Vélib’ : Paris et Smovengo tombent d’accord, la banlieue dubitative

 |   |  806  mots
777 stations Velib' seront ouvertes d'ici à la mi-juillet.
777 stations Velib' seront ouvertes d'ici à la mi-juillet. (Crédits : Reuters)
Auditionné ce 11 juillet 2018 par le syndicat d’élus grand-parisiens Autolib’ Vélib’ Métropole (SAVM), le nouveau président de Smovengo, Arnaud Marion, a présenté sa feuille de route d’ici à septembre, sans pour autant convaincre les adjoints des communes de petite couronne.

800 stations, 10.000 vélos, dont 3.000 à assistance électrique (VAE), et 30.000 trajets quotidiens d'ici à fin septembre. Ce sont les objectifs fixés par Arnaud Marion, président de Smovengo depuis le 26 juin, qui est venu présenter son « plan d'action »  aux élus parisiens et grand-parisiens membres du syndicat Autolib' Vélib' Métropole (SAVM).

« Nous nous inscrivons dans le futur en prenant acte de nos défaillances », a déclaré en préambule Arnaud Marion qui entend « stabiliser un périmètre de 777 stations à la mi-juillet pour faire naître un déploiement et une fiabilisation du service rendu aux utilisateurs et ce afin de respecter nos objectifs ».

Le président de Smovengo a également promis d'ici à la fin de la semaine une nouvelle version des "totems" pour y « injecter des VAE », mais aussi une mise à jour de la console du guidon pour « corriger les failles dans la décharge des batteries ». Quant aux cales - « des palliatifs »  selon les mots d'Arnaud Marion - aujourd'hui installées sous les vélos pour qu'ils soient à hauteur des bornes, il assure que le système sera consolidé à la rentrée.

Sensibilisation et maraudes contre le vol de Vélib'

En attendant, 3.000 vélos ont déjà été perdus. « Un chiffre absolu et colossal. L'incivilité est un phénomène qui coûte cher », tempête Arnaud Marion qui en oublierait presque que les dépassements ne sont actuellement pas facturés. Une campagne de sensibilisation sur les pénalités en cas de non-restitution sera donc lancée cet automne de même que trois équipes de maraudes circuleront pour récupérer les deux-roues.

« Ce n'est certainement pas la situation que tout le monde aurait souhaité, a encore ajouté le président de Smovengo, mais nous avons privilégié un cheminement raisonnable plutôt que d'aller sur tous les domaines à la fois. Nous avons le souci de la satisfaction des utilisateurs et de notre client, le SAVM ».

En réponse, la direction des équipes techniques du SAVM s'est félicitée « des améliorations notables sur les aspects information, télécoms, techniques, exploitation, avec des gens d'expérience qui ont convaincu », tout en faisant part de sa « prudence »  quant au déploiement de ces correctifs : « On est passé d'un système agile avec des méthodes plus rigides, mais il y a un processus que l'on déploie que lorsque cela a été vérifié ».

Quand et combien ? demandent les élus locaux

En revanche, les élus de petite couronne ne l'ont pas entendu de la même oreille. « Quand pouvons-nous espérer l'installation des stations et leur mise en service ? Allons-nous faire une modification des règles de paiement ? » s'est ainsi interrogée Sylvie Mariaud, maire-adjointe de Bois-Colombes. Les collectivités s'acquittent en effet d'une cotisation pour le syndicat et doivent payer annuellement des frais de fonctionnement des stations, quelle que soit leur date d'installation.

L'annonce de la fermeture de cinq stations cet été dans cinq autres communes que Paris n'a pas arrangée les choses. Concerné, le représentant de Rosny-sous-Bois, Jean-Paul Fauconnet, dit avoir « appris la nouvelle »  lors de cette audition quand sa consœur de Maisons-Alfort, Marie-France Parrain, a regretté le « lourd tribut payé par les villes de banlieues », espérant « une égalité de traitement entre les villes ».

« Il a fallu faire des arbitrages techniques, leur a répondu Arnaud Marion, la question de l'égalité est toujours une question compliquée. On a essayé de faire de l'équité et on a fait des choix par rapport à des cohérences d'éloignement des stations entre elles. »

Le maire-adjoint aux Transports de la capitale, Christophe Najdovski, a, lui, défendu le prestataire en saluant sa « proposition de stabiliser avant de repartir » et en rappelant que « Paris prenait aussi sa part à cet effort collectif ».

58.000 demandes de remboursement sur 285.000 abonnés

Le syndicat Autolib' Vélib' Métropole et Smovengo sont en outre tombés d'accord sur cinq « indicateurs de fiabilité de service » : le nombre de courses supérieures à trois minutes, le nombre de vélos fonctionnels, la fiabilité de l'application, le taux de vélos disponibles en stations et le nombre moyen de trajets par vélo.

Le SAVM fonctionne grâce aux adhésions des territoires mais aussi grâce aux abonnements des usagers. Sa présidente, Catherine Baratti-Elbaz, maire du XIIe arrondissement, a annoncé la tenue d'une « discussion globale sur les pénalités à appliquer, les factures, les acomptes » fin septembre.

En attendant, l'opérateur des deux-roues, qui a reçu 58.000 demandes de remboursement sur 285.000 inscrits, s'est engagé à ne pas facturer les usagers en juin ainsi qu'à rendre les 30 premières minutes gratuites pour les Vélib' et les VAE de juillet à septembre. Des avancées certes, mais Arnaud Marion n'a pas précisé quel en serait le coût final pour les municipalités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2018 à 12:44 :
Parisiens et banlieusards, attendez la note finale, elle va etre salee.
a écrit le 12/07/2018 à 13:31 :
Allez ! Encore 1 an ou 2 et le service reviendra à la normale ... ;)
Perso, j’ai résilié mon abonnement !
Ciao velib
Réponse de le 12/07/2018 à 16:49 :
Même pas sûr ! Trop de défauts de conception : mécanique (liaison aux totems, totems eux même), electronique (console vélos trop bas de gamme, pas au niveau d une utilisation publique), informatique (incompréhensible pour l utilisateur, bourrée de bugs, développée pr des stagiaires...), sociale (mépris des salariés de terrain, trop de monde a l 'ssistance telephonque, pas assez à la mécanique, entretien, livraison velos...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :