Nintendo se diversifie avec des parcs d'attractions chez Universal

Nintendo annonce l'ouverture de trois sites à thèmes dans les parcs d'attractions Universal, aux Etats-Unis et au Japon. Une nouvelle source de revenus pour le géant japonais alors que ses ventes de consoles déclinent.
Anaïs Cherif
Alors que ses ventes de consoles déclinent depuis sept années consécutives, Nintendo veut diversifier ses activités.
Alors que ses ventes de consoles déclinent depuis sept années consécutives, Nintendo veut diversifier ses activités. (Crédits : Reuters/Kim Kyung Hoon)

Bientôt des montagnes russes à l'effigie de Mario ? Nintendo a confirmé mardi son partenariat avec Universal Parks and Resorts, déjà annoncé en mai 2015. Resté silencieux sur le sujet depuis, la société japonaise de jeux vidéo a annoncé l'ouverture "dans les années à venir" de trois sites consacrés à l'univers de ses personnages emblématiques dans les parcs d'attraction d'Universal - à Los Angeles, Orlando et Osaka. "Les visiteurs auront l'impression d'être à l'intérieur de leurs jeux vidéo préférés", promet Nintendo dans un communiqué. Les décors seront "vastes, immersifs et interactifs", avance-t-il en annonçant des attractions "pour tous les âges" et des restaurants à thème.

Nintendo a annoncé la présence de l'incontournable plombier à moustache Mario. S'il laisse planer le doute sur les autres personnages pouvant être adaptés, le géant japonais a de quoi faire avec ses jeux populaires - de Zelda à Pokemon en passant par Donkey Kong.

Nintendo veut attirer de nouveaux acheteurs

Lors de l'annonce du partenariat en mai 2015, Satoru Iwata, ex-PDG de Nintendo, avait déclaré en conférence de presse : "Nous considérons depuis longtemps l'activité des parcs à thème comme une possibilité, pourvu que nous puissions trouver un bon partenaire", rapporte le Wall Street Journal. Selon Satoru Iwata, le but de cet accord est de maximiser l'utilisation de la propriété intellectuelle de Nintendo et de ses personnages. Objectif : attirer de nouveaux clients vers les consoles et jeux vidéo plutôt que de générer de nouveaux revenus grâce à la licence accordée à Universal, rapporte le Wall Street Journal.

Alors que ses ventes de consoles déclinent depuis sept années consécutives, Nintendo commence à diversifier ses activités. Après avoir boudé les jeux vidéo sur smartphones pendant des années, il a passé un accord avec la société japonaise DeNO en mars dernier. Nintendo sortira le 15 décembre "Super Mario Run" sur l'Apple Store. L'adaptation de "Fire Emblem" et "Animal Crossing" sur smartphones suivra l'été prochain. En mai dernier, l'entreprise japonaise a également annoncé vouloir porter à l'écran ses créations.

| LIRE AUSSI : Nintendo Switch: une nouvelle console pour relancer des ventes moroses

Après Harry Potter, Universal espère un nouveau succès

Du côté d'Universal, la popularité des jeux Nintendo fait de la société japonaise le partenaire "naturel". Mark Woodbury, président d'Universal Creative, la société chargée de concevoir des attractions pour les parcs Universal, assure dans une vidéo de présentation : "Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles idées (...) pour faire venir les gens. Et Nintendo remplit tous les critères."

Universal espère bien reproduire le succès obtenu avec ses parcs à thèmes Harry Potter, ouvert à Orlando (2010), au Japon (2014) et à Los Angeles (2016). Au Japon, la fréquentation a augmenté de 1,2 million en 2015 pour atteindre les 13,9 millions de visiteurs, souligne Japan Times. Universal a vu ses revenus générés par les parcs augmenter de 60,6% au troisième trimestre 2016 pour s'établir à 1,44 milliard de dollars, grâce en partie au lancement du site consacré au magicien à Los Angeles en avril dernier.

Anaïs Cherif

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.