Folie des objets connectés : la startup Jawbone valorisée 3,3 milliards

 |   |  500  mots
Le bracelet Up, produit phare de la startup de San Francisco Jawbone, est bourré de capteurs.
Le bracelet Up, produit phare de la startup de San Francisco Jawbone, est bourré de capteurs. (Crédits : DR)
Après le rachat de Nest par Google pour une somme équivalente, le concepteur du bracelet intelligent Up boucle un tour de table de 250 à 300 millions de dollars lui attribuant cette valeur impressionnante. Les investisseurs ne veulent pas rater l’explosion des ventes d’objets connectés.

C'est la nouvelle ruée vers l'or. Des objets connectés, communicants, intelligents à foison sur soi, dans sa maison, sa voiture, etc. Un mois après l'annonce du rachat par Google de Nest, la startup du père de l'iPod Tony Fadell, spécialiste des thermostats et détecteurs de fumée connectés, pour la somme de 3,2 milliards de dollars en cash, une autre startup très en vue de la Silicon Valley, Jawbone, s'apprête à boucler un tour de table de 250-300 millions de dollars la valorisant à ces niveaux astronomiques : 3,3 milliards de dollars, selon le site spécialisé Re/code. Elle était valorisée moitié moins (1,5 milliard) à la mi-2011. Jawbone développe une série de produits connectés très design, dont une gamme d'enceintes, Jambox, des oreillettes bluetooth, et surtout un bracelet baptisé Up analysant le sommeil et l'activité toute la journée, qui s'utilise avec une application iPhone ou Android, et vendu 130 euros, notamment dans les magasins Apple, depuis mars dernier en Europe.

 A la frontière de l'objet et du Big Data

La startup de San Francisco, qui compte à son conseil d'administration Marissa Meyer, la directrice générale de Yahoo et ancienne de Google, a déjà levé 250 millions de dollars en cumulé auprès d'investisseurs prestigieux de la Valley, comme Andreessen Horowitz, Kleiner Perkins et Sequoia, mais aussi de JP Morgan et Deutsche Telekom. Ce serait la société d'investissement Rizvi Traverse Management, qui a financé Twitter et Square notamment, qui mènerait ce nouveau tour de table. Le fabricant du Up, signé par le designer renommé Yves Béhar, a utilisé une partie du cash pour des acquisitions, la plus importante étant celle de son concurrent BodyMedia, pour 100 millions de dollars en avril dernier, mais aussi pour acheter des serveurs afin de traiter et stocker les grandes masses de données qu'il collecte. A la frontière de l'objet connecté et du Big data, Jawbone ne communique pas le nombre de bracelets Up vendus mais évoque les « 35 millions de nuit enregistrées » par ses utilisateurs qui se chiffreraient en plusieurs centaines de milliers.

Le début d'une bulle ?

Selon le cabinet IHS, il s'est vendu 43 millions de moniteurs d'activités toutes marques confondues dans le monde en 2013, du Nike Fuel Band au FitBit. En cumulé, il pourrait s'en vendre plus de 250 millions d'ici à 2017. De là à valoriser ces jeunes pousses des milliards ? Depuis le rachat de Nest, certains observateurs craignent la formation d'une bulle spéculative sur les objets connectés. Pionnier et plus diversifié, Jawbone est un peu à part. L'été dernier, Fitbit a levé 30 millions sur la base d'une valorisation de 300 millions de dollars et Misfit, qui a conçu le bracelet Shine, un peu plus 15 millions, notamment auprès du milliardaire hong-kongais Li Ka-Shing sur une valorisation estimée autour d'une centaine de millions. Du côté des français, Withings (tensiomètre et balance connectés) a levé 30 millions de dollars l'été dernier et Netatmo 4,5 millions d'euros...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2014 à 11:48 :
Samsung s'est planté complètement avec sa montre connectée qu'il ne vend pas du tout. A quand la sonde rectale connectée 4G pour les lobo.tomisés de la techno ?
a écrit le 15/02/2014 à 16:52 :
GOGO GAGETS CELA va faire une grosse bulle ,,,???
a écrit le 14/02/2014 à 22:18 :
A priori les prisonniers ont pris une longueur d'avance sur le reste de la population concernant l'adoption du bracelet électronique connecté...
a écrit le 14/02/2014 à 20:16 :
C'est amusant cette folie d'appareil connecté. Avant on achetais un thermomètre avec une sonde extérieur sans fils. Aujourd'hui c'est un thermomètre avec une sonde connecté... Elle est toujours la même et a la limite la seule différence c'est qu'on peux brancher sont thermomètre sur internet... Pourquoi faire? Perso j'en sais rien. Un bracelet qui vous compte le nombre de pas tous les jours c'est pareil a quoi ça sert? Je ne suis pas rétrograde a la technologie mais là ou allons nous?
Réponse de le 15/02/2014 à 12:02 :
Avant, c'est à dire hier, on sortait dehors et notre corps nous donnait en temps réel une foultitude d'information sur la température, l'humidité ambiante, le sens et la vitesse du vent, l'humidité du sol, le risque de gel, de neige... Et en plus c’était gratuit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :