Altarea Cogedim mise tout sur Cap 3 000

 |   |  759  mots
(Crédits : CAP 3000)
Avec un investissement annoncé de 400 M€, le promoteur immobilier veut à la fois redorer le blason du plus ancien centre commercial français et montrer de quoi il est capable en matière de locomotive commerciale.

Les engins de chantier ne sont pas encore massivement présents, mais il flotte bien comme un air de renouveau sur le site. Cap 3 000, qui s'étend entre la mer Méditerranée et l'aéroport de Nice sur 85 000 m2, prépare activement sa transformation. Plus exactement sa rénovation-extension. Et c'est son propriétaire, Alain Taravella, dirigeant-fondateur d'Altarea-Cogedim qui est "descendu" en personne présenter son projet aux politiques et aux acteurs économiques. Car si Cap 3 000 peut s'enorgueillir d'être le tout premier centre commercial à avoir vu le jour en France, 45 ans plus tard, il a beaucoup perdu de son aura. Et même si Alain Taravella reconnaît lui-même bien volontiers que le "charme" originel est "suranné", il sait aussi qu'il lui faut en passer par un plan de re-séduction massif.

Ambition exagérée ?

"Audace et continuité" ont donc, dixit Alain Taravella, dicté les choix faits pour redynamiser le centre commercial installé à Saint-Laurent du Var à quelques petits kilomètres de Nice. Une variante du traditionnel "changement dans la continuité". Il faut dire que le projet est effectivement plutôt ambitieux : une surface totale de vente qui prend 50 000 m2 supplémentaires pour atteindre 135 000 m2. Des enseignes - 140 actuellement - qui vont également grossir et seront 300 à terme. Des parkings qui vont forcément aussi se multiplier pour totaliser 4 800 places au total contre 2 800 actuellement. Et un nombre de visiteurs souhaité à 14 millions annuels contre 10 millions aujourd'hui. Des visiteurs qu'il va donc falloir sacrément charmer. Architecturalement parlant, le parti a été pris de faire de l'actuel bâtiment qu'une partie du tout qui va avaler les actuels parkings en surface pour les enterrés et donner l'espace aux magasins à venir.

Le tout, dans deux ans ressemblera d'ailleurs plus à un vaisseau futuriste qu'à un centre traditionnel. Volontairement, l'avancée a été faite vers la Méditerranée, la volonté étant d'avoir "une mer intégrée" détaille l'agence d'architecture Groupe-6, choisie pour dessiner le nouveau navire amiral du n°3 français de la promotion immobilière commerciale. "Notre ambition est énorme, mais elle est justifiée", affirme Alain Taravalla, qui rappelle que l'investissement de 400 M€ est supérieur à l'investissement consenti pour le Qwartz, le dernier bébé en date chez Altarea Cogedim, fort de 86 000 m2, 165 boutiques, implanté dans la région parisienne et ouvert depuis le printemps.

Concurrence

Et de fait, la rénovation-extension de Cap 3 000 n'est pas - et de loin - le seul et unique projet de centre commercial dernière génération a prévoir d'ouvrir ses portes prochainement dans le département des Alpes-Maritimes. Le concurrent le plus sérieux - ne serait-ce qu'en terme d'ambition fermement affichée et de m2 prévus - est le projet porté par Socri associé à Unibail Rodamco. Polygone Riviera - tel est son nom - n'est implanté qu'à 10 km de Cap 3 000. Et si là aussi le chantier bat son plein, le dessein d'être le n° 1 des centres commerciaux azuréens est un plus qu'un souhait. 70 000 m2 répartis en 4 quartiers, comprenant 150 boutiques dont 18 moyennes surfaces, un Printemps étalé sur 9 000 m2, 28 restaurants et pauses gourmandes, un cinéma de 10 salles, un casino (déjà existant, appartenant au groupe Tranchant), 3 000 places de parking... Qui dit mieux ? Nice One peut-être, le futur centre commercial de 29 000 m2 qui commence à se dessiner dans le périmètre de l'Allianz Riviera, le grand stade de Nice, lui aussi posé à moins de 10 km de Cap 3 000 mais à l'est du département. Dix moyennes surfaces, vingt boutiques, une rue à ciel ouvert...

La concurrence s'agite, Altarea Cogedim sait qu'elle doit frapper fort. Au 9 000 m2 du Printemps annoncé à Polygone Riviera, Cap 3 000 répond par un Galeries Lafayette et un Lafayette Gourmet qui ensemble occuperont 35 000 m2. Et puis il aura aussi cette aile Premium avec plusieurs marques haut de gamme, "inédites ou peu implantées en France" promet Alain Taravella qui se veux confiant et se raccroche à l'idée que "les enseignes préfèrent venir s'installer dans des sites avérés plutôt que dans des sites en construction". Il faut dire aussi que depuis qu'Altarea Cogedim a acquis Cap 3 000 en 2010, elle a investi en tout 1 milliard d'euros. Côté planning, les premiers parkings seront livrés en 2016, l'ensemble est quant à lui attendu pour 2018. À cette date, Polygone Riviera sera déjà opérationnelle. Mais Alain Taravella minimise l'information. "Cap 3 000 illustre notre stratégie de développement sur des actifs commerciaux régionaux d'exception" répète-t-il. "Nous voulons faire de Cap 3 000 un centre commercial en front de mer, unique en Europe". Vraiment ambitieux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :