FIP (1/2) : une bonne solution pour les entreprises ?

 |   |  364  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Derniers remparts à une contraction du crédit pour les PME de nos régions, les FIP sont aussi des outils de « réindustrialisation ».

L'année à venir annonce pour les PME les prémices d'une récession attendue, accentuée par l'accès raréfié au financement bancaire. La relative glaciation du marché interbancaire témoigne de la fébrilité extrême des banques de détail. Cette fébrilité ne devrait pas s'améliorer dans le temps, accentuant la récession anticipée.

Dans ce contexte, les Fonds d'Investissement de Proximité, dont la vocation est de transformer l'épargne des Français en investissement durable pour les PME non cotées, apparaissent comme l'ultime rempart à une contraction trop forte de la production française.

Les exemples sont légion. Sur le seul exercice 2011, les FIP de Midi Capital (Avantage PME, ISF et Mezzano) ont investi dans 22 PME industrielles qui, à elles seules, ont généré une croissance de plus de 12 % sur l'exercice et emploient plus de 300 salariés. En tant que gestionnaires de FIP, nous sommes ainsi fiers d'avoir permis la création et le développement d'une société industrielle de reclassement de fruits, innovante, profitable et en croissance grâce a l'investissement de plus de 8 000 particuliers.

Ainsi, l'intérêt de ces fonds pour la collectivité ne nous semble pas devoir être remis en question. En effet, les seules recettes fiscales dégagées par la croissance importante des PME que nous avons accompagnées en 2011 sont largement supérieures aux réductions d'impôts consenties aux souscripteurs de nos fonds. Par conséquent, neutre d'un point de vue fiscal pour la collectivité, les Fonds d'Investissement de Proximité incarnent parfaitement le souhait convergent de l'ensemble des classes politiques françaises de « réindustrialiser nos territoires » ou de mettre en avant la production « Made in France ». Les FIP sont en effet exclusivement investis dans des PME évoluant sur des secteurs traditionnels, souvent industriels, sur nos territoires.

Derniers remparts à une contraction du crédit pour les PME de nos régions, outils de « réindustrialisation industrielle », les Fonds d'Investissement de Proximité cumulent des distinctions. Cependant, sont-ils de bons placements pour les particuliers attirés en premier lieu par les réductions fiscales (comprises entre 22% et 50% de l'investissement) ?

A suivre : Les FIP (2/2) : une bonne solution pour les particuliers
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :