Dijon en bonne position pour accueillir le siège de "l'ONU du vin"

Implantée à Paris depuis sa création en 1924, l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), surnommée "l'ONU du vin" par les experts, cherche à un nouvel endroit pour son siège. Trois villes sont candidates pour accueillir ses locaux : Bordeaux, Reims… et Dijon !

3 mn

(Crédits : @Ville de Dijon)

« Nous sommes très optimistes pour la candidature de Dijon. Il est prévu un déplacement au nom des membres de la chaire (Unesco, culture et traditions du Vin) cette semaine pour faire l'inventaire de tout le fonds de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). C'est un bon signe », confie Jocelyne Pérard, responsable de la chaire.

L'équipe dijonnaise qui a présenté le dossier est confiante. Les atouts de la capitale bourguignonne sauront séduire, estime-t-on en Bourgogne-Franche-Comté, les membres de l'OIV, aussi appelé « l'ONU du Vin » par de nombreux experts. Cette organisation intergouvernementale à caractère scientifique et technique, spécialisée dans les domaines de la vigne et du vin compte 48 états-membres. Elle représente 85 % de la production mondiale. Dès janvier 2021, la capitale de la région Bourgogne-Franche-Comté, située au kilomètre zéro de la route des Grands crus, s'est mobilisée pour présenter sa candidature afin d'apporter une réponse immobilière adaptée et proposer un montage financier favorable à l'OIV.

François Rebsamen, le maire de Dijon n'a pas caché ses ambitions :

« C'est une occasion formidable pour Dijon d'accueillir cette organisation internationale. Cela participera au rayonnement de notre ville. Je ne veux pas heurter les autres, mais nous souhaitons faire de Dijon une capitale mondiale du vin ».

Cette démarche s'inscrit dans le prolongement de la Cité internationale de la gastronomie qui sera inaugurée en avril 2022. « Notre ville est un choix idéal au cœur du vignoble le plus prestigieux du monde. C'est un environnement très favorable pour favoriser la promotion de la vigne et du vin, en lien avec la recherche universitaire », poursuit-il.

Un écosystème vitivinicole actif

Dijon dispose d'une offre académique d'excellence reconnue internationalement avec la labellisation ISITE (axe Territoires- Environnement-Aliments) lui permettant de former les futurs professionnels du monde. La chaire UNESCO « culture et traditions du vin », en lien étroit avec l'Institut de la vigne et du vin Jules Guyot, représente un atout international pour la métropole qui tisse des liens avec quelques 60 universités dans le monde et organise un colloque chaque année à l'étranger.

Pour accueillir le nouveau siège de l'OIV, Dijon propose un bâtiment inscrit au titre des monuments historiques au cœur du secteur sauvegardé : l'Hôtel particulier Bouchu d'Esterno, rue Monge. Il représente une superficie de 2 000 m² qui pourraient répondre aux attentes en termes de surface, de fonctionnalités et d'accessibilité de l'OIV, aujourd'hui à l'étroit sur son site parisien.

l’hôtel particulier, Bouchu dit d’Esterno, l’un des plus importants hôtels particuliers construits au milieu du 17ème siècle

Décision d'ici au 12 juillet

Dijon est inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité au titre du Repas gastronomique des Français depuis 2010 et au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des Climats du vignoble de Bourgogne depuis le 4 juillet 2015.

« L'écrin qu'offre cette région à l'OIV ne peut pas être meilleur. Les côtes de Beaune et de Dijon sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre de son patrimoine viticole. C'est une région qui est un modèle pour les viticulteurs du monde qui cherchent à faire des vins de terroirs. En tant que vigneron, ce serait une joie énorme d'accueillir l'OIV », souligne Aubert de Vilaine, co-héritier et co-gérant du Domaine de la Romanée Conti et Président d'honneur de l'association « Les Climats du Vignoble de Bourgogne ».

La décision du nouveau lieu d'implantation de l'OIV pourrait tomber d'ici au 12 juillet, en lien avec l'assemblée générale de l'organisme.

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 22/06/2021 à 17:15
Signaler
"l'ONU du vin" Faudra juste éviter les rixes en plein centre ville comme en juin 20 vin.

à écrit le 22/06/2021 à 14:32
Signaler
J'imagine les trognes du conseil de sécurité.

à écrit le 22/06/2021 à 13:39
Signaler
Pour moi ça serait mieux en Anjou. Pourquoi l'Anjou? Ben c'est son côté et histoire internationale de l'Anjou, les Angevins ont parcouru toute la planète pour apprendre aux locaux à faire du bon vin, ils sont passés en Afrique du Sud, en Australie...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.