Comment Facebook va prendre le contrôle de votre téléphone

 |   |  862  mots
Sous prétexte de simplifier le système des notifications et de proposer uniquement des alertes pertinentes, Facebook se prépare en réalité à envahir votre écran d’accueil et à cannibaliser votre expérience en ligne sur mobile.
Sous prétexte de simplifier le système des notifications et de proposer uniquement des alertes "pertinentes", Facebook se prépare en réalité à envahir votre écran d’accueil et à cannibaliser votre expérience en ligne sur mobile. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Le réseau social lance Notify, une application qui centralise toutes les notifications qui apparaissent sur votre écran d’accueil selon vos centres d’intérêts. Un moyen efficace pour connaître encore mieux ses utilisateurs et devenir l’interface dominante sur smartphone.

Facebook va-t-il bientôt devenir le maître absolu des notifications d'actualités sur votre smartphone ? C'est, en tout cas, l'objectif du réseau social aux 1,5 milliard de membres dans le monde. Le géant américain vient de dévoiler Notify, une nouvelle application qui a pour objectif de vous informer en temps réel de l'actualité qui vous intéresse, comme il l'explique dans un billet de blog.

Facebook bientôt maître absolu des notifications ?

Sous prétexte de simplifier le système des notifications et de proposer uniquement des alertes "pertinentes", Facebook se prépare en réalité à envahir votre écran d'accueil et à cannibaliser votre expérience en ligne sur mobile.

Concrètement, Notify se conçoit comme une plateforme qui centralise les notifications d'actualités. Pour Facebook, il s'agit de donner à l'utilisateur exactement l'information qui l'intéresse, et uniquement celle-ci, grâce à des partenariats avec des groupes de presse. L'utilisateur est invité à s'abonner à des "stations" thématiques, selon ses centres d'intérêts. Vous voulez être tenu au courant en temps réel des résultats de vos équipes de sport favorites ? Facebook a un "fil" pour cela grâce à un partenariat avec Fox Sports. Envie de recevoir les derniers potins sur les stars ? Il suffit d'autoriser le fil "Vogue" à vous envoyer, via Notify, ses derniers scoops.

Partenariat CNN et Fox News

Facebook a également signé des partenariats avec CNN et Fox News pour s'informer des grands événements d'actualités, avec Fandango pour recevoir les bandes annonces des nouveaux films, tandis que The Weather Channel vous envoie tous les matins des prévisions météo locales.

Au total, près de 75 sources d'actualités participent au dispositif, dont The Washington Post, The New York Times, Bloomberg Business, CBS Sports, Entertainment Weekly, People ou encore GQ Magazine. Autrement dit, il est très probable que les utilisateurs de Notify n'utilisent désormais plus que des médias partenaires de Facebook, dont certains font aussi partie de l'initiative Instant Articles, pour s'informer sur mobile.

L'écran d'accueil, un trésor inexploité ?

L'arrivée d'une application qui bouleverse l'écran d'accueil avant déverrouillage est une initiative intéressante dans la guerre que se livrent les géants du net pour l'audience sur mobile. En se proposant de centraliser les notifications des médias et de les organiser, Facebook s'assure d'être à un "clic" de l'utilisateur dès qu'il prend en main son smartphone.

Ce faisant, il court-circuite Apple, et bientôt Google quand l'application sera compatible avec Android. Car Notify permet à Facebook d'interagir tout de suite avec l'utilisateur, comme l'explique le site The Washington Post :

"Apple représente une vraie barrière à un plus grand engagement de l'utilisateur avec Facebook. Pour aller sur l'application Facebook, les utilisateurs doivent déverrouiller un écran d'Apple, naviguer à travers une interface conçue par Apple et ouvrir l'application Facebook qui est conçue spécialement pour Apple. Et si Facebook surpassait ces contraintes, réduisait le nombre d'actions à réaliser avant que Facebook ne commence à interagir avec les utilisateurs ?"

Vous faire rester dans l'écosystème Facebook à tout prix

Pour l'heure, Notify n'est disponible qu'aux Etats-Unis et pour les utilisateurs d'iPhone. Mais nul doute que l'application arrivera très vite en Europe et pour les utilisateurs sous Android et Windows Phone.

Car la logique économique derrière ce service est capitale pour Facebook. En vous alertant sur des évènements qui vous intéressent et qui arrivent à vous via des médias partenaires, Facebook s'assure de vous faire rester plus longtemps dans son écosystème. Ce qui lui permet de mieux vous connaître, donc de récolter davantage de données personnelles, donc de mieux les monétiser sur le marché publicitaire. Et de renforcer sa présence sur mobile, le nerf de la guerre dans la publicité.

Facebook travaille d'arrache-pied pour dominer le marché de la publicité en ligne grâce à des services innovants. Et ça marche : le réseau social vient de vivre le meilleur trimestre de son histoire, avec un chiffre d'affaires ahurissant de 4,5 milliards de dollars, dont la quasi-totalité (4,3 milliards) provient de la publicité. Et au sein même de ses revenus publicitaires, 78% sont issus de la publicité mobile.

>> Lire : La croissance phénoménale de Facebook en 10 chiffres

Bien conscient que l'avenir du marché publicitaire se joue sur le mobile, Facebook ne lésine pas sur les moyens pour y renforcer sa présence. Ces derniers mois, le groupe a signé des partenariats avec des médias pour héberger lui-même certains de leurs articles sur Facebook. Il travaille aussi à proposer de plus en plus de vidéos pour prendre des parts de marché à YouTube, qui appartient à son concurrent Google.

L'amélioration de son moteur de recherche interne et le travail sur l'accélération du temps de chargement des pages, toujours trop important pour une navigation fluide sur mobile, visent aussi à améliorer l'expérience utilisateur... et donc à le faire rester plus longtemps sur Internet, et si possible dans l'écosystème Facebook.

>> Pour aller plus loin : Les géants Apple et Facebook vont-ils « vampiriser » la presse en ligne ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2015 à 20:54 :
Tiens, je vais profiter de l'article : si quelqu'un pouvait m'exposer en 2 mots l'intérêt de facebook, je lui en serais reconnaissant. J'ai eu un compte et, devant la vacuité du machin, me suis désabonné. Mais 1.5 milliard d'utilisateurs ne peuvent pas se tromper...
a écrit le 18/11/2015 à 16:46 :
Les smartphones sont des outils magnifiques, mais comme en toute chose, l'abus est préjudiciable. Quant à Facebook, se dire amis, avec quelqu'un que l'on n’a jamais vu, c'est allé au-devant de grandes déceptions.
Moi des AMIS, de ma vie, je n'en compte que trois, mais le mot ami ne doit plus avoir le même sens de ne jour..
a écrit le 16/11/2015 à 8:57 :
Personnellement j'utilise un téléphone qui ne me permet que de "téléphoner", et quand j'y arrive... envoyer un SMS. Pas de Facebook, pas de Tweeter, pas de photos non plus et je vis très bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :