« Notre appli de numéro virtuel va révolutionner l’utilisation du smartphone » Taïg Khris

 |  | 685 mots
Lecture 3 min.
Dans un ou deux ans, avoir plusieurs numéros virtuels va devenir un standard, estime le champion de roller reconverti en startupper.
Dans un ou deux ans, avoir plusieurs numéros virtuels va devenir un standard, estime le champion de roller reconverti en startupper. (Crédits : Reuters)
Le champion de roller a présenté à la Conférence LeWeb la technologie de numéro mobile virtuel de sa startup OnOff qui lancera début janvier son application mobile. Rencontre avec un passionné perfectionniste et déterminé.

Comment passe-t-on du roller à une startup du mobile ?

Taïg Khris : J'ai toujours été passionné de technologie, je suis incollable sur les applications ! Et j'ai toujours alterné entre ma casquette d'entrepreneur et celle de créateur : pour préparer mon saut du haut de la Tour Eiffel, je me suis battu pendant deux ans pour convaincre les différents responsables que c'était possible.

Pour l'application OnOff, je suis parti de mes propres besoins : j'ai plus de 8.000 contacts dans mon téléphone ! Et il m'arrivait d'être appelé à 11 heures du soir par des fans, souvent des enfants, qui avaient trouvé mon numéro. Je me disais que c'était incroyable que nos smartphones soient de vrais ordinateurs, puissants, très pointus, mais que l'on soit resté au Moyen-Age au niveau du numéro de mobile, qui reste logé dans la carte SIM. Je me suis dit que les numéros allaient devenir virtuels, se déplacer dans le cloud. Je pense que notre application de numéros mobiles virtuels peut révolutionner la façon dont on utilise son téléphone. Avoir plusieurs numéros pour différents groupes de contacts ou lorsqu'on publie une petite annonce sur Leboncoin par exemple, cela apporte un vrai service.

Vos numéros virtuels ne vont-ils pas surtout servir à toutes sortes de trafic ?

Les appels transitent par le réseau GSM et la carte SIM ne change pas, le numéro n'est virtuel qu'en façade, il n'y a aucun problème de sécurité. C'est un produit nouveau, nous allons voir comment nous serons accueillis par les opérateurs, par l'Arcep [le gendarme des télécoms]. Nous avons développé notre technologie de virtualisation avec un partenaire, un opérateur mobile virtuel français qui a une licence de full MVNO, afin de pouvoir interconnecter notre serveur aux antennes-relais via le réseau GSM. On ne vend pas d'Internet mobile, on redonne de la flexibilité et même du pouvoir d'achat aux utilisateurs. A l'étranger, on pourra ainsi être joint au tarif local, sans problème de roaming. Nous voulons lancer l'application dans un maximum de pays, mais il faut un partenariat avec un opérateur par pays.

Pourquoi avoir implanté votre startup à Tallinn, en Estonie ?

J'ai créé la société holding à Paris, les bénéfices seront rapatriés en France. J'ai levé un million d'euros auprès d'investisseurs, surtout des amis, qui ont mis de petits ou de gros tickets, et qui ont cru dans le potentiel du projet et dans mon acharnement. Mais je me suis rendu compte que ce n'était pas assez pour recruter les ingénieurs. Mon meilleur ami d'enfance est installé depuis plusieurs années en Estonie et travaille dans l'Internet. La vie est moins chère là-bas, les ingénieurs aussi et on a pu embaucher plus de gens, une vingtaine d'ingénieurs qui développent toutes les fonctionnalités de l'application. Il reste encore du développement à faire pour toute l'année 2015. Je suis perfectionniste ! Je ne suis pas moi-même programmeur, mais c'est une expérience extraordinaire à vivre de diriger une startup, on apprend beaucoup de choses. Ce qui m'anime c'est la passion et la perfection du produit.

Combien espérez-vous d'utilisateurs ?

Le jour où l'application sera disponible sur les App Stores, ce sera déjà une grande fierté. Qui sait, 10.000, 20.000 ou 100.000 utilisateurs, ce serait déjà vraiment formidable. Il faut d'abord faire le meilleur produit. Nous avons bâti un business plan en fonction de prévisions de taux de désabonnement, du nombre de personnes qui prendront un seul numéro virtuel gratuit, un deuxième ou un troisième, mais ce sont des hypothèses. Je suis convaincu que dans un ou deux ans, n'importe quel téléphone dans le commerce aura cette fonction : avoir plusieurs numéros virtuels va devenir un standard, de la même façon que l'on trouve normal d'avoir plusieurs boîtes mail.

> En savoir plus sur l'application OnOff : "Quand le champion de roller Taïg Khris se lance dans les applis mobiles"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2015 à 17:57 :
testé aujourd'hui, ça ne fonctionne pas, je ne reçois pas les sms sur mon nouveau numéro :(
Quelqu'un a déjà rencontré ce problème ?

Merci pour vos retours

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :