Grand Prix - Dominique Barry-Etienne : Favoriser la transition agro-écologique

Grand Prix i-Lab 2020 pour le projet BE-SAFE, Dominique Barry-Etienne développe des solutions alternatives aux pesticides conventionnels en valorisant les propriétés biochimiques des champignons.

2 mn

(Crédits : DR)

C'est une innovation d'usage qui a été récompensée d'un Grand Prix i-Lab 2020, celle du programme de recherche & développement BE-SAFE (Biocontrol and Environmental Solutions for Agriculture based on Fungal Extracts), porté par Dominique Barry-Etienne, présidente de la start-up montpelliéraine Mycea, qu'elle a cofondé avec Sébastien Diette en 2018. « Les champignons sont connus dans la médecine, avec la pénicilline, mais leur sourcing pour se passer d'intrants chimiques dans l'agriculture a été peu utilisé jusqu'à présent », relève cette docteur en agronomie, spécialiste de la biologie et de l'écologie des champignons, précisant qu'il existe, sur terre, plus de 1,5 million d'espèces de champignons, dont seuls 100 000 connus actuellement pour leurs vertus. Dominique Barry-Etienne a commencé par s'intéresser à la truffe pendant ses études, puis a travaillé pour la société Alcina au diagnostic moléculaire des sols, afin d'y repérer des formes de champignons. « Puis j'ai diversifié mes thématiques de recherche vers les champignons pathogènes agricoles, dont celle qui a obtenu le Grand Prix i-Lab 2020 », explique-t-elle.

Lire aussi : Et les Grands Prix du concours i-Lab 2020 sont...

Le jury du concours, porté par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, a reconnu le potentiel du programme, celui d'une avancée en matière de bio contrôle des cultures agricoles, attaquées par des éléments phytopathogènes, responsables de pertes de récoltes estimées au niveau mondial à 290 milliards de dollars par an. Autant dire que le programme BE-SAFE de Mycea, dont l'objectif est d'identifier et de produire des extraits naturels de champignons comme alternative aux pesticides chimiques, participe à une nouvelle agriculture, plus respectueuse de l'environnement.

Production de masse

Au-delà d'une visibilité accrue pour la start-up, « cette validation de notre programme de recherche par le jury i-Lab est très importante pour les investisseurs qui nous accompagnent », souligne la lauréate. Et si, l'an dernier, Dominique Barry-Etienne a raté la première marche du podium - « en raison du manque de maturité de notre projet », confie-t-elle - elle a peaufiné son dossier cette année. « Nous avons embauché un spécialiste pour travailler sur des partenariats de co-développement avec des industriels », indique-t-elle. Des industriels qui se sont montrés intéressés...

Lire aussi : Le concours i-Lab, voie royale pour accéder à des fonds européens - TreeFrog Therapeutics (1/3)

« Les fonds apportés par le concours vont nous permettre de travailler sur la production de masse des molécules en vue de leur commercialisation à l'avenir », se réjouit la nouvelle entrepreneure. C'est bien le but du concours i-Lab, celui de transférer les avancées de la recherche en laboratoire au marché. Et bien sûr, Dominique Barry-Etienne n'oublie pas son lien fort avec les chercheurs au travers de deux partenariats avec le CNRS à Montpellier et l'INRAe de Marseille.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.