Anticor saisit le PNF sur la Société du Grand Paris

 |   |  329  mots
(Crédits : DR)
L'association de lutte contre la corruption Anticor a saisi mardi le parquet national financier (PNF) des anomalies constatées par la Cour des comptes dans le fonctionnement de la Société du Grand Paris (SGP).

L'association de lutte contre la corruption Anticor a saisi mardi le parquet national financier (PNF) des anomalies constatées par la Cour des comptes dans le fonctionnement de la Société du Grand Paris (SGP).

Cet établissement public à caractère économique et commercial (EPIC) est chargé de la réalisation du réseau de transport public du Grand Paris, le Grand Paris Express. Au 31 décembre 2016, il avait déjà notifié près de 770 marchés.

Or, dans un rapport publié le 17 janvier 2018, la Cour des comptes a pointé du doigt "une rigueur insuffisante dans la gestion" de ces marchés, des pratiques contraires au droit de la concurrence et aux principes des commandes publiques.

Lire aussi : Société du Grand Paris : pourquoi les coûts ont dérapé selon la Cour des comptes

Ainsi, selon la Cour, la SGP a "eu recours à 164 marchés attribués sans publicité ni mise en concurrence pour un montant estimé à 137 millions d'euros hors taxe". Elle a aussi déploré que des avenants aient bouleversé "l'équilibre initial" de certains marchés "dans des proportions très significatives".

La SGP ne souhaite pas encore communiquer

Pour sa part, Anticor dénonce également dans un communiqué des dérapages de coûts chiffrés en milliards d'euros. L'association rappelle que le coût du projet de Grand Paris Express était évalué en 2010 à 19 milliards d'euros lors de sa présentation, un coût révisé à 22,62 milliards en 2013.

"La dernière estimation fournie par la SGP en juillet 2017 est déjà à 38,48 milliards d'euros, soit un dérapage des coûts de 12,46 milliards par rapport au coût d'objectif de 2013", ajoute Anticor.

"Je vois difficilement le PNF ne pas ouvrir d'enquête, au regard de la gravité des anomalies constatées et des montants en jeu", a déclaré à Reuters le président de l'association, Jean-Christophe Picard.

Contacté par La Tribune, la Société du Grand Paris n'a pas souhaité faire de commentaires à ce stade.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2018 à 19:23 :
Attendes vous nous parlez de cette plainte d'anticor mais pas de celle qui vise la campagne électorale de Macron, de Le Pen, de Mélenchon et de Hamond sans rire ?

La fabrique à opinion.

"Anticor réclame une enquête sur les comptes de campagne de Macron, Mélenchon, Le Pen et Hamon " https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0301815078032-anticor-reclame-une-enquete-sur-les-comptes-de-campagne-de-macron-melenchon-le-pen-et-hamon-2183637.php
a écrit le 13/06/2018 à 12:33 :
Corruption, financements déguisés, versements de commissions, extensions de marchés sans concurrence, on a là tout l'éventail des malhonnêtetés dont notre système politique a le secret en arrosant tout le monde pour que personne en se plaigne d'avoir été oublié. La solution du PNF pour surveiller ce gâchis n'était pas mauvaise en soi, sauf que le système a compris comment le neutraliser.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :