Le vrai-faux audit d'Apple en Chine sous le feu des critiques

 |   |  674  mots
L'affaire des conditions de travail précaires des sous-traitants d'Apple a été relancée fin janvier par le New York Times, qui évoquait des horaires démentiels, des enfants sur les chaînes d'assemblage, des dortoirs bondés et l'utilisation de produits toxiques.  Copyright Reuters
L'affaire des conditions de travail précaires des sous-traitants d'Apple a été relancée fin janvier par le New York Times, qui évoquait des horaires démentiels, des enfants sur les chaînes d'assemblage, des dortoirs bondés et l'utilisation de produits toxiques. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Apple est sous forte pression, malgré le premier audit externe de ses usines en Chine L'examen des conditions de travail de milliers d'employés de Foxconn a démarré. L'auditeur est accusé de collusion avec Apple.

C'est sur un iPad que 35?000 collaborateurs de Foxconn ont commencé cette semaine à répondre à un questionnaire sur leurs conditions de travail. Réunis par groupes de trente, les employés chinois du sous-traitant d'Apple sont audités durant trois semaines par la Fair Labor Association (FLA). Jamais Apple n'avait autorisé un auditeur externe à venir inspecter ses usines de production de Mac, d'iPhone et d'iPad. La décision annoncée lundi par le fabricant était une première. Mais insuffisante pour éteindre des critiques qui se sont multipliées cette semaine. D'autant que la FLA est accusée de connivence avec la firme dirigée par Tim Cook.

Des enfants sur les chaînes d'assemblage

L'affaire des conditions de travail précaires des sous-traitants d'Apple est relancée fin janvier par une série de reportages du New York Times . Dans le détail, le quotidien évoque, chez Foxconn, des horaires de travail à rallonge, la présence d'enfants sur les chaînes d'assemblage, des dortoirs bondés et l'utilisation de produits toxiques. Le lundi 13 février, Apple réplique: la firme annonce qu'elle devient membre de la FLA et qu'elle la mandate pour un audit immédiat de ses sous-traitants. Mardi, Tim Cook prend la parole: oui, Apple prend ces problèmes très au sérieux, il y a une tolérance zéro pour le travail des enfants, et le code de conduite de la société interdit des semaines de plus de 60 heures de travail. Le directeur d'Apple défend son audit 2012 publié en janvier, arguant que, sur plus d'un demi-million de personnes travaillant pour Apple, les règles étaient respectées dans 84% des cas. Détaillé, le rapport fait tout de même par exemple état de tests de grossesse imposés à des employées dans 24 usines.

Une ONG connivente ?

Mercredi, les inspecteurs de la FLA arrivent à Shenzen. Immédiatement leur président, Auret van Heerden, parle aux médias. Il évoque des «usines de première classe», des «conditions nettement au-dessus de la moyenne». «Les problèmes ne sont pas l'intensité, le burn-out ou la pression que vous avez dans une usine d'habits. Il s'agit plutôt de monotonie, d'ennui ou peut-être d'aliénation.» Des propos qui font bondir Scott Nova, directeur de Workers Rights Consortium: «Je suis stupéfait que la FLA donne son blanc-seing à l'une des usines violant le plus de droits, basé, apparemment, sur une visite guidée réalisée par le propriétaire», dit-il au New York Times.

10$ de main d'oeuvre pour un téléphone à 500$

Autre souci: des représentants de Nike et Adidas siègent au sein du conseil de la FLA. «Même si la FLA est souvent trop proche des entreprises, c'est tout de même un progrès qu'elle ait été mandatée par Apple, car cette dernière a été très critiquée pour son opacité et sa culture du secret. De plus, des universitaires ?uvrent au sein de la FLA», relève Chantal Peyer, responsable de la campagne «High tech - No Rights» de Pain pour le prochain et Action de Carême. Et de poursuivre: «Mais, en parallèle, Apple fait de grands effets d'annonce alors qu'ils ne sont pas toujours pionniers, HP formant par exemple depuis 2009 des employés chinois à leurs droits.» Chantal Peyer insiste sur un autre point: «Il faut qu'Apple baisse la pression sur ses sous-traitants lors de ses appels, sachant que, pour un téléphone à 500 dollars, la main-d'?uvre lui coûte moins de 10 dollars. Entre satisfaire ses clients et respecter les droits des travailleurs, Foxconn fait vite son choix.»

Les résultats de l'audit de la FLA seront disponibles pour mars. En attendant, vendredi, Foxconn a annoncé une nouvelle hausse générale des salaires de 16 à 25%, la troisième depuis 2010. Le salaire d'un employé junior de Shenzhen passe ainsi à 1800 yuans (290 dollars) par mois. Il y a trois ans, le montant était de 900 yuans.

Pour plus d'information, consulter le site du Temps en cliquant ici

Le Temps © 2012 Le Temps SA

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2012 à 13:25 :
Je savais que mon com ne serait pas publié. La presse suisse est aussi adepte de la pensée unique. Celui qui dit la vérité doit être exécuté.
a écrit le 20/02/2012 à 16:17 :
il y a longtemps que foxcom fabrique des pc surtout des nettop et autres avant d'être fournisseur d'apple ,ce n'est qu'un de leurs sous-traitants ,faut pas éxagérer ,mais c'est très bien qu'on s'inquiéte des conditions de travail de leurs employés ,mais les autres fabriquants génériques ça ne doit pas être brillant et la personne pour les défendre.
a écrit le 20/02/2012 à 15:03 :
Annoncer un audit des conditions de travail avec tambours et trompettes, c'est un peu comme quand la croix rouge visite des camps de détentions, on montre ce que l'on veut bien montrer et ce qui est montrable.
La réalité c'est celle des reportages non annoncés et en caméra cachée.
a écrit le 20/02/2012 à 11:16 :
Quelle blague! Comme si les consommateurs des pays riches qui achètent des produits chinois ou provenant d'autres pays à bas coûts ne savaient pas que ce sont des quasi esclaves qui fabriquent leurs ordinateurs ou vêtements.
a écrit le 20/02/2012 à 10:16 :
La question appropriée serait : combien ont reçu la Tribune,Anouch Seydtaghia et le Temps de Lausanne pour cet article qui sent la propagande. Qui se cache derrière cette scandaleuse campagne de diffamation contre Apple?
Cet article , tellement mauvais, parle d'usine Apple , hors l'usine dont question est une usine Tawanaise qui a comme client Apple, mais aussi Dell, Amazone , HPet d'autres . Sue mon blog wang888.skynetblogs.be j'ai publié la liste des 10 clients les plus importants de Foxconn . D'autre part dans l'article du New York Times , dont j'ai aussi publié une traduction in extenso sur mon blog , on ne parle nullement de travail d'enfants. Cette fausse rumeur a été répandue par un comédien américain qui a trouvé là une manoère facile de se faire du fric et de faire parler de lui. Là aussi sur mon blog , j'ai prouvé que ces accusations étaient mensongères. J'habite régulièrement Shenzhen , j'ai visité k'usine Foxconn qui est un modèle du genre. Si ce n'était pas si avantageux de travailler chez Foxconn comment expliquer que 300000 personnes y faisaient la file dans l'espour d'^etre engagé et ce encore la semaine dernière. Le clou de cet article , c'est l'accusation , sans la moindre preuve , dons calomnieuse de collusion entre Apple et la firme d'audit.
Je ne vous salue pas , je n'aime pas les propagandistes.
Je signale que je suis belge que mon PC est un Asus et ma tablette chinoise android4.0
Réponse de le 20/02/2012 à 11:41 :
et que faites vous dans la vie ?
Réponse de le 20/02/2012 à 14:03 :
il travaille pour Apple puisqu'il fait propagande pour eux!
Réponse de le 23/02/2012 à 20:26 :
Jaimechine n'a eu à aucun moment un mot pour les ouvriers chinois. Il garde ses mots pour défendre la pomme voire pour défendre la sienne. Cette entreprise, née dans les années post soixante huit, dans une vision de partage et d?ouverture, s?est oubliée au cours de son évolution surtout cette dernière décennie : elle est devenue une machine à sous. Alors que cela ne lui coûterait pas un bras (si si j?en suis sûr), alors qu?elle pourrait être une référence d?un mouvement plus éthique, elle s?est juste mirée dans le cours de son action. J?avais beaucoup d?estime. J?avais.
a écrit le 19/02/2012 à 22:16 :
Quelle farce!
a écrit le 19/02/2012 à 18:03 :
Elle a une notoriété incroyable et pourtant elle se fiche pas mal des conditions qu'elle impose à tous ses fournisseurs. Pourquoi ? simplement pour amasser des profits colossaux - Choisir entre ces profits et améliorer les conditions basiques de travail des ouvriers chinois, elle a fais son choix. Faisons aussi le notre en n'achetant aucun produit de cette marque. Le boycott c'est l'arme de dissuasion massive pour se faire entendre. Si cette marque tient compte vraiment de ses clients elle sait ce qu'elle a à faire.
Réponse de le 19/02/2012 à 22:20 :
Oui et Apple ferra comme Microsoft qui souffrait d'une mauvaise image (suite à des abus de position dominante) au début des années 2000 : verser quelques millions a des associations d'aide à l'Afrique, et dès leur image refaite, ils arrêteront tout.
a écrit le 19/02/2012 à 15:55 :
On comprend mieux pourquoi aujourd'hui monsieur tout le monde peut se payer des produits de chez APPLE .....
Réponse de le 19/02/2012 à 19:37 :
en fait ces produits ont un prix de vente maximun à ne pas dépasser sous peine d'aiguiser l'appétit de la concurence.
la seule différence avec une fabrication en europe de l'ouest ne réside que dans la marge d'apple. Moins de 50 euro de fabrication pour 500 euro de vente.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :