Paris devient de plus en plus attractive pour les investisseurs

 |   |  716  mots
Anne Hidalgo lors de son discours d'ouverture du Forum Smart City du Grand Paris.
Anne Hidalgo lors de son discours d'ouverture du Forum Smart City du Grand Paris. (Crédits : DR)
Jeux Olympiques, Grand Paris Express, finance verte : Paris « ville monde » n'a jamais été aussi attractive au yeux des investisseurs dans un contexte post Brexit.

« C'est le moment de Paris ! », s'est exclamée la maire Anne Hidalgo lors de l'ouverture du Forum Smart City ce mardi 28 novembre sous les ors de la salle des fêtes de l'Hôtel de Ville. L'obtention des JO de 2024 a replacé Paris et la région Ile-de-France sur la carte des métropoles les plus attractives, deux ans après les attentats meurtriers de novembre 2015. Et c'est la ministre des Sports Laura Flessel qui est venue rappeler le puissant effet levier que constituent les jeux en matière d'attractivité : « C'est une opportunité majeure pour la France, Paris et la Métropole du Grand Paris. Nous sommes les champions du monde de l'organisation d'événements : la récente obtention de la Coupe du Monde de rugby en est une nouvelle preuve ».

Une opportunité pour la Seine Saint-Denis

Si les jeux vont rehausser l'aura un peu ternie de Paris, ils vont aussi et surtout profiter à la Seine Saint-Denis, ce département si proche de la capitale et pourtant si lointain sur les aspects sociaux et économiques. « On pourrait presque rebaptiser les JO « Saint-Denis 2024 ». Nous allons accueillir 80 % des équipements comme le Village Olympique et le Village des Médias », s'est réjouit Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de la Seine Saint-Denis.

Mais si la compétition sportive est au cœur des jeux, il s'agit avant tout pour Nicolas Hazard, président du Conseil stratégique de Paris et fondateur d'INCO, d'un projet de société : « Ces jeux seront les moins polluants - nous allons faire les premiers jeux zéro carbone ! - et les plus inclusifs. Nous avons sept ans pour développer des entreprises locales à caractère social. Des ONG comme le WWF ou l'Unicef vont nous y aider, ainsi que Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix ».

Un hub de l'économie sociale et solidaire

La Caisse des Dépôts va participer au financement de ces aspects environnementaux et solidaires avec la création d'un hub de l'économie sociale et solidaire pour « aider PME et start-ups locales à travailler avec les grands comptes et les maîtres d'ouvrage » comme l'a expliqué Marianne Louradour, directrice régionale Ile-de-France.

Icade, société foncière filiale de la Caisse des Dépôts, propose ses 70 hectares de terrain situés entre Paris et le Stade de France pour aménager un parcours pour piétons et vélos. « Il faut faire attention à ce que les retombés économiques bénéficient à la population locale » a demandé Olivier Wigniolle, directeur général. Un objectif qui ne va pas de soi, comme l'a rappelé Stéphane Troussel : « Il va falloir être vigilant, car les retombées de la COP 21 et de l'Euro de football ont été limitées pour mon département ».

Le projet de transports du Grand Paris Express

Pour être aussi attractive que la capitale, la Métropole du Grand Paris doit mener à bien le projet de transports du Grand Paris Express, dont la ligne CDG Express est une composante indispensable selon le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire qui a débloqué 1,5 milliard d'euros. « L'État est totalement engagé pour soutenir cette infrastructure, car Roissy est le dernier grand aéroport européen sans liaison ferroviaire directe avec la capitale », a-t-il expliqué.

Une analyse partagée par Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris, qui a aussi évoqué une cellule d'une dizaine de personnes totalement dévouées à attirer en bord de Seine les entreprises étrangères installées à Londres. « Sur 63 dossiers, 9 ont déjà abouti, c'es un excellent début », s'est réjoui Patrick Ollier.

Paris future capitale de la finance verte

Une preuve que la place de Paris séduit déjà les investisseurs étrangers : la Bank of China a émis le 17 novembre une obligation verte à la Bourse parisienne d'Euronext d'un montant d'1,3 milliard d'euros libellée en trois devises (euro, dollar et reminbi, la monnaie chinoise). « La France est en tête sur la finance durable avec la Chine », s'est félicité Arnaud de Bresson, directeur général de Paris Europlace. C'est de bon augure en attendant le One Planet Summit du 17 décembre qui devrait entériner la place de Paris comme capitale de la finance verte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2017 à 12:05 :
C'est la France qui redevient attractive et Paris qui en profite en premier. Mme Hidalgo peut se féliciter du départ de M. Hollande qui avait discrédité la France et elle peut remercier M. Macron qui a remis l'attractivité de notre pays sur le devant de la scène internationale.
a écrit le 29/11/2017 à 11:10 :
Il n'y a plus qu'a nettoyer les rues et rendre la capitale propre. Madame Hidalgo va avoir du boulot, jamais cette ville n'a été aussi sale.
a écrit le 29/11/2017 à 7:34 :
... pas pour les habitants !!!
Rien a espérer avant 2020 et le limogeage d'Hidalgo !
a écrit le 28/11/2017 à 20:23 :
Pathétique fac similé d'un dossier de presse rédigé par des agences de communication.
Qui croyez vous abuser avec ce genre de littérature neu neu à 3 balles
à vomir.
a écrit le 28/11/2017 à 20:02 :
C'est cela, on va y croire, alors qu'à l'étranger on pense que Paris est une poubelle embouteillée, crasseuse, et dangereuse. Il y a des limites à l'autosatisfaction puérile.
a écrit le 28/11/2017 à 20:02 :
C'est cela, on va y croire, alors qu'à l'étranger on pense que Paris est une poubelle embouteillée, crasseuse, et dangereuse. Il y a des limites à l'autosatisfaction puérile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :