Orange Bank reconnaît un tassement du recrutement de ses clients

 |   |  637  mots
Paul de Leusse, le directeur général adjoint d'Orange en charge des services financiers mobiles, va reprendre le poste de directeur général d'Orange Bank après le départ d'André Coisne.
Paul de Leusse, le directeur général adjoint d'Orange en charge des services financiers mobiles, va reprendre le poste de directeur général d'Orange Bank après le départ d'André Coisne. (Crédits : Orange)
Le responsable des services financiers d'Orange, Paul de Leusse indique, dans un entretien au "Monde" que la banque mobile "gagne entre 15.000 et 20.000 clients par mois" mais que le rythme s'est tassé après un démarrage "sensationnel". Il dessine un autre modèle, s'appuyant davantage sur les réseaux de distribution.

Orange Bank a du mal à maintenir la dynamique de conquête après un lancement en fanfare le 2 novembre dernier. L'opérateur télécoms s'était abstenu cet été, en publiant ses résultats semestriels, de communiquer des chiffres mis à jour du nombre de clients de sa banque mobile, après avoir annoncé en compter 100.000 clients en quatre mois. Paul de Leusse, le nouveau directeur général adjoint d'Orange en charge des services financiers mobiles depuis mai, le concède, dans un entretien au Monde publié ce lundi 1er octobre.

"Après un démarrage sensationnel, les recrutements de clients se sont un peu tassés. Mais depuis, nous avons bien travaillé le lien entre Orange Bank et le réseau Orange. Ce dernier trimestre, nous gagnons entre 15.000 et 20.000 clients chaque mois, soit 700 ouvertures par jour" indique-t-il.

L'ex-banquier du Crédit Agricole Indosuez Wealth ne précise pas où en est exactement Orange Bank. On peut sans doute en déduire que le cap des 200.000 n'est pas encore atteint. Il ne détaille pas non plus le chrun, le taux de désabonnement, alors que la néobanque, quasi gratuite, fait payer des frais d'inactivité (5 euros par mois) aux clients réalisant moins de trois opérations par mois (sur le même modèle que l'allemande N26).

Il confirme qu'il reprendra les responsabilités du directeur général d'Orange Bank, André Coisne, qui va partir pour "créer un fonds de finance d'impact", précise-t-il et restera à ses côtés "comme conseiller en diversification et partenariats."

Offres croisées et familles

Le patron des services financiers d'Orange observa par ailleurs que le profil des clients de la banque mobile est à "60% des familles" - et non les jeunes, sa cible prioritaire dans sa communication. D'ailleurs, "à la demande d'Orange", la filiale travaille "sur un compte famille" et va proposer "des offres croisées banque-téléphone", notamment en proposant de financer l'achat du téléphone. Orange Bank, qui dispose d'une licence d'établissement de crédit, a lancé le prêt à la consommation en mars dernier.

"Au-delà de notre offre standard, très bon marché, nous allons développer des offres payantes. Il faudra bien accroître notre rentabilité", observe Paul de Leusse, alors que la banque a creusé ses pertes à 68 millions d'euros au premier semestre.

Autre changement en vue : Orange Bank va davantage s'appuyer sur la vente en magasin plutôt que sur la souscription en ligne, depuis son smartphone. Outre le réseau de boutiques Orange, qui représentent déjà "60% des ouvertures de compte", la néobanque veut s'appuyer sur d'autres réseaux.

"Nous ne pensions pas que les boutiques Orange nous permettraient de pénétrer l'ensemble du marché. C'est une surprise positive. Certes, notre banque est digitale, mais nous voulons aussi adopter un positionnement multi-distributeur", déclare Paul de Leusse.

L'offre bancaire de l'opérateur sera commercialisée dans le réseau de Groupama (qui détient encore 35% du capital de son ex-filiale Groupama Banque rachetée par Orange pour lancer sa banque) en 2019 (ce devait être six mois après le lancement initialement). Mais Orange Bank cherche d'autres partenaires, par exemple "un acteur issu du monde de l'immobilier", pour de futurs prêts à l'habitat, ou "un acteur de la grande distribution. C'est ce qui nous permettra d'accélérer notre croissance", relève Paul de Leusse, comme un aveu de la langueur de la progression des recrutements.

Quant au déploiement à l'international, il se montre beaucoup plus prudent. Un service de paiement et de crédit sera lancé cette année en Roumanie, puis Orange Bank ouvrira en Espagne en 2019, ainsi qu'en Côte d'Ivoire et au Sénégal. En 2020, sa feuille de route prévoit un lancement en Slovaquie, au Mali et au Burkina Faso.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2018 à 9:40 :
Merci de vérifier vos dires, N26 n'impose plus de minimum de transaction (pas frais de non utilisation de la carte). Le service N26 est donc entièrement gratuit !
a écrit le 05/10/2018 à 22:09 :
Les boutiques Orange qui refourguent à des petites vieilles qui regardent juste BFM, sans jamais aller sur internet, des abonnements à la fibre à 50 euros par mois c’est juste honteux, sans compter qu’ils détruisent les appartements pour poser leurs câbles qui seront inutiles à ces personnes âgées jusqu’à leur fin, encore un scandale de plus de l’impunité totale de ses dirigeants dont le seul projet stratégique est : tuer toute concurrence. Pathétique, l’aveu de l’incapacité totale à innover et bâtir des offres commerciales disruptives
a écrit le 02/10/2018 à 3:09 :
L'appli mobile est depuis peu potable sur IOS, après un an il y a encore des messages "bientôt disponible", Orange est "agile" dites-vous ? (Bien sur que ce "bientôt" peut-être à la saint Glin-glin...
Un site internet disponible seulement si on a son portable, ça fait sourire. Je pensais que c'était un accès quand on n'a pas son portable, on n'a pas le droit de l'oublier...
A l'annonce d'Orange Bank, on nous avait pourtant présenté Orange comme un digital-native...
Et se payer Groupama pour profiter de son expérience bancaire... Vu les retards, Groupama devait encore être à prendre les CB avec un sabot. (Les jeunes de 20 ans ne peuvent pas connaitre)

Tout le monde a droit à une seconde chance. Je reste client car les paiements fonctionnent enfin maintenant partout.
a écrit le 01/10/2018 à 14:08 :
" Un service de paiement et de crédit sera lancé cette année en Roumanie, puis Orange Bank ouvrira en Espagne en 2019, ainsi qu'en Côte d'Ivoire et au Sénégal. En 2020, sa feuille de route prévoit un lancement en Slovaquie, au Mali et au Burkina Faso."

Hum... sacrée ambition !
a écrit le 01/10/2018 à 13:46 :
faut quand même dire que la clientèle d'Orange n'est pas un public geek. ce sont plutôt des personnes du type senior/50ans&+ qui ne sont pas à l'aise/encore habitués avec les nouvelles technologies.
D'ailleurs "Orange Bank va davantage s'appuyer sur la vente en magasin " -> pas étonnant ! ( youpi un nouveau concurrent de la Poste ....)
a écrit le 01/10/2018 à 13:45 :
En gros, il ont a peu près réussi a fourguer un compte a chaque employé, et maintenant ils peinent a convertir les conjoints ? ;-)
Réponse de le 02/10/2018 à 2:32 :
Vous ne devez pas être loin de la vérité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :