Immobilier neuf : un rebond de grande ampleur en Île-de-France

 |   |  721  mots
Le nombre de prêts à taux zéro accordé en Île-de-France a explosé en ce début d'année.
Le nombre de prêts à taux zéro accordé en Île-de-France a explosé en ce début d'année. (Crédits : Reuters)
Les chiffres du logement neuf dans la région Île-de-France présentent des taux de croissance supérieurs à 20 % sur un an.

La dynamique liée à la montée en puissance du Grand Paris semble déjà s'être enclenchée sur le terrain de l'immobilier résidentiel. Alors même que l'on attend moult projets d'aménagement à venir dans l'agglomération capitale, les chiffres des mises en chantier atteignent déjà un haut niveau. La région capitale prend ainsi une part prépondérante dans la croissance des mises en chantier de logements neufs au niveau national (+3,8 % à fin avril sur douze mois). Le nombre de mises en chantier en Île-de-France est ainsi à son plus haut niveau depuis le début du siècle, soit 67.300 logements, en hausse de 25,8% sur un an.

Une demande encore insatisfaite

Les objectifs fixés en 2010 dans la loi relative au Grand Paris - 70.000 logements construits par an - sont donc presque atteints, même s'il faudra vraisemblablement aller au-delà au regard du poids démographique de l'Île-de-France - 18 % de la population métropolitaine - et de la demande de logements encore insatisfaite.

Par ailleurs, une partie des classes moyennes n'a toujours pas accès au parc social et éprouve des difficultés à se loger au sein du parc privé. Et 80.000 personnes restent hébergées chaque nuit par l'Etat, sur crédits publics, dans les centres ou hôtels, note la préfecture d'Île-de-France. Des problèmes demeurent, donc. Mais l'embellie est incontestable. « L'activité du logement explose ! », se réjouit tout de même le préfet de la région Jean-François Carenco, qui note aussi que plus de 75.000 permis de construire ont été octroyés sur les douze derniers mois, soit une hausse de 21 %.

Les primo-accédants de retour

Ces bons chiffres tiennent en partie du retour des primo-accédants sur le marché du neuf, grâce à l'instauration d'un prêt à taux zéro renforcé, qui peut désormais financer jusqu'à 40% des achats, et qui accroît le différé de remboursement. En Île-de-France, 4.230 PTZ ont été distribués entre janvier et avril 2016, soit une hausse de 98% par rapport à la même période de l'année précédente, selon la préfecture, alors que les prévisions tablaient sur environ 3.100 PTZ accordés en ce début d'année. A ce rythme, l'objectif de 15.800 PTZ accordés en 2016 pourrait donc être largement dépassé. Dans le détail, 95% de ces prêts de taux zéro ont été octroyés pour l'acquisition de logements neufs, 3% dans l'ancien et 2% pour l'acquisition d'anciens logements locatifs sociaux.

Fort succès de l'investissement locatif

Mais le principal élément de reprise dans le neuf reste le succès du dispositif fiscal d'aide à l'investissement locatif Pinel. Il donne la possibilité à un investisseur de louer à ses ascendants ou à ses descendants, et durant trois durées différentes pour bénéficier de l'avantage fiscal : 6, 9 ou 12 ans, contre seulement 9 ans auparavant. Cet assouplissement a été important en Île-de-France pour séduire des investisseurs jusqu'ici peu convaincus par la rentabilité du dispositif. Les prix de l'immobilier francilien sont en effet élevés par rapport aux loyers plafonnés proposés par le dispositif.

Les promoteurs entendus

L'instauration de ces deux derniers dispositifs découle, du reste, des demandes répétées des professionnels de l'immobilier, et notamment des promoteurs. Satisfaits de l'action du gouvernement, ils continuent malgré tout à faire valoir de nouvelles revendications. 
Ils sont notamment partis en croisade contre les maires qui leur imposent, par le biais de chartes à la limite de la légalité, de construire sur des terrains privés des logements avec des caractéristiques bien spécifiques. Faute de quoi, les élus n'accorderaient plus d'autorisation de construire. De quoi potentiellement limiter la production de logements.

La préfecture avertit les élus

Et sur ce sujet, les promoteurs immobiliers ont une nouvelle fois reçu le soutien de l'Etat. La préfecture d'Île-de-France a ainsi publié un document à destination des élus rappelant « qu'il n'est pas légal de refuser d'enregistrer ou d'instruire une demande de permis de construire ». Or, « certains promoteurs font état de discussions en fin d'instruction du permis de construire tendant à demander la suppression d'un ou plusieurs étages pour obtenir les permis de construire », ajoute la préfecture. Ce qui selon elle, « est une pratique incohérente aux conséquences coûteuses, qui bouleversent l'équilibre économique des opérations. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2016 à 22:38 :
Bonsoir je m'appelle Alfred Doreen sylvain je vie en Guyane j'ai une fille âge de 9 mois je voulais m'installer en métropole mes avant de m'installer je voulais déjà trouvé un appartement mes salutations
a écrit le 10/06/2016 à 8:41 :
le reprise du bâtiment est enfin là!! ça doit permettre de gagner quelques dixièmes de point de croissance et accélérer fortement les créations d'emplois, enfin bref nous donner enfin un peu d'air!
a écrit le 10/06/2016 à 3:54 :
Le cliche de cette ville avec sa chappe de pollution, brrrrr. Ca ne donne pas envie de s'y installer. Vive l'air de la mer.
a écrit le 10/06/2016 à 1:12 :
Heureusement que la fed va relever ses taux.
a écrit le 09/06/2016 à 19:35 :
L’île de France ok et pour le reste du pays immobilier toujours en berne....
Réponse de le 09/06/2016 à 21:49 :
C'est faux, ça repart aussi. Moins fort et plus tard, mais Paris est un peu à la province ce qu'est l'intérim à l'emploi global: un indicateur avancé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :