Au-delà du foot, Marseille à la pointe du sport

 |   |  834  mots
Cent cinquante mille licenciés, 70.000 pratiquants libres, 1.500 clubs et 60 disciplines, voilà pour la carte d'identité sportive. Et, dans le rôle du capitaine de projet, on retrouve fort opportunément un nageur largement titré, le licencié du Cercle des nageurs, Frédérick Bousquet, conseiller municipal délégué à la « capitale européenne du sport 2017 .»
Cent cinquante mille licenciés, 70.000 pratiquants libres, 1.500 clubs et 60 disciplines, voilà pour la carte d'identité sportive. Et, dans le rôle du capitaine de projet, on retrouve fort opportunément un nageur largement titré, le licencié du Cercle des nageurs, Frédérick Bousquet, conseiller municipal délégué à la « capitale européenne du sport 2017 .» (Crédits : Reuters)
Si ici on vibre pour l'OM ou les nageurs du Cercle de Marseille, le terrain de jeu sportif est bien plus vaste. La preuve ? Marseille sera, en 2017, capitale européenne... du sport. Un bis repetita placent dont on espère le même résultat que pour la culture, en 2013. En attendant les compétitions de voile aux JO de 2024...

Si d'aucuns auraient tendance à cataloguer Marseille comme la ville de la pétanque et du football, le choix de la seconde ville de France pour accueillir les épreuves de voile dans le cadre de la candidature de Paris à l'organisation des Jeux olympiques de 2024 tend à prouver que Marseille possède des atouts plutôt bien vus depuis Paris et le siège du Comité international olympique. Une annonce faite début septembre qui a réjoui l'adjointe... au tourisme.

Et si Dominique Vlasto - qui s'occupe également des congrès, des croisières et de la promotion de Marseille - est contente, c'est qu'il faut considérer, outre la fierté d'avoir été choisie, les retombées en termes d'images et d'attractivité.

Marseille et le sport, une affaire qui roule

Car tout est là : l'événement attire forcément, les passionnés de la discipline d'abord et les touristes ensuite.

« Les grands événements sportifs de renommée internationale participent au rayonnement de la destination et sont sources de retombées économiques et médiatiques non négligeables », résume fort justement l'élue marseillaise, qui rappelle qu'ici se tiennent régulièrement régates et manifestations nautiques - dont les Mondiaux en 2002 -et que donc ce choix est tout à fait logique.

D'ailleurs, du côté de la municipalité, on n'a pas hésité, lors de l'annonce de la candidature à la capitale européenne du sport, à sortir les chiffres pour montrer à quel point Marseille et le sport sont un duo qui s'accorde fort bien.

Cent cinquante mille licenciés, 70.000 pratiquants libres, 1.500 clubs et 60 disciplines, voilà pour la carte d'identité sportive. Et, dans le rôle du capitaine de projet, on retrouve fort opportunément un nageur largement titré, le licencié du Cercle des nageurs, Frédérick Bousquet, conseiller municipal délégué à la « capitale européenne du sport 2017 ». Pour un autre élu marseillais, l'adjoint délégué au sport, tout cela ne doit rien au hasard, d'autant que « 10 à 12 millions d'euros sont investis chaque année » pour encourager la politique sportive, précise Richard Miron, et que le budget sport et jeunesse s'élève à 70 millions d'euros. Une réponse argumentée à ceux qui voient dans l'obtention de la « capitale européenne du sport » davantage un gadget qu'une opportunité économique. Il est certain que la venue de l'Euro2016 en terre marseillaise l'an prochain passionne davantage. D'autant que les matchs évolueront au sein du Vélodrome.

Un stade mythique, arborant une silhouette flambant neuve après trois années de travaux engagés pour un montant de 268 millions d'euros, et fièrement dressé dans le paysage avec sa toiture ondulée et ouverte sur le ciel. Un stade rénové après signature d'un partenariat public-privé (PPP) entre la municipalité et la société chargée de la maintenance et de l'exploitation du stade, Arema, filiale de Bouygues. Voilà donc un Vélodrome redessiné, agrandi (67.000 places dont 6.000 VIP), qui n'est pas entièrement dévolu à l'Olympique de Marseille mais qui reçoit aussi certains matchs du Rugby Club toulonnais voisin.

Entreprises et centres de recherche en synergie

Un équipement qui ne se prive pas de jouer aussi dans l'en-but des entreprises en proposant ses 8.500 m2 d'espaces réceptifs aux séminaires, conventions, soirées de gala et autres. Les entreprises, voilà bien l'autre terrain de jeu sur lequel Richard Miron entend déplacer le curseur pour montrer que Marseille a tout de la sportive accomplie. Il ne faudrait tout de même pas oublier que vivent ici des champions dans leur catégorie, tels Beuchat, le spécialiste de la combinaison Néoprène (CA 2013 : 16,4 M€), Shark, le chef de file du casque de moto (CA 2014 : 65 M€), Gymnova, le spécialiste du matériel pour la gymnastique (CA 2014 : 25 M€), Sun Valley pour le prêt-à-porter de la glisse ou encore Sécuderm, l'inventeur du pansement de plongée.

Des entreprises qui peuvent ainsi profiter des infrastructures de recherche. Car, du côté de l'Université, le sport n'est pas qu'une activité de détente, c'est aussi un sujet d'étude sérieux. En effet, c'est ici que Décathlon ou Nike viennent tester leurs produits. C'est même précisément à l'Institut des sciences du mouvement, une unité mixte de recherche associant Aix-Marseille Université et le CNRS, seule unité hexagonale en lien avec le sport à avoir une double tutelle.

« Le laboratoire a pris le virage de la recherche partenariale avec les ETI et les PME », explique le professeur Gilles Montagne qui en est chargé.

C'est dans un super-gymnase bourré de technologie que sont menés expériences et calculs. Le TechnoSport, ce sont 600 m2, des capteurs, de monitoringset d'outils de mesure pointus qui servent de champ d'expérimentation et de tests grandeur nature pour des produits de marques de sport. Treize millions d'euros d'investissement intelligemment dépensés qui valident la formidable équipe que forment les chercheurs et les industriels. La meilleure démonstration qui prouve qu'à Marseille on a la tête et les jambes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2015 à 8:26 :
Qui est Laurence Bottero? Vit elle a Marseille, et si oui, dans quelle sphère? Comme dit plus haut, les piscines sont absentes, les stades délabrés ( sauf le vélodrome qui nous a couté 1/4 de milliard, chose la plus urgente a rénover a Marseille). Les gymnases tombent en ruine, enfin bon oui Marseille et le sport sont des grand amis....
a écrit le 25/10/2015 à 20:36 :
Ville magnifique, très dynamique, aux antipodes du Marseille bashing qui est à la mode dans la majorité des médias, bien relayé par les quelques ignorants qui se sont exprimés avant moi. Je vous invite à la découvrir ne serait-ce que pour une journée voire deux.
a écrit le 25/10/2015 à 8:54 :
Connaissez-vous, quelque soit le sport concerné, un club français ramenant autant de médailles à la France lors des JO que le Cercle des Nageurs de Marseille ?
Réponse de le 25/10/2015 à 12:36 :
Chez les hommes, voici les meilleurs clubs de natation : 2012 Stade Français Olympique Courbevoie **** 2010-2011 CN Antibes **** 2008-2009 CN Marseille **** 2003-2007 CS Clichy 92 **** 2002 CN Antibes **** 2001 Dauphins du TOEC...Marseille n'est pas très présent.
Réponse de le 25/10/2015 à 16:21 :
Je parle de médailles au JO toutes disciplines confondues. À quand une médaille, même de bronze a Courbevoie ?
a écrit le 25/10/2015 à 8:11 :
Connaissez-vous un autre club ramenant en France autant de médailles que le Cercle des Nageurs de Marseille et ce toutes catégories confondues ?
a écrit le 25/10/2015 à 0:24 :
Marseille , c'est beaucoup d'insécurité...
a écrit le 24/10/2015 à 20:15 :
Je sais pas d ou vient le tropisme de la tribune pour Marseille: un jour c est marseille parmi les "smart city" et aujourd hui capitale du sport ... Moi je dirai plutot capitale du copinage et du nepotisme ... Et c est pas pres de changer (a moins que gaudin meure lors d une sieste au senat)

Sinon pour info la plupart des piscines municipales a Marseille sont fermee faute de budget et le cri de ralliement de tous les bourrins locaux c est "allez l OM". Donc il vaut mieux investir dans le sport que dans la science par ex
Réponse de le 24/10/2015 à 21:03 :
Bien dit , certains reportages sortent on se sait d'où , cette ville est un chancre , ni plus ni moins ... il suffit d'aller y passer une journée voire deux et on comprend .
a écrit le 24/10/2015 à 11:39 :
Marseille : capitale mondiale de la Kalachnikov !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :