À Paris, plus de taxes pour boucler un budget 2021 à la peine

 |  | 629 mots
Lecture 3 min.
Pour boucler son budget, l'Hôtel de Ville mise entre autres sur une reprise importante du tourisme dans la capitale.
Pour boucler son budget, l'Hôtel de Ville mise entre autres sur une reprise importante du tourisme dans la capitale. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Stationnement payant des deux roues, hausse de la taxe de séjour sur les plateformes... La mairie de Paris rêve d'une hausse de nombreuses taxes pour boucler son budget de 2021, avec une dette de plus de sept milliards d'euros.

"Le contexte est inédit", insiste l'adjoint (PS) aux Finances de la maire de Paris, Paul Simondon. "La facture de la crise Covid pour la Ville de Paris, c'est 800 millions d'euros", ajoute-t-il alors que débute le débat sur le budget qui doit être adopté ce mardi.

La crise a entraîné une perte de "540 millions d'euros de recettes" liée à des baisses des taxes de séjour (45 millions d'euros en 2020 contre 95 millions en 2019), des cotisations sur la valeur ajoutée des entreprises, ou encore des transactions immobilières (la perte en droits de mutations à titre onéreux, dits "DMTO", s'élevant à 150 millions d'euros en 2020), entre autres.

Concrètement sur le marché de l'immobilier, "à l'issue de la première période de confinement, la dynamique des ventes [...] ne s'est pas totalement rétablie, enregistrant même une baisse de 14,57% entre mars et mai 2020", en comparaison avec la même période un an plus tôt, indique la mairie.

In fine, sur un budget annuel de quelque 10 milliards, la dette explose et s'établit à 7,153 milliard d'euros en 2020 après 6,1 milliards un an plus tôt. Elle "est strictement corrélée aux décisions prises pour maintenir l'activité économique, l'emploi et la solidarité, en particulier en faveur des plus précaires, pendant la crise sanitaire", justifie l'Hôtel de Ville.

Lire aussi : La relance en Île-de-France, une nécessité impérieuse

"Malgré l'impact de la crise, l'endettement des Parisiens, comparé aux autres grandes villes françaises, reste modéré", assure-t-on, cette année encore, à la mairie de Paris.

L'horizon ne semble pas s'éclaircir: "On doit faire un budget avec un niveau de prévisibilité nettement plus faible", euphémisme le nouvel adjoint qui était auparavant chargé de la Propreté.

Deux roues, taxes de séjour

La suppression progressive de la taxe d'habitation, qui concernera 35% des foyers parisiens en 2021, affectera les ressources de la Ville, qui "ne percevra donc plus que [...] 199 millions d'euros, contre 826 millions" en 2020 grâce notamment à la taxe d'habitation des résidences secondaires.

Pour boucler son budget, l'Hôtel de Ville mise sur une reprise importante du tourisme dans la capitale, une hausse de la taxe de séjour, de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires... Et pour obtenir gain de cause, la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a écrit aux parlementaires.

La demande portait sur les DMTO, "les faire passer de 4,5% à 4,8%", la taxe d'habitation "pour les résidences secondaires, les faire passer de 60% à 100%", et la taxe de séjour "sur les locations touristiques des plateformes de type Airbnb", précise Paul Simondon.

Dans le viseur, également, la mise en place d'un stationnement payant des deux roues motorisés. "L'utilisation de l'espace public pour stocker un véhicule type deux roues de façon gratuite ne nous semble plus d'actualité", a estimé l'élu.

Lire aussi : Anne Hidalgo veut réserver des voies "aux véhicules propres" dans Paris

La mairie de Paris présente "un budget insincère", "irresponsable": elle "passe son temps à écrire à tous les députés, tous les sénateurs, tous les présidents de groupes pour leur demander de présenter des amendements qui permettraient d'augmenter les impôts des Parisiens", s'est étranglée Marie-Claire Carrère-Gee (LR)

Elle en veut pour preuve les prévisions de la Ville concernant les "recettes de taxes de séjour au niveau de ceux de 2019: ces bases sont fausses !", s'est encore insurgée l'élue de droite, qui doute d'une reprise du tourisme.

"Quand on se plaint de l'arrêt du dynamisme de la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises), du niveau de péréquation, de la fin de la taxe d'habitation... Est-ce qu'on est vraiment face à une maire socialiste ?", raille l'élue Modem, Maud Gatel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2020 à 17:12 :
Un péage à l'entrée de la ville, par caméras vs plaque (voire vignette dématérialisée comme ça va se faire en Allemagne sur les autoroutes : pas en règle ? Große Amende).
Trop de dépenses, pas assez de recettes, c'est pas facile de gérer une ville aussi grande.
Baisser les dépenses, ça ne saurait se faire ? Je ne sais pas combien ça rapporte mais quand le nombre de places de stationnement en surface auront fondu (= écologie, ville verte, etc), les recettes vont devenir portion congrue, c'est une grande addition les revenus de la Mairie. En parking sous terre c'est sans doute pas le même revenu car privé.
a écrit le 18/11/2020 à 8:54 :
et sinon, ya des economies au programme? ou juste de nouvelles depenses?
elle fait comme son ex amant, elle jete l'argent par la fenetre en esperant refiler la patate chaude; c'est de famille, on dirait! qui se ressemble s'assemble...
faut voter une taxe sur l'air respire, les gens n'auront pas le choix de payer ( en votant quand meme une exemption ' pour ceux qui votent bien', car ' ils n'en n'ont pas les moyens , eux', charite socialiste commence par soi meme)
a écrit le 18/11/2020 à 1:32 :
Existe t-il une autre ville de France avec un tel deficit ?
6 milliards, le prix de deux centrales atomiques. Hidalgo, c'est le must.
a écrit le 17/11/2020 à 17:34 :
La mairie cherche des milliards pour payer les logements ou logeront (s'entasseront compte tenu de la densité existante à Paris) des fonctionnaires qui voteront bien.
Sauf qu' a force de charger la barque même ses habitants ne pourront plus y vivre correctement. Tout sera trop cher.
On a beau pressuriser les riches, le problème c'est que leur nombre n'augmente pas aussi vite que la dette, alors il faut aussi pressuriser les moins riches : exemple des parkings a scooter.
a écrit le 17/11/2020 à 16:15 :
Pb parisiano parisien... le reste de la france s'en tape
Les parisiens ont se qu'ils méritent !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :