Tel-Aviv, un écosystème dédié à l'intelligence urbaine

 |   |  1111  mots
uverte, curieuse, cosmopolite, dynamique, la White City est une start-up city dans la start-up nation
uverte, curieuse, cosmopolite, dynamique, la White City est une start-up city dans la start-up nation (Crédits : Carlos Moreno)
La 1ère conférence Safe & Smart Cities, associée à la 4ème conférence Israël-France sur les transports publics, s’est tenue à Tel-Aviv le 11 mai 2015. Elle a réuni des municipalités, des entreprises, des start-ups et des experts de France et d’Israël. La Tribune était partenaire de cet événement. Le Pr. Carlos Moreno y a participé et revient sur le dynamisme de cet événement, à l’image de la ville organisatrice, Tel-Aviv.

J'ai eu l'honneur et le plaisir de participer, le 11 mai dernier, à la Conférence Safe & Smart Cities 2015 qui s'est tenue à Tel-Aviv en Israël. Il s'agit d'une initiative du Forum International pour les technologies de sécurité (FITS, basé à Lyon) et d'ELNET, une fondation dédiée aux questions stratégiques entre l'Europe et l'Israël.

 Le Conseil scientifique de la conférence, co-présidé par deux experts de renommée internationale, le Dr David Harari et Claude Trink, a mis sur pied un programme de très haut niveau, associant des élus de France et d'Israël (le Maire de Nice, M. Christian Estrosi, ainsi que des élus des municipalités de Marseille, Toulouse, Tel-Aviv, Ashdod et Herzliya), la veille de l'ouverture la Maire de Pairs Anne Hidalgo était présente à l'Ambassade de France pour également s'associer à cet événement,  plus de 20 entreprises françaises (ORANGE, EGIS, DASSAULT SYSTEMES, SUEZ-ENVIRONNEMENT, ALSTOM, VINCI Construction, SYSTRA...) et 7 entreprises israéliennes (IBM, VERINT, MOBILEYE ...), ainsi que des experts des deux pays, mes collègues , le Professeur Antoine Picon, de la Harvard Graduate School of Architecture et de l'Ecole Nationale Supérieure des Ponts et Chaussées ; Mme Ingeborg Rocker, VP Geovia 3DExperienCity à Dassault Systèmes ; Mme Nathalie Boulanger, senior VP de la start-up Orange Ecosystem ; M. Gilles Babinet, représentant français pour le numérique auprès de l'Union européenne ; le Professeur Avigdor Gal du Technion ou encore M. Ophir Pinez-Paz, ancien ministre, en charge de la gestion des communes à l'Université de Tel- Aviv.

 
La sécurité au sens large

La conférence avait pour thème « la sécurité et la qualité de vie dans les villes connectées ». Je me réjouis de constater que la notion de sécurité était ici entendue au sens large, incluant non seulement la prévention et contrôle des menaces physiques sur les personnes, mais aussi les éléments de vie quotidienne qui, démarrant sur des aspects de qualité de vie, peuvent déboucher sur des situations de fragilité et de vulnérabilité : encombrements dans le trafic, rupture d'approvisionnement énergétique ou en eau, pic de pollution...

Au-delà de ces sujets, la conférence a traité de la sécurité que doit apporter la ville connectée aux personnes sensibles (seniors, handicapés, nourrissons) et surtout la protection de la vie privée, rendue encore plus nécessaire par l'exploitation de la quantité considérable de données accumulées dans les villes qui vont désormais rendre possible leur exploitation.

 
Des enjeux stratégiques

C'est une grande satisfaction pour moi de voir que le regard sur la ville intelligente a considérablement évolué. Il n'y a encore pas si longtemps, parler de la sécurité dans la ville intelligente se résumait à compter le nombre de caméras que les municipalités avaient pu implanter dans les rues. Aujourd'hui, la convergence entre les préoccupations économiques, culturelles, sociales, de vie citoyenne et de sécurité est actée.

Si les enjeux de sécurité urbaine restent stratégiques, surtout dans le cadre de la collaboration franco-israélienne, l'approche est désormais différente : il s'agit avant tout de construire des écosystèmes transversaux, associant de multiples acteurs, pour réinventer la ville. À l'heure où de nouveaux modèles économiques émergent, fondés sur le partage et la collaboration, il devient crucial de co-construire, suivant le même modèle participatif et inclusif, la ville de demain.

 
Un espace d'innovation

Lors de cette conférence, j'ai par ailleurs eu le plaisir de faire partie du jury qui avait pour mission d'élire, parmi 15 startups (10 israéliennes et 5 françaises), la plus prometteuse pour la ville connectée. Suite à une brillante présentation de sa fondatrice, la start-up Accessibility a su nous convaincre. Elle développe des solutions de crowdsourcing destinées aux personnes fragiles, en situation de handicap ou malades, qui permettent de construire des cartes collaboratives destinées à faciliter leurs déplacements dans la ville.

Grâce à ce type d'approche, des personnes qui pourraient être exclues de la vie urbaine sont réintégrées. Le fait que cette start-up ait gagné montre bien que les citoyens sont désormais sensibles à la thématique de la fragilité socio-territoriale et que l'innovation urbaine ne peut plus être conçue sans son indispensable pendant, l'inclusion sociale.

Je retiendrai également de cet événement la richesse et le dynamisme des échanges auxquels j'ai pu assister. Safe & Smart Cities 2015 fut selon moi à l'image de ce que toutes les villes doivent être : des territoires de partage, de collaboration, de participation, qui font se rencontrer des acteurs multiples - décideurs, industriels, petites et grandes entreprises, experts et grand public. Ce brassage international crée des espaces de discussion qui sont un terreau tout à fait propice à la créativité, l'innovation, l'émergence d'idées nouvelles.

 
Un écosystème au service de l'intelligence urbaine

Enfin, j'ai été impressionné par l'énergie de Tel-Aviv, la ville qui ne s'arrête jamais, « The Bubble ». Ouverte, curieuse, cosmopolite, dynamique, la White City est une start-up city dans la start-up nation. La ville a vu naître des solutions technologiques de très haut niveau ou encore des start-ups à succès comme MOBILEYE, qui est devenue en quelques années le leader mondial de l'anticollision de voitures et qui se positionne déjà comme l'un des principaux acteurs mondiaux de la conduite automatique. Tel-Aviv accueillera d'ailleurs d'ici peu (le 14 juin) une édition de la conférence TEDx White City, qui incarne bien la démarche transculturelle de recherche permanente qui caractérise la ville. Ce fut également un grand plaisir pour moi d'entendre l'expert Eddie Bet-Hazavdi, qui dirige le département Energy Conservation & Smart Cities du Ministère israélien de l'Energie et de l'Eau et porte en Israël et sur la scène international une vision systémique de la ville, et développant un puissant écosystème au service de l'intelligence urbaine.

J'encourage donc vivement tous les acteurs mondiaux de la ville à poursuivre ce type de rencontres, car nous avons besoin, aujourd'hui, de faire fructifier cette dynamique d'ouverture et de partage. Cette conférence montre également qu'il est important de consolider et de donner une perspective stratégique internationale à notre French Tech nationale, à l'heure où la ville est au centre de toutes les préoccupations. La ville est un laboratoire à ciel ouvert et aussi un enjeu majeur en terme d'innovations. Tel Aviv un des lieux le plus dynamique de la planète et cet ensemble est sans doute une belle opportunité pour approfondir cette conception d'une action innovante, de rupture et collaborative, trans frontières.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :