Apple choisit l'euro pour son nouvel emprunt obligataire

 |   |  234  mots
Le groupe informatique détient le record d'une émission obligataire jamais émise par une entreprise dans le monde, selon les données recensées par le cabinet américain Dealogic. C'était en 2013, lorsqu'il s'était endetté à hauteur de 17 milliards de dollars auprès des marchés pour financer une partie des dividendes et rachats d'actions promis à ses actionnaires.
Le groupe informatique détient le record d'une émission obligataire jamais émise par une entreprise dans le monde, selon les données recensées par le cabinet américain Dealogic. C'était en 2013, lorsqu'il s'était endetté à hauteur de 17 milliards de dollars auprès des marchés pour financer une partie des dividendes et rachats d'actions promis à ses actionnaires. (Crédits : reuters.com)
L'emprunt évalué à quelque 2,8 milliards d'euros selon le Wall Street Journal sera composé de deux tranches arrivant respectivement à échéance en 2022 et 2026 selon un document boursier consulté par l'AFP.

C'est une première. La firme à la pomme utilisera l'euro pour son nouvel emprunt obligataire. Le groupe informatique américain Apple a initié mardi 4 novembre la procédure pour son premier emprunt obligataire en euros, selon un document boursier consulté par le Wall Street Journal. Le document ne précise pas le volume de l'opération ni les taux d'intérêt servis, mais le quotidien évoque un montant total de 2,8 milliards d'euros. L'emprunt sera composé de deux tranches arrivant respectivement à échéance en 2022 et 2026.

Apple dit vouloir utiliser les fonds pour "les affaires générales de l'entreprise, y compris des rachats d'actions et le paiement de dividendes" ainsi que des investissements ou des acquisitions.  Le groupe avait d'ailleurs déjà levé 12 milliards de dollars en avril 2014.

Record d'émission obligataire

Certes Apple dispose d'importantes liquidités dans des comptes à l'étranger. Elles seraient toutefois soumises à l'impôt si elles étaient rapatriées aux Etats-Unis. Aussi le groupe a-t-il préféré jusqu'ici emprunter pour profiter de l'environnement de taux bas. Ceci explique pourquoi le groupe informatique détient le record d'une émission obligataire jamais émise par une entreprise dans le monde, selon les données recensées par le cabinet américain Dealogic. C'était en 2013, lorsqu'il s'était endetté à hauteur de 17 milliards de dollars auprès des marchés pour financer une partie des dividendes et rachats d'actions promis à ses actionnaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2014 à 9:29 :
Si cela n' illustre pas le délire absolue de notre société moderne.. la fin est bien plus proche que ce que l' on croit et ceci n' est pas du pessimisme mais du réalisme.
Réponse de le 09/11/2014 à 16:59 :
Développe :) j'aime bien cette idée

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :