Espace : "Mauvaise année 2012" pour le constructeur de satellites Thales Alenia Space

 |   |  416  mots
Le groupe, qui a dû affronter la concurrence accrue de ses compétiteurs américains, a quand même signé quatre contrats majeurs en 2012. © DR
Le groupe, qui a dû affronter la concurrence accrue de ses compétiteurs américains, a quand même signé quatre contrats majeurs en 2012. © DR (Crédits : DR)
Jean-Pierre Vialaneix, directeur de l'établissement Thales Alenia Space (TAS) de Toulouse, le reconnaît : l'année 2012 a été « difficile » pour le constructeur de satellites, en raison de la crise et de la "concurrence accrue venue des États-Unis". Le chiffre d'affaires 2012 est estimé à environ 2,1 milliards d'euros.

Il y a un an, Dominique Rousselet, directeur de l'époque de Thales Alenia Space Toulouse, prédisait une année 2012 "turbulente". Son successeur Jean-Pierre Vialaneix, n'a pu que confirmer : 2012 n'est pas une bonne année pour le constructeur de satellites franco-italien. Sur le marché des satellites de télécommunications, l'entreprise n'a obtenu que 2 des 18 commandes passées au niveau mondial, soit une part de marché de 11% environ. "C'est peu", reconnaît Jean-Pierre Vialaneix.

Budgets stagnants

En cause donc, la concurrence venue des États-Unis. "Les Américains se détournent de la défense et du militaire pour se tourner de nouveau sur les satellites commerciaux", explique le directeur du site toulousain. Mais la crise économique mondiale se fait également sentir, selon lui. "Les budgets institutionnels sont maintenus car l'espace est un enjeu stratégique, mais ils n'augmentent pas.
En 2012, le nombre de satellites à construire dans le monde était à 18 exemplaires contre 25 ou 30 les bonnes années." Le directeur du site espère tout de même un retour à la normale en 2013 avec des perspectives favorables. "Nous avons de gros contrats dans le pipe-line, surtout dans le domaine des télécommunications."

Le premier satellite du Turkménistan

Malgré une baisse de régime sensible, TAS a remporté quatre gros contrats en 2012. Le premier avec le ministère des Communications du Turkménistan pour la conception, la fabrication et la fourniture du premier satellite de télécommunications du pays. Thales Alenia Space a également été sélectionné par l'européen Eutelsat pour la construction du satellite EUTELSAT 8 West B, toujours dans le domaine des télécommunications.
TAS a par ailleurs signé avec l'Agence Spatiale Européenne (ESA) le contrat pour la fourniture des satellites Météosat Troisième Génération (MTG). Enfin, l'entreprise a reçu commande de la société allemande OHB pour fournir des équipements électroniques pour les 8 derniers satellites de la constellation Galileo.

Prudence pour 2013

En 2013, la prudence sera de mise au niveau des recrutements. Seule une trentaine d'embauches est programmée pour compenser les départs naturels. "Entre 2007 et 2011, le site de Toulouse a embauché près de 350 personnes", rappelle cependant Jean-Pierre Vialaneix qui évoque un plan de restructuration lancé il y a un an et demi "pour augmenter la compétitivité".
Dans le cadre de ce plan, un nouveau bâtiment de 8.500 m2 qui abritera 650 salariés est en construction. Il représente un investissement de 15 millions d'euros. Le bâtiment devrait être livré le 31 août 2013.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2013 à 9:12 :
L extreme faiblesse de ces entreprises qui, sont a la merci de 3 ou 4 contrats qu elles signeront ou ne signeront pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :