Deauville, Cabourg...le « 21ème arrondissement de Paris » guette la réouverture des lieux culturels

 |  | 764 mots
Lecture 4 min.
Cabourg part à la recherche du temps perdu avec cette villa fréquentée en son temps par Marcel Proust
Cabourg part à la recherche du temps perdu avec cette villa fréquentée en son temps par Marcel Proust (Crédits : Ville de Cabourg)
CULTURE WEEK-END. A inscrire dans l’agenda des télétravailleurs, de plus en plus nombreux à quitter les aires urbaines pour rallier la cote Fleurie dès le jeudi soir. La ville de Cabourg ouvre en avril une villa pour célébrer Marcel Proust et la Belle Epoque. Deauville inaugure en mars un lieu hybride à mi-chemin entre le musée et la salle de spectacles dans l’ancien couvent des Franciscaines.

« Balbec est agréable, j'ai passé par là il y a quelques années. On commence à y construire des villas fort coquettes » relate Marcel Proust dans A l'ombre des jeunes filles en fleur, second tome de son œuvre monumentale. Balbec - ce village imaginaire inventé par le père du nouveau roman - emprunte beaucoup aux villes de la cote normande et singulièrement à Cabourg. De 1907 à 1914, l'écrivain de santé fragile, y pose ses valises chaque été pour profiter de l'air vivifiant. Il prend ses quartiers au Grand Hôtel d'où Il écrit les plus belles pages de son œuvre monumentale.

Aussi curieux que cela puisse paraître, on cherchera vainement trace de l'auteur entre les demeures huppées de la station balnéaire. Rien (ou si peu) qui puisse évoquer A la Recherche du temps perdu. L'oubli sera bientôt réparé. A compter du 3 avril (si tout se passe bien) , le promeneur trouvera de quoi étancher sa curiosité dans les salles de « la Villa du temps retrouvé » : un nouveau lieu immersif aménagé par la ville dans une ancienne demeure construite par l'architecte du Grand Hôtel. Son ambition ? Réveiller à la fois le souvenir de Marcel Proust et celui de la Belle Epoque où il vécut.

« L'ancêtre de Netflix»

Musique, livres, peintures, dessins, objets... L'endroit, conçu à la manière d'un cabinet de curiosités, célébrera cet âge d'or qui voit naître le cinéma, l'impressionnisme, la littérature moderne mais aussi le téléphone, l'automobile ou les premières industries. Les villes du littoral normand sont ce tourbillon. « La Belle Epoque est un temps suspendu entre deux siècles, entre deux guerres, entre deux mondes, un temps déjà moderne mais pas encore contemporain, qui avait Paris pour centre du monde l'hiver, et la côte Fleurie normande pour centre des étés » rappelle Jérôme Neutres, ancien directeur du développement de la Réunion des Musées Nationaux et commissaire d'exposition.

« La vitesse, le règne mécanique... Beaucoup de choses rappellent notre époque dans cette période effervescente à cette différence que les gens croyaient encore au progrès » complète le maire de Cabourg. Au détour d'une salle, on découvrira ainsi que le père de Marcel, médecin hygiéniste, fut l'un des premiers théoriciens du confinement qu'il appelait « séquestration ». Tristan Duval cite aussi en exemple le théâtrophone inventé par Clément Ader pour faire entendre les plus grands airs d'opéra à des afficionados moyennant un abonnement. «C'était ni plus ni moins l'ancêtre de Netflix ».

Côté fréquentation, l'édile n'espère pas rivaliser avec la VOD mais il table sur trente à quarante mille visiteurs annuels. « Ce nouveau musée va porter l'image de la ville durablement. Il comble un manque entre l'impressionnisme et les plages du débarquement » avance t-il. Une autre Madeleine de Proust en somme.

A Deauville, le couvent se réinvente

Chargé de piloter la mission « réinventer le patrimoine » lancée par les ministères de la Culture et de la cohésion des territoires, Philippe Augier, maire de Deauville, a mis le principe à l'épreuve dans sa propre ville. Acquis pour 4 millions d'euros en 2012 par la municipalité, l'ancien couvent des Franciscaines a fait peau neuve sous la houlette de l'architecte Alain Moatti, connu pour avoir réaménagé la maison de couture de Jean-Paul Gaultier dans un ancien hôtel particulier parisien et le premier étage de la tour Eiifel.

Deauville

Le scénographe a repris à son compte le nouveau concept des hyper-lieux qui mêlent « strates de connaissance et intensité conviviale ». Il s'est appuyé sur l'imaginaire foisonnant associé à la cité balnéaire pour magnifier, les 6.000 mètres carrés de l'édifice. La déambulation, qui débute par une grande galerie jalonnée de bornes numériques, invite à découvrir quatre univers qui font la renommée de Deauville : les artistes, le cinéma, l'art de vivre et le cheval.

Le tout a été pensé pour « ouvrir la culture et décloisonner ses frontières ». Outre les salles d'exposition et l'auditorium lové dans l'ancienne chapelle, il abrite également une ludothèque, un fablab, une cantine connectée, un parc robotique et une micro-folie conformément au souhait de Philippe Augier d'en faire « un espace public inclusif et actif ». Sauf nouveau confinement, Les Franciscaines ouvriront leurs portes le 20 mars avec une première exposition temporaire  « Sur les chemins du paradis » placé sous le commissariat général de Régis Debray. Rendez-vous est pris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :