Manche : les abattoirs AIM vont déposer le bilan

 |   |  207  mots
Depuis 2012, l'entreprise est confrontée à des difficultés économiques et financières.
Depuis 2012, l'entreprise est confrontée à des difficultés économiques et financières. (Crédits : Reuters)
L'entreprise, qui se trouve dans "une impasse de trésorerie" compte 591 salariés emplois, pour la plupart sur des sites de la Manche mais aussi à Antrain, en Ille-et-Vilaine.

Après Gad, AIM (Abattoir industriel Manche) doit déposer le bilan. Les abattoirs, dont le siège se trouve à Sainte-Cécile (Manche), déposeront le bilan début janvier, a indiqué mardi 23 décembre à l'AFP la direction de la société. L'entreprise compte 591 salariés, dont 373 dans la Manche, à Sainte-Cécile et à Villedieu-les-Poêles, et 179 à Antrain.

"Il y a eu ce matin un comité central d'entreprise informel au cours duquel la direction a fait part des difficultés de l'entreprise, qui est confrontée depuis 2012 à des difficultés économiques et financières", a précisé une porte-parole de la société.

Objectif: "s'appuyer sur des partenaires industriels"

Face à "une impasse de trésorerie", AIM ne pourra verser mercredi, veille de Noël, que la moitié des salaires de décembre, le solde devant être versé début janvier grâce à l'association de garantie des salaires, a-t-elle ajouté. Et d'ajouter que la prochaine étape sera d'informer le comité central d'entreprise (CCE) le 2 janvier et de demander la protection du tribunal de commerce.

"Sous l'égide du tribunal de commerce, on pourra trouver des solutions pour la poursuite de l'activité, le but étant de s'adosser à des partenaires industriels ou financiers", a poursuivi la représentante de la direction.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2014 à 19:23 :
service comercial imcompetent patydoc avez vous des infos a se niveau cela peut etre interessent...
a écrit le 23/12/2014 à 19:09 :
Demain nous allons avoir notre cadeau de noel une lettre de licenciement pour 4600 ouvriers, les ouvriers sont vraiment de la chair a canon pour nos elus socialistes, pas grave nous les sans dents allons mettre le fn au pouvoir
a écrit le 23/12/2014 à 19:07 :
les abattoirs français sont en concurrence avec les abattoirs allemands et espagnols qui utilisent des travailleurs détachés des pays de l'est a des tarifs horaires tres bas (4 e de l'heure).c'est tout simplement mortel pour l'agroalimentaire et l'élevage français.
Réponse de le 23/12/2014 à 19:25 :
c est vrai ; mais il faut aussi savoir que le service commercial de cette pitoyable société est grossier, incompétent, arrogant, bref, complètement nul !
a écrit le 23/12/2014 à 18:46 :
'Moi président' où son premier ministre ira les voir ils aiment bien visiter les abattoirs..
a écrit le 23/12/2014 à 17:35 :
tout disparaît , c'est dramatique !
a écrit le 23/12/2014 à 17:32 :
Si cet abattoir est au bord du dépôt de bilan... c'est qu'il doit faire face à un concurrent plus performant. Car il faut bien que les bouchers s'approvisionnent. Je n'imagine pas que les vaches normandes partent en Allemagne ou dans les pays de l'Est, se faire découper pour revenir être vendues sur l'étal des bouchers ; bonjour le coût de transport !
Cet article ne parle pas de mauvaise gestion, de salaires de cadre excessif, de sureffectif...
Et pourtant, ce drame social a forcément une explication...
Réponse de le 23/12/2014 à 19:03 :
he si comme le porc ca part en allemagne ou en roumanie et ca revient en barquette en france en allemagne dans les abatoirs les smic tourne autour de 3 4 euros vive l europe regarder un peu dou vient la viande de chez aldi lidl et les autres distributeurs vous seriez bien etonnes ..........k
Réponse de le 24/12/2014 à 12:02 :
Le coût de transport d'un pays de l'est vers la France est ridiculement bas. Surtout en utilisant les transporteurs de ces pays. Transporter 20 tonnes de viande sur 2000 kms ne reviens pas chère au kilo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :