Grand Paris Express : pourquoi le conseil de surveillance suscite les convoitises

 |  | 722 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
L'organe de contrôle de la Société du Grand Paris, l'établissement public qui construit le super-métro francilien, devait se réunir ce 6 octobre, mais le rendez-vous a été ajourné sine die, en attendant la nomination de son président.

Qui sera le prochain président du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris (SGP) ? L'organe de contrôle de l'établissement public qui construit le Grand Paris Express devait se réunir ce mardi 6 octobre 2020, mais le rendez-vous a été ajourné sine die, faute de nomination officielle. Dans ce flou persistant, sont néanmoins pressentis François Durovray, le président (LR) du conseil départemental de l'Essonne et Olivier Klein, le maire (PS) de Clichy-sous-Bois et président de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU).

Le conseil de surveillance joue pourtant un rôle essentiel dans la réalisation du super-métro francilien. Composé de onze représentants de l'Etat et dix élu(es), à commencer par la présidente (Libres) de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo et les sept autres...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2020 à 8:49 :
Les salaires ?

En général dès qu'il y a le mot "surveillance" c'est que ce sont des emplois bien rémunérés pour seulement valider les décisions prises par les cabinets financiers. Les mecs ils auront du temps et de l'argent pour s'occuper de leur maîtresse, what else !?

Tiens d'ailleurs faut postuler où svp ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :