David Kessler, de l'Elysée à Orange

 |   |  479  mots
Conseiller d'Etat, David Kessler était conseiller pour la culture et la communication de François Hollande jusqu'à cet été. Il devient directeur général de la filiale cinéma de l'opérateur.
Conseiller d'Etat, David Kessler était conseiller pour la culture et la communication de François Hollande jusqu'à cet été. Il devient directeur général de la filiale cinéma de l'opérateur. (Crédits : Reuters)
L’opérateur annonce l’arrivée le 1er décembre de l’ancien conseiller à la culture de François Hollande, David Kessler, à la direction générale d’Orange Studios. Ce conseiller d’Etat, qui fut directeur du CNC, avait quitté l’Elysée cet été.

La rumeur circulait depuis au moins une semaine. Orange l'a confirmé ce mardi soir : David Kessler va rejoindre l'opérateur le 1er décembre afin d'y prendre « les fonctions de Directeur général d'Orange Studio et Conseiller de la direction générale sur la stratégie médias et contenus. » Conseiller d'Etat surdiplômé, cet ancien élève de Normale Sup et de l'ENA, agrégé de philosophie, était jusqu'en juin dernier le conseiller pour la culture et la communication de François Hollande à l'Elysée. Il a été remplacé au Château par Audrey Azoulay, ex-numéro deux du Centre national du cinéma, le CNC que David Kessler a lui-même dirigé de 2001 à 2004. Il a alterné les postes en cabinets (Jospin, Delanoë) et les responsabilités opérationnelles dans les médias : il a été directeur général du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), de France Culture, directeur de la publication du magazine Les Inrockuptibles puis du Huffington Post.

« David Kessler sera chargé, en qualité de directeur général d'Orange Studio, filiale du groupe Orange, de conduire la politique d'investissement du groupe dans les droits cinématographiques français et européens, en coproduction ou en achat de catalogues de droits, cette stratégie s'inscrivant bien entendu dans la stratégie globale du groupe » explique le communiqué d'Orange.

Nouvelle offensive dans les contenus ?

Pourtant, Stéphane Richard, le PDG d'Orange, a réduit la voilure dans les contenus et le cinéma, rompant avec la politique de son prédécesseur Didier Lombard, en misant avant tout sur les partenariats. Mais les choses évoluent vite dans les médias, la télévision et les contenus, et Orange s'interroge sur sa place dans un univers bousculé par les géants du Web, de Google à Netflix.

« En tant que conseiller de la direction générale sur la stratégie médias et contenus, David Kessler accompagnera l'équipe dirigeante du groupe Orange dans sa réflexion sur la politique à conduire dans le domaine des médias et des contenus, ceci dans un contexte de profonde mutation des usages » poursuit Orange.

David Kessler est le deuxième conseiller du Président de la République à rejoindre l'opérateur historique, encore détenu à 25% par l'Etat, après Christine Albanel, l'ex-plume de Jacques Chirac, en 2010, où l'ancienne ministre de la Culture, qui siège au comité exécutif, est en charge de la Responsabilité Sociale d'Entreprise (RSE), de la diversité, les partenariats et de la solidarité. Elle est d'ailleurs aussi présidente du conseil d'administration d'Orange Studio. Le directeur général de la filiale cinéma d'Orange, anciennement appelée Studio 37, était jusqu'ici Pascal Delarue (ex-TF1). Parmi les derniers films coproduits par Orange : « Paradise Lost » avec Benicio Del Toro, « White Bird in a Blizzard » et le « Saint Laurent » de Bertrand Bonello avec Gaspard Ulliel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2014 à 11:18 :
alors comme çà on re nationalise l'ex DGT (direction generale des telecom à ne pas confondre avec trésor) en recyclant chez Orange les elites pensantes: apres Ramon, David?
Autrefois on recyclait les elites au placard en Pdg des fililales pour leur permettre une retraite ameliorée, maintenant on les recycle avant la date limite d'utilisation optimale...
Vive le progres.
a écrit le 19/11/2014 à 12:11 :
Et on sait combien il va en toucher des pognons pour cette mission harassante et à hauts risques ?
.
Pendant ce temps Macron nous créer une mission parlementaire qui se transformera en commission sur les retraites chapeau..
.
châpo oui..
a écrit le 19/11/2014 à 11:08 :
point barre.
a écrit le 19/11/2014 à 11:07 :
c' est vachement bien quand même de vivre dans une république démocratique parlementaire respectueuse des droits de l' homme, de la liberté, de l' égalité et de la fraternité..
.
surtout la fraternité !
a écrit le 19/11/2014 à 9:16 :
C'est pas la même stratégie de recyclage que Sarko avait déjà fait en catapultant Albanulle à la direction de la communication d'Orange ? Histoire de gonfler les charges du pachyderme Orange ?
a écrit le 19/11/2014 à 6:01 :
Un inutile de plus qui va diminuer la rentabilité de cette ex entreprise d’État. Si on mettait des ingénieurs arts et métiers à la place des énarques, la France serait le premier pays du monde, sans faire de pub pour cette école pratique et technique, il n'y a qu'à jeter un oeuil à leurs formations respectives. Oui en France, il faudrait inverser les hiérarchies et replacer les administratifs aux ordres des techniques..
a écrit le 19/11/2014 à 5:50 :
Apres la Social démocratie voici la sociale mondialisation made in France... Le problème c'est qu'aucun Français ne veut bouger son c.. pour les écarter du pouvoir, alors ils en profitent
a écrit le 19/11/2014 à 5:32 :
"cet ancien élève de Normale Sup et de l'ENA, agrégé de philosophie,"

On aime bien ce genre d'élites en France, sorties de nos grandes écoles, grandes écoles que tous les pays nous envient mais se gardent bien de faire chez eux.
Réponse de le 19/11/2014 à 8:35 :
lgtb
a écrit le 18/11/2014 à 22:59 :
Republique exemplaire quand tu nous tiens!
a écrit le 18/11/2014 à 21:28 :
Macron qui nous fait un film sur "l'entre soit" et neuneu premier nomme un copain d'école, c'est beau l'ENA.
a écrit le 18/11/2014 à 20:27 :
Bref, rien de neuf en hollandie. C'est toujours la republique des copains...
Réponse de le 19/11/2014 à 14:00 :
Rien de neuf en politique en général vous voulez dire.
Contrats publics confiés à des copains sans appels d'offres, recrutement des collaborateurs parmi la famille, fonctionnaires qui vont se faire embaucher parmi les sociétés qu'ils étaient chargés de réguler...
Quelqu'un pour relever ce pays ? Un politique qui pense au pays et à son développement au lieu de penser à la prochaine élection ?
a écrit le 18/11/2014 à 19:20 :
Wow coté communication de François Hollande ça n'était peut être pas une réussite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :