Beem Energy veut démocratiser l'énergie solaire à domicile

Avec un kit solaire destiné produire sa propre énergie chez soi, la startup nantaise Beem Energy, dont l’offre a été rapidement référencée par Boulanger et Leroy Merlin, vient de lever 7 millions d’euros pour accélérer sa croissance. Objectif : devenir un acteur européen incontournable dans la gestion de l’énergie à la maison.

4 mn

Ralph Feghali, Ceo  de Beem Energy, diplômé en économie et en énergie, Pierre Emmanuel Roger, directeur technique, Arthur Kenzo, designer industriel veulent  démocratiser l'énergie solaire à domicile en créent une expérience utilisateur inédite pour permettre aux gens de prendre le contrôle sur l'énergie.
Ralph Feghali, Ceo de Beem Energy, diplômé en économie et en énergie, Pierre Emmanuel Roger, directeur technique, Arthur Kenzo, designer industriel veulent démocratiser l'énergie solaire à domicile en créent une expérience utilisateur inédite pour permettre aux gens de prendre le contrôle sur l'énergie. (Crédits : beem energy)

En quelques mois, le kit solaire modulaire et connecté à installer soi-même de Beem Energy, vendu en ligne et référencé par les grandes surfaces spécialisées Boulanger et Leroy Merlin, est parti comme des petits pains « On en a vendu près de deux mille », reconnait Ralph Feghali, PDG et cofondateur de la startup accompagnée par l'accélérateur nantais Imagination Machine, devenu un Startup Studio For Good, destiné à soutenir les entreprises à impact positif sur leur territoire.

« L'énergie est encore un secteur nébuleux pour beaucoup de Français et pourtant 60% à 70% d'entre eux s'interrogent sur la manière de participer à la transition énergétique », indique Ralph Feghali. C'est pour lever ces freins aussi « structurels qu'émotionnels » que le PDG diplômé en économie et en énergie, avec Pierre-Emmanuel Roger, directeur technique, passé chez des Green Tech et chez Renault où il a contribué à la mise en œuvre du premier modèle hybride de la marque, et Arthur Kenzo, designer industriel et spécialiste des services, ont uni leurs compétences pour fonder Beem Energy, il y a deux ans et demi. Objectif : démocratiser l'énergie solaire et créer une expérience utilisateur pour permettre aux gens de prendre le contrôle sur l'énergie. « Beaucoup sont effrayés par les investissements, les lourdeurs administratives et la pose des installations en toiture. Nous, on veut leur permettre de faire le premier pas pour goûter à l'énergie solaire et à l'autoconsommation », flèche Ralph Feghali.

Un moyen d'apprendre à mieux consommer

Commercialisé à 780 euros, ce kit solaire revendique d'être aussi simple à monter qu'un meuble suédois. Livré sous la forme de quatre panneaux solaires, fabriqués en Chine « parce que toujours les mieux placés financièrement et techniquement », occupant une surface de 2 mètres carrés, le dispositif peut être posé en toiture, sur un mur ou au sol. Et il se branche sur une simple prise de courant. La durée de l'installation est promise en moins d'heure heure. « Dès lors, un onduleur envoie la production d'électrons dans le réseau pour alimenter les points de consommation les plus proches à l'intérieur du domicile », explique Ralph Feghali. D'une puissance de 300 watts, chaque kit, pouvant au besoin être triplé sur une même prise, permet de produire 350 KWh, soit l'équivalent de la production annuelle d'un frigo, une box internet, un ordinateur portable et cinq ampoules LED. Selon Beem Energy, l'économie représente 60 à 80 euros par an. « C'est environ 14% de la consommation - hors chauffage - d'un foyer de 3 personnes », assure-t-on.

Un argument entendu à l'heure où le coût de l'énergie s'envole. Surtout, couplé à une application, disponible sur IOS et Android, il est possible de suivre sa propre production, de contrôler et d'apprendre le B.A.BA de la maîtrise de l'énergie grâce aux données transmises par une Beembox, fabriquée par le prestataire nantais Ceico.

beem energy

En France, en Allemagne, en Suisse et en Italie

Récompensée par les trophées d'innovation FILEX France 2020 dans la catégorie bas-carbone, la médaille d'or de la session GB Tech4City au CES de Las Vegas parmi cinq cent startups, et le West Web Award de la Transition Ecologique, l'innovation de Beem Energy, qui avait levé 2 millions d'euros en 2019, vient, cette fois, de réussir une levée de fonds de 7 millions d'euros auprès des fonds 360 Capital Partners, d'Alter Equity, de BNP Paribas Développement, de Bpifrance et de cinq business angels réputés pour être intervenus chez Nest, Dreem, Drivy, Crisp... Consolidée financièrement, Beem Energy entend dupliquer l'expérience acquise avec son kit solaire à d'autres produits hardware et software afin de développer un écosystème plus large autour des économies d'énergie, De douze personnes aujourd'hui, l'entreprise, discrète sur son chiffre d'affaires, veut doubler son effectif dès l'an prochain pour accompagner sa venue sur le marché européen, notamment en Allemagne, Suisse et l'Italie. « Nous allons étendre notre gamme à d'autres produits et services dès 2022 pour le suivi et la maitrise de la consommation, sur la production et sur le stockage de l'énergie », esquisse Ralph Feghali. Car, pour l'heure, Beem Energy préconise de ne pas aller au-delà de trois kits par domicile. « C'est un investissement complémentaire pour se familiariser avec l'autoconsommation. Ensuite, il faut passer au solaire en toiture», indique le PDG, tandis que le potentiel reste très important, au regard des trente millions d'habitations dont seules 100.000 seraient équipées de panneaux solaires. D'abord destinés aux particuliers qu'ils soient locataires ou propriétaires, le kit solaire a montré qu'il pouvait aussi intéresser des écoles, des chambres d'hôtes, des restaurants et des hôtels... eux aussi en quête de transition et d'économies.

Lire aussi Avantages et limites du solaire low-cost

4 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 26/10/2021 à 10:18
Signaler
Dans sa documentation, cette société est un peu trop discrète quand aux démarches sécuritaires et administratives. Si ses équipements sont raccordés sur le réseau, l'installateur devient producteur de courant et il faut pouvoir obtenir les autorisati...

à écrit le 21/10/2021 à 14:02
Signaler
Coquille sous la photo "veulent démocratiser l'énergie solaire à domicile en créent une expérience utilisateur inédite" en créant

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.