Le modèle Wikipedia aurait-il atteint ses limites ?

 |   |  937  mots
Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia, veut plus de diversité parmi les contributeurs de l'encyclopédie libre.
Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia, veut plus de diversité parmi les contributeurs de l'encyclopédie libre. (Crédits : Reuters)
Le nombre de rédacteurs/éditeurs de Wikipedia a chuté de plus de 20% toutes langues confondues depuis 2007. Le site souffre d'un manque de diversité et de difficultés d'accès pour les néophytes. Le signe que le modèle atteint ses limites ?

"L'encyclopédie libre", clame en français le slogan de Wikipedia. Mais est-elle si libre qu'elle le prétend ? Certaines causes de la baisse constante du nombre de ses contributeurs actifs dans le monde puis 2007 permettent d'en douter.

20% de contributeurs en moins dans le monde

Cette chute du nombre de bénévoles impliqués dans le projet lancé en 2001 par un ancien trader Jimmy Wales et un docteur en philosophie, Larry Sanger, a été  mise en évidence dans une étude menée par trois universités américains (Minnesota, Berkeley et Washington) ainsi qu'un article de la revue du MIT publiée le 22 octobre.

Toutes langues confondues, le nombre de contributeurs actifs - qui ont rédigé ou amendé des articles au moins cinq fois au cours du mois précédent -  a chuté de 20% entre le pic de 2007 et août 2013 - les dernières données disponibles. La baisse est encore plus forte pour les contributeurs anglophones : près de 40% sur cette même période. La langue de Shakespeare reste la plus utilisée sur le sixième site le plus visité au monde avec 4,4 millions d'articles sur 23 millions en tout.

Le plus grand défi, c'est la diversité

Aux yeux du co-fondateur, Jimmy Wales, cité par l'article du MIT : "le plus grand défi, c'est la diversité des contributeurs". Par exemple, la très large majorité d'entre eux sont des hommes. Moins de 15% de ses contributeurs sont des femmes selon une enquête de l'université des nations unies datant de 2010.

Le manque de diversité se ressent également dans les sujets traités : ceux concernant la géographie par exemple évoquent majoritairement l'Europe et l'Amérique du Nord, et il y a davantage d'articles sur l'Antarctique sur les pays d'Afrique ! "Nous espérons faire grossir le nombre de contributeurs sur les sujets qui en ont le plus besoin", précise Jimmy Wales qui regrette le déséquilibre sur certains sujets. Il note ainsi une profusion dans les domaines technologique et une faiblesse en littérature et en sociologie… Le signe que les contributeurs sont bien davantage des "geeks fans d'informatique que des geeks tout court", autrement dit des passionnés suffisamment cultivés sur un sujet précis pour résumer leurs connaissances dans un article encyclopédique.

Du temps, de la technique et beaucoup de patience

Problème : ces passionnés, il faut non seulement les convaincre de passer du temps sur le site - le "wikipedien de base" y passe en moyenne une heure par jour - mais il faut en plus leur apprendre les règles complexes qui régissent son organisation. Le tout sans être rémunéré bien sûr puisque la philosophie du site prône la gratuité de la connaissance. 

Or, justement, les arcanes de Wikipedia sont bien difficiles à déchiffrer pour les néophytes. Il faut d'abord comprendre sa "bureaucratie" qui comprend plusieurs échelons d'administrateurs élus par leurs pairs et qui disposent du droit de supprimer ou non des articles et peuvent bannir des contributeurs. Il faut ensuite déchiffrer sa langue et apprendre à l'écrire en utilisant un outil qui, par défaut, reste difficilement accessibles car il nécessite de connaître certaines bases du codage.

Filtrages

Ensuite, le contributeur débutant devra passer le test des robots. Depuis 2006, un filtrage opéré par des logiciels a en effet été mis en place pour limiter l'action des "trolls" qui polluent les articles en les vandalisant (insultes, blagues etc.). L'attention est d'autant plus grande que plusieurs scandales ont ébranlé la crédibilité de Wikipedia. Tout récemment, le 22 octobre, l'organisation décidait de ferme 250 comptes car ils étaient soupçonnés d'avoir été créés par des sociétés à des fins publicitaires

Enfin, comble du paradoxe pour l'encyclopédie "libre", la "communauté wikipédienne" semble particulièrement fermée. Les nouveaux venus peuvent en effet faire l'objet de vives critiques de la part des anciens. Sur la page anglophone du site dédiée à la "fidélisation des contributeurs", des pratiques d' "abus de pouvoirs" d'administrateurs ont même été dénoncées. 

A cela, il faut ajouter les cabales sur tel ou tel sujet qui agitent régulièrement la "wikisphere" de nature à rebuter les encyclopédistes du dimanche. Pas facile dans ces conditions, de se faire une place. L'étude menée par un étudiant de l'université du Minnesota, précédemment citée, démontre que les contributeurs "de bonne foi" sont désormais davantage susceptibles qu'avant de ne pas renouveler leur essai au bout de deux mois.

Réunions Wikipedia

Wikimedia Foundation, l'ONG qui gère l'aspect technique et juridique du site a tenté de remédier à cette situation. Les développeurs ont par exemple ajouté un bouton "merci", sur le modèle du "j'aime" de Facebook et proposent une interface de rédaction simplifiée. Le Wikipedia francophone organise des réunions dans des villes de France, du Canada, de Belgique ou même du Burkina Faso au cours desquels des "anciens" tentent d'attirer de nouveaux venus. Est-ce cette idée qui a porté ses fruits ? Pour la partie francophone, le nombre de contributeurs actif est resté stable depuis 2007.

Globalement, ces difficultés de fond n'ont cependant pas empêché Wikipedia de convaincre des donateurs. Pour la période 2012-2013, 46 millions de dollars ont déjà été levé et l'organisation en espère 5 de plus d'ici la fin de l'année. Elles n'ont pas non plus rebuté Google ou Apple (via son application Siri) qui renvoient leurs utilisateurs vers des articles Wikipedia lors de leurs recherches.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2013 à 11:35 :
En effet, l'idée de départ était de recueillir les savoirs petits et grands, les opinions le cas échéant, de la planète, telle une fourmilière qui se cronstruit. Une encyclopédie du savoir regroupant les partisans et les adversaires de telle théorie, telle idée. Les idées ne sont-elles pas libres de parcours ?
Nous sommes passés peu à peu à une perte de l'esprit "participatif" à un travail de sape (censure ? ) sous couvert de "référence nécéssaire", "non neutre", "source non valable" (!) pour arriver à une structure rigide sans saveur, sans subtilité, ultra vertébrée, avec une auto gouvernance de clans. Quel article n'est-il désormais pas barré d'une mention "non neutre", "non internationalisé" (alors que dans les autres langues l'aticle ne l'est absolument pas), " non conforme au plan type" doit être Wikifié sous peine d'être détruit. On privilégie ainsi la forme plutôt que le fond.
Même s'il était beaucoup plus succin, Incarta de MS était une bonne encyclopédie et de surcroit multimédia: texte, sons, images fixes, images animée (petits films). Le mullimédia, y compris, pour les oeuvres tombées dans le domaine public ou déclarées libres de droit de reproduction par leur auteur sont rarissimes dans Wikipédia. Où est le progès ? Wikipédia se présente en total contre courant de l'évolution de la diffusion des savoirs.
Tout ce qui a été gagné en quantité a été perdu en qualité.
a écrit le 25/10/2013 à 8:59 :
Des pans entiers de précisions référencées afin de contribuer , nuancer des articles, sont annulés d'un simple clic par un "administrateur". C'est simple comme un clic de détruire ce qui contribue à enrichir la connaissance de l'humanité sans aucune justification.
Peut-être l'absence de comprhension des ces nuances par les "administrateurs" est-elle un citère de destruction ? Il faut faire simple, du neutre, du mou tous ensemble entre administrateurs.
Wiképédia perd peu à peu de sa qualité afin de satisfaire des égos qui s'auto congratulent. L'idée de départ était pourtant bonne.
a écrit le 24/10/2013 à 17:24 :
Comme le souligne l'article de votre confrère Le Monde, un ministre australien citant Wikipédia a été la risée de tous. Cela en dit long sur les qualités réelles de ces administrateurs couronnés de lauriers virtuels. Pour manipuler un être humain vous pouvez jouer sur 4 leviers: l'argent, le sexe, l'idéologie, l'égo. Ce dernier levier à l'air de bien fonctionner dans Wikipédia. Comme cela a été écrit plus bas dans un commentaire: amusez-vous à parcourir les pages de présentation des "administrateurs"...
http://sydney.blog.lemonde.fr/2013/10/24/le-ministre-de-lenvironnement-australien-et-wikipedia/#xtor=RSS-3208
a écrit le 24/10/2013 à 9:41 :
Il peut exister une raison très simple (parmi d'autres). La connaissance dans tous les domaines est déjà bien couverte par Wikipedia et si on a envie d'écrire un article sur un sujet on trouve vite des articles déjà écrits sur ce sujet. Autrement dit la baisse du nombre de contributeurs doit certainement aussi être imputable à la maturité de l'encyclopédie. Il reste bcp à écrire, mais dans des domaines à la marge ou dont les contributeurs potentiels sont très éloignés de la culture Wikipédia. Pour ces domaines là, peut être que Wikipédia devrait proposer un modèle différent. Comment demander à des pays qui vivent très difficilement (en Afrique par exemple) de contribuer bénévolement. Peut être qu'une fondation devrait exister pour ces pays.
Réponse de le 24/10/2013 à 15:42 :
C'est la version rêvée mais c'est loin d'être vrai.
L'article résume bien tout le côté pervers des administrateurs et des guerres d'éditions, le côté obtu et obstiné de certains contributeurs et même surtout administrateurs. Ajoutons à cela les règles complexes et "deux-poids deux-mesures" suivant le copinage (lors des décisions -votes d'aministrateurs- -pages à supprimer- etc.). Impossible dans ces conditions de contribuer normalement. Je songe très sérieusement à ne plus contribuer. Pas étonnant aussi que des sites comme Wikibuster existent et progressent.
a écrit le 24/10/2013 à 7:00 :
Les nouvelles technologies amènent de nouvelles pratiques de "marketing" pas toujours très transparentes. Cela va de l'autopromotion dans wikipedia, d'infiltration de faux contributeurs dans des blogs réputés, du site qui se prétend spécialiste de l'actualité d'une société mais qui ressemble plus à une nouvelle forme de concurrence déloyale et de dénigrement sous couvert d'une prétendue information, bloggeur utilisant plusieurs pseudos différents pour rédiger et commenter.
Les autorités de la concurrence mènent bien des investigations comme dans l'affaire des faux avis de consommateurs, mais la tache est immense et leurs moyens sont plutôt à la baisse dans cette période de crise.
a écrit le 23/10/2013 à 22:13 :
J'avais mis à jour un article sur Wikipedia. J'avais une certaine expertise du sujet ayant publié un ouvrage sur la question. D'ailleurs, mon ouvrage était en référence dans la bibliographie. Ma contribution avait été supprimée. J'avais demandé la raison. Le contributeur officiel wikipedia m'avait indiqué qu'il avait supprimé ma contribution car l'outil de monitoring avait repéré une activité suspecte de type "Troll". Sur le fond, il n'avait aucune idée, n'ayant pas de compétences sur le sujet. Wikipédia fait parti des idées intéressantes dont la mise en application se révèle médiocre, pas inutile juste médiocre.
Réponse de le 23/10/2013 à 23:56 :
Régression , ce peut être par exemple et cela est , lorsque que l'on des bandits de grands chemins au moyen age , aux pirates ensuite et encore , ensuite vint l'époque des hacker et des terroristes , avec liste noir , et maintenant nous en sommes aux "Troll" , Nous en sommes a un tel point que nous devrions interdire aux services secrets internationaux de regarder "Le Seigneur des anneaux " ou Hobbit , car cela devient plus mortifère que la peste noire de 1390 ou de la grippe espagnole de 1918 .
Je pose la question de qui dois mourir cette fois les infectés ou les infectants ?
a écrit le 23/10/2013 à 19:18 :
"Enfin, comble du paradoxe pour l'encyclopédie "libre", la "communauté wikipédienne" semble particulièrement fermée" En effet, il est loin le temps de l'esprit de la libre contribution ouverte à tous. Le site s'est replié sur lui même au profit de quelques ayatollahs en quête d'un pouvoir quelque peu relatif.
Réponse de le 24/10/2013 à 9:07 :
"Les nouveaux venus peuvent en effet faire l'objet de vives critiques de la part des anciens. Sur la page anglophone du site dédiée à la "fidélisation des contributeurs", des pratiques d' "abus de pouvoirs" d'administrateurs ont même été dénoncées. "
Tout à fait. Merci La Tribune. Cela, les administrateurs "diplômés" ne pourront pas l'effacer. J'ai même lu une menace de procès dans Wikipédia, dans les commentaires et avec le soutient des autres administrateurs, pour un désaccord mineur. Ce n'est pas possible d'être en désaccord avec les administrateurs. Vous serez exclus comme cela est écrit dans l'article de La Tribune. En effet, être administrateur, ce n'est pas rien. On ne remet pas en cause une page de présentation des lauriers de papier de l'administrateur / trice et de l'autocongratulation des autres administrateurs. L'année prochaine on créera et l'on pourra peut être y placé le "ruban vert" pour telle ou telle raison... (ce n'est pas rien d'afficher sa première étoile de ski sur son blouson). Certain(e)s font "la loi" est s'auto attribuent le droit de dire ce qu'est une véritable source et ce qui ne l'est pas en plus de ce prévoit Wikipédia, ce qui est neutre et ce quil ne l'est pas. Drôle de conception de la liberté: "Il vaut mieux avoir tort tous ensemble que raison tout seul". (démocraties populaires)
Réponse de le 24/10/2013 à 11:30 :
le modèle coopératif serait-il aussi victime des luttes de pouvoir ?

Aïe aïe, l'économie sociale et solidaire en péril ?
Réponse de le 24/10/2013 à 15:45 :
Le monde est de plus en plus concurrentiel et impitoyable. Wikipedia est issue d'une idée généreuse qui me semble condamnée à terme, comme toutes les utopies. Ou il se marchandisera, se banalisera, comme le Crédit agricole (mutualiste à l'origine).
Réponse de le 24/10/2013 à 16:19 :
@Didier

Cela dépendra de la générosité de Google, le plus gros donateur de nombre de projets libres (dont la fondation Mozilla). Dans le pire des cas, le site se monétisera par des bannières publicitaires ce que son fondateur s'est refusé à faire car cela entacherait la crédibilité des articles à l'image de certains moteurs de recherche marchandant des mots clés.
a écrit le 23/10/2013 à 16:03 :
Nous régressons en tout donc cela suit le mouvement , ce qui me porte a me poser la question :Existe t il un wiki en Inde et ou en Chine et si oui a quelle vitesse il progresse ?
a écrit le 23/10/2013 à 15:49 :
C'est dommage, mais un effondrement dans quelques années ne m'étonnerait pas. Les "anciens" vont tout bloquer et les encyclopédies payantes vont prendre l'avantage.

J'ai mis un jour une précision sur le système de mesures MTS, mais je n'ai pas réussi à mettre en note un renvoi aux sources. Une autre fois, j'ai ajouté des précisions sur un livre épuisé que je possédais, et elles ont été effacées. Tout cela m'a découragé, je dois dire.
a écrit le 23/10/2013 à 15:26 :
Et je laisse les débiles travailler gratosse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :