"Shutdown" : de surprenantes conséquences qui vont de Colleville-sur-Mer jusqu'à la planète Mars

 |   |  775  mots
Curiosity, le robot de la Nasa, qui a posé ses roues il y a un peu plus d'un an sur la planète rouge pour y chercher des traces de vie, serait actuellement au chômage technique en raison du shutdown.
Curiosity, le robot de la Nasa, qui a posé ses roues il y a un peu plus d'un an sur la planète rouge pour y chercher des traces de vie, serait actuellement au chômage technique en raison du "shutdown". (Crédits : Reuters)
Nouveaux hamburgers, un robot sur Mars à l'arrêt, des cimetières fermés en France : gros plan sur les situations singulières ou carrément rocambolesques engendrées par le "shutdown".

Pierre Moscovici a sans doute raison de craindre que le "shutdown" aux Etats-Unis ait des répercussions sur la France car celui-ci en a d'ores et déjà jusque sur... la planète Mars! Actuellement, on dénombre près de 800.000 fonctionnaires directement touchés par le "Shutdown" et les conséquences sont nombreuses. Tour d'horizon des situations singulières ou carrément rocambolesques engendrées par le "shutdown".

  • Sur Mars, le robot Curiosity ne tweete plus

Curiosity, le robot de la NASA, qui a posé ses roues il y a un peu plus d'un an sur la planète rouge pour y chercher des traces de vie, serait actuellement au chômage technique, selon Ladépêche.fr.

Car une partie des salariés de la NASA , et plus exactement ceux travaillant sur la mission Mars Science Laboratory, a ainsi été contrainte de se mettre à l'arrêt.

En attendant que démocrates et républicains trouvent un arrangement, les activités de Curiosity sur Mars sont donc au point mort. Tout comme son activité sur Twitter, ce qu'il a d'ailleurs pris le soin d'expliquer à ses 1,4 millions de followers sur le réseau social en question il y a deux jours, s'excusant également des "désagréments " engendrés par la situation. (voir ci-dessous)

  • Les cimetières militaires fermés dans le monde entier 

Autre conséquence du "shutdown" : les cimetières, où sont enterrés les militaires américains ayant perdu la vie durant la première et la seconde guerre mondiale, sont actuellement fermés au public.

L'American Battle Monuments Commission (ABMC), qui s'occupe des 24 cimetières militaires présents dans le monde, a ainsi indiqué sur son site que :

En raison de l'absence de financement pour son fonctionnement les cimetières et les monuments sont fermés temporairement (...) L'ABMC reprendra son activité normale lorsque de nouvelles mesures budgétaires seront adoptées au Congrès et promulguées par le président des États-Unis.

En France, depuis 48 heures, quiconque se rend à l'un de ces 11 cimetières, présents sur le territoire, que ce soit en Normandie à Colleville-sur-Mer, dans l'Aisne à Seringes-et-Nesles ou encore en Lorraine, à Saint-Avold, est accueilli par des grilles fermées avec parfois un petit écriteau où il est précisé en français et en anglais : "En raison de la fermeture du gouvernement américain, ce site est fermé au public".

  • Le parc naturel de Yosemite et la Statue de la Liberté n'accueillent plus personne

Le parc naturel de Yosemite est l'une des principales attractions touristiques de Californie, et ce dernier est fermé depuis ce mardi, jour de son 123e anniversaire. Et pourtant, ce même jour, le vieil âge de Yosemite était célébré par Google. Le groupe américain avait en effet redessiné, pour l'occasion, son logo aux couleurs du parc, sur la version américaine du site.

Tous les parcs et musées nationaux des Etats-Unis en sont actuellement au même point, y compris les grands musées d'art et d'histoire et la Statue de la Liberté, de même que l'ancienne prison d'Alcatraz à San Francisco ou encore le zoo national de Washington.

  • De nouveaux hamburgers : les shutdown specials

Si le premier jour du Shutdown, une chaine de restauration rapide américaine a fait parler d'elle en offrant des hamburgers aux fonctionnaires ne touchant plus leur paie, depuis, de nouveaux hamburgers ont vu le jour dans certaines gargottes et autres fast-food : les shutdown specials, rapporte Le Monde. Toute occasion de faire du business est bonne à prendre.

  • La tempête Karen sans surveillance? 

Pour des raisons de sécurité, les prévisionnistes du Centre national des ouragans à Miami pourront continuer à émettre des bulletins d'alerte. L'observation par satellite est toujours opérationnelle. Mais les avions militaires chargés de la reconnaissance météo, eux, doivent rester à terre, rapporte le site américain Quartz. Or, une tempête baptisée Karen s'approche des côtes de Louisiane et de Floride. Le gouverneur de Louisiane a d'ailleurs décrété l'état d'urgence. En l'absence d'une chaîne de communication entre les différents acteurs publics locaux sur le terrains, une éventuelle catastrophe naturelle serait plus difficile à superviser. 

--------------------------------------

A lire aussi :

>> Curiosity s'est posé sur Mars avec succès

>> "Shutdown" : "Cette fois, Wall Street devrait s'inquiéter" (Barack Obama)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2013 à 10:26 :
Ce n'est pas le relèvement de la dette qui pose problème; c'est le montant de la dette.
Jusqu'à quand les USA continueront à relever et jusqu'à combien avant la faillite ?
Nos caisses de pension et autres doivent-elles continuer à acheter de la dette au risque
que le dindon ait un nom : LE VOTRE. C'est une fuite en avant. Nos gouvernements jouent
au jeu de l'avion avec notre argent et nous seront les couillons dans cette histoire.
a écrit le 06/10/2013 à 22:30 :
Les conséquences sont celles décidées par Obama et son administration. Lui seul (et elle) décide de ce qui est ou non sujet au "shutdown", comme ce fut également le cas pour les 10% de restrictions budgétaires en raison du "mur de la dette". Déjà à l'époque, les journalistes avaient beau jeu d'incriminer les républicains alors que l'administration donnait des consignes pour que les décisions ayant les conséquences les plus visibles soient choisies, au détriment de la logique la plus élémentaire. Le but est de faire "sentir la pression sur le peuple" en fermant en particulier les parcs nationaux, la Statue de la Liberté etc...C'est encore une fois le cas. Deux exemples frappants: la fermeture du mémorial des vétérans de la 2ème guerre mondiale à Washington, que les vétérans ignorèrent en défiant la loi et en entrant malgré les barrières. Le seul hic: le mémorial est ouvert 24h/24 et 7/7, et n'a de présence de gardes (symbolique) qu'une partie de la journée de toute façon... Sur le même registre de la nuisance maximale imposée à ses administrés, Obama a envoyé le NPS (National Park Service) fermer des centaines de parcs et sites historiques... que le gouvernement ne finance même pas... sans parler de choses qui ne le concernent pas du tout, comme la Pisgah Inn qui n'a pas obtempéré aux injonctions du NPS voulant la forcer à fermer, alors qu'elle est une propriété privée, sur une route ouverte à la circulation et n'emploie ou n'utilise aucun personnel du gouvernement. Comme l'a révélé un haut fonctionnaire de l'administration Obama: on se moque de combien de temps durera le blocage, puisque nous gagnons. Tout est dit, sauf par la presse qui continue à soutenir mordicus que ce sont les méchants républicains et les voyous anarchistes des Tea Party qui font du mal au pays.
a écrit le 06/10/2013 à 3:47 :
Les conséquences sont celles décidées par Obama et son administration. Lui seul (et elle) décide de ce qui est ou non sujet au "shutdown", comme ce fut également le cas pour les 10% de restrictions budgétaires en raison du "mur de la dette". Déjà à l'époque, les journalistes avaient beau jeu d'incriminer les républicains alors que l'administration donnait des consignes pour que les décisions ayant les conséquences les plus visibles soient choisies, au détriment de la logique la plus élémentaire. Le but est de faire "sentir la pression sur le peuple" en fermant en particulier les parcs nationaux, la Statue de la Liberté etc...C'est encore une fois le cas. Deux exemples frappants: la fermeture du mémorial des vétérans de la 2ème guerre mondiale à Washington, que les vétérans ignorèrent en défiant la loi et en entrant malgré les barrières. Le seul hic: le mémorial est ouvert 24h/24 et 7/7, et n'a de présence de gardes (symbolique) qu'une partie de la journée de toute façon... Sur le même registre de la nuisance maximale imposée à ses administrés, Obama a envoyé le NPS (National Park Service) fermer des centaines de parcs et sites historiques... que le gouvernement ne finance même pas... sans parler de choses qui ne le concernent pas du tout, comme la Pisgah Inn qui n'a pas obtempéré aux injonctions du NPS voulant la forcer à fermer, alors qu'elle est une propriété privée, sur une route ouverte à la circulation et n'emploie ou n'utilise aucun personnel du gouvernement. Comme l'a révélé un haut fonctionnaire de l'administration Obama: on se moque de combien de temps durera le blocage, puisque nous gagnons. Tout est dit, sauf par la presse qui continue à soutenir mordicus que ce sont les méchants républicains et les voyous anarchistes des Tea Party qui font du mal au pays.
a écrit le 05/10/2013 à 11:05 :
et surtout les conséquences que cela peut engendrer , un fonctionnaire sans solde c'est pas top , pourquoi donc ne pas chercher ailleurs que le public ? , le métier perd des candidats et l'état est obligé de les payer plus cher pour attirer du potentiel c'est le risque , un métier ou vous etes a la merci de ne pas recevoir votre salaire , vous voulez pas rester chez un tel patron ? , finalement a long terme , les candidats a la fonction public réfléchiront a 2 fois et seront plus gourmands en matière financière , peut-être que la démagogie a dépassé ses limites ? , car un fonctionnaire qui n'est plus fonctionnaire c'est quoi ?... un chômeur ..
a écrit le 05/10/2013 à 3:27 :
Les conséquences sont celles décidées par Obama et son administration. Lui seul (et elle) décide de ce qui est ou non sujet au "shutdown", comme ce fut également le cas pour les 10% de restrictions budgétaires en raison du "mur de la dette". Déjà à l'époque, les journalistes avaient beau jeu d'incriminer les républicains alors que l'administration donnait des consignes pour que les décisions ayant les conséquences les plus visibles soient choisies, au détriment de la logique la plus élémentaire. Le but est de faire "sentir la pression sur le peuple" en fermant en particulier les parcs nationaux, la Statue de la Liberté etc...C'est encore une fois le cas. Deux exemples frappants: la fermeture du mémorial des vétérans de la 2ème guerre mondiale à Washington, que les vétérans ignorèrent en défiant la loi et en entrant malgré les barrières. Le seul hic: le mémorial est ouvert 24h/24 et 7/7, et n'a de présence de gardes (symbolique) qu'une partie de la journée de toute façon... Sur le même registre de la nuisance maximale imposée à ses administrés, Obama a envoyé le NPS (National Park Service) fermer des centaines de parcs et sites historiques... que le gouvernement ne finance même pas... sans parler de choses qui ne le concernent pas du tout, comme la Pisgah Inn qui n'a pas obtempéré aux injonctions du NPS voulant la forcer à fermer, alors qu'elle est une propriété privée, sur une route ouverte à la circulation et n'emploie ou n'utilise aucun personnel du gouvernement. Comme l'a révélé un haut fonctionnaire de l'administration Obama: on se moque de combien de temps durera le blocage, puisque nous gagnons. Tout est dit, sauf par la presse qui continue à soutenir mordicus que ce sont les méchants républicains et les voyous anarchistes des Tea Party qui font du mal au pays.
Réponse de le 05/10/2013 à 9:52 :
Même si je n'aime pas "l'Amérique" et surtout leur façon de détruire tous ce qui les entourent, je plein ces familles qui vont souffrir pour quelques riches peu scrupuleux et profitant de eux.
a écrit le 04/10/2013 à 18:19 :
Et c'est là que l'on se rend compte à quel point ils ont une emprise sur nos vies qu'ils ne devraient pas avoir... Excellent révélateur du dollar.
a écrit le 04/10/2013 à 18:16 :
En france on a les grèves, aux usa, ils ont le shutdown. Ils sont trop forts pour nous ces américains.
a écrit le 04/10/2013 à 14:10 :
HAHAHAHA qu'est-ce qu'on se marre, des fonctionnaires Américains en congés sans solde! Il y a du john galt dans l'air///
a écrit le 03/10/2013 à 23:43 :

On dit shut down, et pourquoi pas up comme on dirait un bon ministre est un bon sinistre, grand seigneur je dépanse, entreprise subventionnée sans débouchés ! vive les ronds points et la basse technologie ! La mère Kel va-t-elle payer pour les chômeurs du sud européen ? Allez.
Réponse de le 04/10/2013 à 18:17 :
arrete de boire.
a écrit le 03/10/2013 à 23:29 :
Faut arrêter dire pffpff dans le micro de dire n importe quoi et de ne pas réduire le chômage. On vient en place publique sous prétexte qu il existe des pauvres : résultat c est pire et de moins en moins de croissance en Europe machine monstrueuse récemment rejetée par les états qui pourraient être candidats, machine à gazer les peuples qui donnerait des leçons aux autres ! Certains ont des emplois de synécure à vie pour cause de prébende et d autres productifs seraient en demi carrière ? Le shut down est-ce de dire que les fonctionnaires sur le dos des autres sont en surnombre vu le travail fourni ou que s arrête parce qu il a fait trop de papiers comme on a doublé les codes ? Est-ce qu on joue à Charlemagne le Magnifique genre théatre subventionné Ronceveau Ronceveau de Vigny ou bien à la foire aux pains couteux des députes d ou cités ? bon compères à comparaitre en graisse sur les plat qui viennent d ou. Trafic chevalin d export interdit en sous zone mandarine. Quelle est la dernière mandarinade ? On dit la France malade, mais les malades faut les soigner, quand on faut on correctionne plus, on ventile ! Peut-on dire à un as diplômé ingénieur de tas con vous avez l air ? Quelle est la définition internationalement admise pour con alors que normale n est classée que 65ème ? Le coup de pompe direction Mars ou bien le grand bond ? La croissance à crédit, t as pas plus bête?
Réponse de le 05/10/2013 à 10:23 :
incompréhensible
Réponse de le 07/10/2013 à 14:25 :
C'est du Slam !?
a écrit le 03/10/2013 à 23:00 :
Faut-il faire des professeurs sans recherche comme on fait des pôles de non compétitivité ou bien des professeurs sans élèves ? Sommes-nous professeur d économie sans industrie ou bien professeur en intérim précaire pour cause de programmes nuls ? Le Ni-Ni est-il du développement : ni emplois d un côté ni de l autre, le tout sur la précarité des jeunes et la pénurie de logements et on appelle cela système social ! Du shutdown au shut tout court, certain n ont pas droit à l emploi et le reste et du blabla sur une croissance bidon ! On peut parler par les coupeurs de citron des problèmes de Crooteville sur Mer ou Mars, cela ne change rien que certains vont sur Mars et pas les autres, ce qui pour autant ne leur empêche pas d avoir une glace de gras dans le frigo !
Réponse de le 03/10/2013 à 23:51 :
Et toto c est pour quand? Et bobo à la tête? DCGIPFDME on double les codes
a écrit le 03/10/2013 à 16:00 :
Curiosity ne s'arrête pas !
a écrit le 03/10/2013 à 15:59 :
the best seller ever is the satisfied client
a écrit le 03/10/2013 à 15:51 :
Seringes-et-Nesles se trouve dans l'Aisne, pas dans l'Oise.
Réponse de le 04/10/2013 à 18:20 :
Vu de Paris...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :