BlackBerry se fait racheter par un fonds canadien pour 4,7 milliards de dollars

 |  | 371 mots
Blaackberry a annoncé une perte de près d'un milliard de dollars
Blaackberry a annoncé une perte de près d'un milliard de dollars (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après avoir annoncé le licenciement de 40% de ses effectifs et son recentrage sur le marché des entreprises, le fabricant canadien accepte une offre de rachat du fonds Fairfax Financial.

Une solution canadienne pour BlackBerry. L'ancienne star de la Bourse de Toronto, le pionnier des smartphones à clavier qui n'a pas su prendre le virage du tactile, vient d'accepter de se faire racheter par le fonds Fairfax Financial, plus familier du secteur de l'assurance, lui aussi de la région de l'Ontario, pour un montant de 4,7 milliards de dollars américains. Cruel télescopage de deux annonces, c'est moins que le chiffre d'affaires généré par les 9 millions de nouveaux  iPhone vendus ce week-end par Apple. 

Cruelle coïncidence avec les ventes record d'Apple

Cette transaction se réalisera sur la base de 9 dollars par action en cash - loin des 200 dollars que l'action BlackBerry (RIM à l'époque) avait atteint en 2007 - soit à peine 3% de plus que le cours de la semaine passée, lorsque le fabricant du smartphone favori des milieux de la finance a annoncé qu'il allait licencier 4.500 personnes, soit 40% de ses effectifs, et se recentrer sur le marché des entreprises qui avait fait son succès.

BlackBerry a aussi prévenu vendredi dernier qu'il enregistrerait une perte de près d'un milliard de dollars (960 millions) due aux dépréciations de stocks d'invendus de son dernier modèle, le Z10.

Une part de marché qui s'est effondrée à 2,7%

Selon le communiqué de BlackBerry, le fonds Fairfax Financial détient d'ores et déjà 10% du capital. Il va lancer une offre publique sur le reste des titres qu'il ne possède pas, selon la lettre d'intention approuvée par le conseil d'administration du groupe. L'objectif est de sortir BlackBerry de la Bourse.

Le Wall Street Journal avait indiqué que le groupe basé à Waterloo espérait se vendre d'ici au mois de novembre, dans un processus d'enchères rapides. Outre des fonds d'investissements, canadiens et américains, des industriels avaient regardé le dossier, dont le Chinois Lenovo, qui pourrait revenir si certains actifs étaient à vendre, et même Microsoft, jusqu'à ce qu'il annonce le rachat de Nokia le 3 septembre. Deux anciens géants de la première époque du smartphone aujourd'hui écrasés par la déferlante Android et le duopole Apple-Samsung. Selon le cabinet Gartner, la part de marché mondiale de BlackBerry était tombée à 2,7% au deuxième trimestre 2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2013 à 7:40 :
BlackBerry. a été vendu au groupe Euronext N.V
a écrit le 24/09/2013 à 7:36 :
Le groupe basé à Waterloo, pas de porte bonheur le nom de la ville.
a écrit le 23/09/2013 à 20:59 :
Ça sent l'arnaque et Apple qui engrenge des millions. !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :