Hidalgo veut drastiquement réduire la place de la voiture au cœur de Paris dès 2022

Alors qu'il existe quelque 238 "zones à trafic limité" dans huit pays européens (dont 228 pour la seule Italie qui a lancé le mouvement dès les années 1970), Paris se lance à son tour dans la transformation de son espace public, qui devrait aboutir à la création de la troisième "zone à trafic limité" (ZTL) française (après Nantes en 2012 et Grenoble en 2017). Le maire adjoint David Belliard (EELV) a détaillé le périmètre concerné et comment s'organisera la consultation pour mener à bien ce projet de "piétonnisation du centre de Paris", promesse de campagne de la maire sortante (PS).

4 mn

Le prospectus de la consultation disponible sur le site de la mairie de Paris, précise que, le trafic de transit, c’est-à-dire les véhicules traversant la zone sans s’y arrêter, [sera] généralement interdit. Photo d'illustration : embouteillage à Paris dans le secteur des grands boulevards au centre de Paris.
Le prospectus de la consultation disponible sur le site de la mairie de Paris, précise que, "le trafic de transit, c’est-à-dire les véhicules traversant la zone sans s’y arrêter, [sera] généralement interdit". Photo d'illustration : embouteillage à Paris dans le secteur des grands boulevards au centre de Paris. (Crédits : Reuters)

La mairie de Paris veut faire plus de place aux piétons, vélos et transports en commun dès 2022 dans le centre de la capitale en "réduisant drastiquement" le trafic des véhicules traversant la zone sans s'y arrêter, explique l'adjoint à la voirie David Belliard au lancement d'une concertation sur le sujet.

Un vaste périmètre concerné

La "Zone apaisée Paris Centre et Saint-Germain" concernera l'ensemble du secteur de Paris Centre, qui regroupe depuis 2020 les 4 premiers arrondissements de la capitale, et la partie de la rive gauche située au nord du boulevard Saint-Germain dans les Ve, VIe et VIIe arrondissements.

Cette "zone à trafic limité" (ZTL) a "pour ambition de réduire drastiquement le trafic de transit pour faire la part belle aux piétons, aux vélos et aux transports en commun", a expliqué sur Twitter David Belliard, adjoint (EELV) de la maire PS Anne Hidalgo chargé de la transformation de l'espace public.

Ce dispositif, déjà en vigueur dans plusieurs villes de France (Nantes depuis 2012, à Grenoble depuis 2017) ou d'Europe (à Milan depuis de très nombreuses années, à Rome, Madrid...), vise aussi à "protéger la santé des parisiens en diminuant la pollution atmosphérique, de réduire l'ambiance sonore de plus de 2 décibels", explique aussi le communiqué de la ville de Paris

L'Ademe a publié en juin 2019 un document fort intéressant intitulé "Les Zones à trafic limité en Europe" (voir lien en pied d'article) où l'organisme rappelle en préambule qu'il a recensé quelque 238 zones à trafic limité (ZTL) en fonctionnement à la date de janvier 2019 dans 8 pays européens. L'Ademe, qui met en exergue la performance de l'Italie qui concentre à elle seule 228 ZTL, parce que la mesure a été adoptée dès les années 1970, affirme :

"Aucun dispositif similaire n'a été trouvé ailleurs dans le monde."

La consultation a débuté mercredi, le projet doit être bouclé en octobre

À Paris, la consultation lancée mercredi 14 mai 2021, et qui est censée aboutir en octobre au bouclage du projet avant une mise en place de la ZTL au cours du premier semestre 2022, doit notamment permettre de "préciser les catégories de véhicules autorisés à entrer dans le centre", explique la mairie sur son site. La question des deux-roues y sera posée.

Assistaient à cette réunion publique tenue ce mercredi 12 mai par David Belliard, adjoint à la maire de Paris: Ariel Weil, maire de Paris Centre, Florence Berthout, maire du 5e arrondissement, Jean-Pierre Lecoq, maire de 6e arrondissement de Paris et Rachida Dati, Maire du 7e de Paris.

"Il n'est pas question de supprimer tout le trafic"

"Si Paris souhaite réduire le trafic de transit, pour autant il n'est pas question de supprimer tout le trafic", prévient David Belliard. "Les riverains, les personnes à mobilité réduite, les taxis, les artisans et commerçants du quartier, etc., pourront continuer à y accéder."

Des modifications des plans de circulation locale à venir

La concertation doit aussi permettre de déterminer les modalités d'accès à la ZTL. Outre une adaptation de la signalétique, "nous souhaitons limiter le nombre d'accès possibles" via "des modifications des plans de circulation locale pour réduire les voies de passage", explique David Belliard à l'AFP.

"Évidemment, cela nécessitera des agents de la mairie sur le terrain."

Le transit représente jusqu'à 40% et 60% du trafic dans ce secteur

Le trafic de transit représente entre 40% et 60%, suivant les heures, de l'ensemble du trafic automobile dans ce secteur, souligne l'adjoint pour lequel 180.000 voitures passent chaque jour dans cette zone, soit "10 fois plus que le nombre de voitures de celles et ceux qui y habitent".

Dans son programme pour sa campagne de réélection en 2020, Anne Hidalgo, candidate potentielle à la présidentielle de 2022, avait promis "la création d'aires piétonnes dans tous les quartiers" et "la piétonnisation du centre de Paris".

Son premier mandat avait été marqué par un long bras de fer politique et juridique pour fermer à la circulation une partie des voies sur berges de la Seine, désormais réservées aux piétons.

(avec AFP)

___

ANNEXE

Les zones à trafic limité (ZTL) en Europe, ADEME, juin 2019

4 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 16/05/2021 à 18:58
Signaler
Paris est un enfer bruyant, pollué, sale. Une horreur. Circuler en voiture , trouver où stationner est l'enfer numéro 2. Les transports en commun, dont le métro sont l'enfer numéro 3. Il est donc normal que les Parisiens soient l'enfer numéro 4 pour ...

à écrit le 15/05/2021 à 10:41
Signaler
Ex -parisien ( j y suis ne y ai vécu 40 ans) Je suis plutôt pour... ayant développé une pathologie chronique respiratoire diagnostiquée à l’origine environnementale ( suis non- fumeur). Les transports publics sont bien suffisant puisque paris dispos...

le 15/05/2021 à 13:05
Signaler
Paris a un réseau dense de transport public, mais Paris est aussi une des villes les plus densément peuplées au monde devant New York ou Tokyo. Le réseau de transport est à la fois sous-dimensionné par rapport au nombre d'usagers et surutiisé, Il ...

à écrit le 15/05/2021 à 10:06
Signaler
Bien sur , des voies sans voiture pour la transition écologique... Avec des exception, pour le maire, les membreux du partis et les amis de madame ... Tous ses socialiste écolo bobo sont nostalgiques de l'union soviétique, avec les voies pour les...

à écrit le 15/05/2021 à 8:07
Signaler
moins de voitures ok, ou sont les parking,§§!!!et des transport en "commun" propre et agreable; mais dans le centre historique que l on supprime aussi quand ils sont la, les autocars touristiques source d'embouteillage et de pollution en effet Paris ...

à écrit le 14/05/2021 à 19:13
Signaler
Les parisiens l'ont réélue en toute connaissance de choses. Ils l'ont donc bien méritée. Laissons Paris aux parisiens, on trouve tout ailleurs aussi !

à écrit le 14/05/2021 à 16:50
Signaler
La piétonnisation systématique des villes était justifiée dans le contexte d’une circulation automobile composée de véhicules à moteurs thermiques polluants mais elle le sera beaucoup moins quand toutes les voitures seront électriques. Vouloir faire ...

à écrit le 14/05/2021 à 15:13
Signaler
bonne décision de Mme Hidalgo depuis qu'elle est maire. (et je suis loin d'être Hidalgophile. Le centre historique de Paris (l'essentiel du1,2,3,4, un peu de 5,6,7 est un dédale du ruelle où peut à peine circuler, les trottoirs sont minuscules on pe...

à écrit le 14/05/2021 à 13:12
Signaler
Il ne lui reste plus qu'a mettre le bon bulletin de vote au présidentielle pour continuer d'exercer ces tâches de maire!

à écrit le 14/05/2021 à 13:10
Signaler
Hidalgo verte ? de la part de la maire de Paris on s'y attendait, nous les banlieusards... Quid de la concertation avec le "grand Paris" Quid de la circulation " ailleurs" et en dehors du Périphérique ? Je propose donc que toutes les voitures/ ...

le 14/05/2021 à 13:48
Signaler
Ou alors ,en rétorsion interdire aux parisiens de quitter Paris comme chaque vendredi soir ou comme mercredi dernier par exemple sur l'A6 pour éviter de polluer à leur tour d'autres régions ou lieu de vacances.

le 14/05/2021 à 14:14
Signaler
@ lachose Pas faux étant donné que la fois où ils ont confiné seulement Paris, par chez nous, plusieurs centaines de kilomètres plus loin donc, les routes et autoroutes étaient bien clairsemées. Le problème est qu'ils s'y sentent tellement bien d...

le 15/05/2021 à 8:02
Signaler
Tu sais, moins de 30 pour cent des Parisiens ont une voiture. Alors interdis donc la circulation de transit dans ta. Ville de banlieue u pire, je m'en fous, au mieux. Ça me donnera peut être envie de venir te voir. Bien le bisous de paris XIX

à écrit le 14/05/2021 à 13:09
Signaler
Comme d'habitude on met la pression sur les salariés tandis que ce sont les propriétaires d'outils de production qui pourraient vraiment faire évoluer la mobilité dans ces biens trops grosses villes telles Paris, cela devrait être à eux de faire des ...

à écrit le 14/05/2021 à 13:06
Signaler
Je ne comprend toujours pas pourquoi on ne fait pas comme à Londres, un péage, c'est ce qu'il y a de plus efficace pour réduire la circulation. Quand on dit que les anglais sont pragmatiques, ce n'est pas pour rien, les français en manquent cruelleme...

le 16/05/2021 à 23:50
Signaler
ça réserve l'accès de la ville aux riches et aux rentes de situations (propriétaires immobilier, bureaucrates, etc.) ... et ça fait payer aux gens qui viennent travailler les taxes locales au profit des résidents (riches, propriétaires et bureaucrate...

le 17/05/2021 à 8:42
Signaler
@Roland : Ben non, payer pour circuler, c'est une politique totalement libérale, c'est ça, le libéralisme, on paye pour un service. C'est votre point de vue qui est anti-libéral. Et d'ailleurs, il n'y a pas besoin d'être "riche", pour payer un péage....

à écrit le 14/05/2021 à 12:49
Signaler
Ca s'appelle une zone piétonnière et ça n'a rien de nouveau. Reste à savoir quelle peut être l'extension maximale de ce type de zone et comment on gère les flux de contournement.

le 16/05/2021 à 23:54
Signaler
les flux de contournement ne vont pas impacter les riches, les propriétaires et les bureaucrates (publics et privés) du centre-ville parisien... Donc, ça ne devrait pas trop les soucier. Le centre-ville parisien devient clairement une rente de situa...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.