Filière pêche : la SEM Lorient-Keroman forme et recrute

À Lorient, la filière pêche cherche des bras. Pêcheurs, opérateurs de criée, techniciens ou commerciaux : elle offre de nombreuses opportunités d’emploi. Pourtant, la SEM Lorient-Keroman peine à embaucher et le fait savoir.

2 mn

100.000 tonnes de produits de la mer sont traitées chaque année à Lorient-Keroman. Ce qui représente plus de 500 emplois.
100.000 tonnes de produits de la mer sont traitées chaque année à Lorient-Keroman. Ce qui représente plus de 500 emplois. (Crédits : DR)

Pour accompagner la croissance du port de pêche, la SEM Lorient-Kéroman, qui gère et exploite les installations des pôles halieutique et de réparation navale, cherche actuellement à embaucher pour des postes de technicien de maintenance-électricien, commercial-acheteur en produits de la mer (trilingue), technicien aire de réparation navale ou encore d'opérateur borne de saisie.

« Plateforme logistique et commerciale, le port propose une multitude de services et requiert de nombreuses compétences, explique son directeur général Benoît Jaffré. La SEM Lorient-Keroman a augmenté ses effectifs de plus de 30% depuis 2013. En 2018, son chiffre d'affaires était de 77,5 millions d'euros. Elle compte 85 salariés et cherche encore à recruter en CDD et CDI sur des emplois techniques et administratifs. »

À la SEM, 50 fonctions différentes assurent le service des activités de la concession portuaire. Pour accompagner la montée en compétences, due au déploiement d'équipements modernes, de nouvelles technologies et du numérique, le port investit en parallèle dans la formation. Selon les cas, il fait aussi le choix de l'alternance.

Vers un doublement des recrutements dans les métiers de la mer d'ici à 2030

Plus globalement, tous les métiers en déficit d'image recrutent, « du matelot au patron, des femmes comme des hommes », fait valoir le port de pêche. À elle seule, la SEM Lorient-Kéroman fédère plus de 270 entreprises représentant 3.000 emplois directs et une centaine de navires de pêche. Les mareyeurs et poissonniers, qui traitent chaque année 80.000 à 100.000 tonnes de produits de la mer, représentent plus de 500 emplois, dont la moitié au sein des ateliers de la place portuaire.

Ces entreprises embauchent, avec peine, « au minimum 15 personnes chaque année ». Le pôle de réparation navale (1.000 emplois pour 54 entreprises) est également en tension sur tous les métiers. Tuyauteurs, chaudronniers, électriciens, stratifieurs, mécaniciens sont les bienvenus.

Moteur du développement économique et social du territoire, l'activité maritime comptabilise près de 13.000 emplois dans le pays de Lorient. Alors que les recrutements dans les métiers de la mer devraient doubler d'ici à 2030 pour atteindre le million en France, le secteur breton de la pêche, qui représente 50% de la récolte française, estime devoir embaucher 500 marins dans les cinq années à venir.

2 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/04/2019 à 8:29
Signaler
Et les salaires svp ? Parce que que nos politiciens propriétés des mégas riches nous imposent de travailler de plus en plus dur dans de plus en plus mauvaises conditions ne serait il pas là le problème principale des emplois non pourvus ? Exe...

le 09/04/2019 à 15:01
Signaler
@ multipseudos "Votre copain Drouet" T'apprends rien toi hein, jamais ? Signalé

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.