps, Médiapart, pas une grosse perte

à écrit le 22/11/2022 à 18:36
Signaler
Comment se fait-il qu'un journal est scandalisé parce qu'il est censuré, alors qu'un élus de l'assemblé nationale s'est vu censuré par des prétextes fallacieux sans contestations médiatiques unanimes. Un journaliste serait-il supérieur à un élu de la...

à écrit le 22/11/2022 à 15:52
Signaler
Ce n'est pas une attaque sans précédent. Le journal Challenges avait été condamné en février 2018 par ce même Tribunal de commerce de Paris à retirer un article sur Conforama. Jugement qui avait été infirmé en 2019 par la Cour d'appel. Mediapart n'es...

à écrit le 22/11/2022 à 15:18
Signaler
Marrant, on n'a pas beaucoup entendu tous ces gens à la censure de Spoutnik/RT France ou la mise sous tutelle de tous les médias Ukrainiens par Zelenski.

le 22/11/2022 à 16:12
Signaler
Les échappés des fermes à trolls de Poutine, vous ne trompez plus personne et vous nous fatiguez.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.