En Belgique, après Orange, Telenet montre son intérêt pour Voo

 |   |  416  mots
En mettant la main sur Voo, Orange pourrait devenir un opérateur véritablement convergent en Belgique, sans dépendre des infrastructures de ses rivaux.
En mettant la main sur Voo, Orange pourrait devenir un opérateur véritablement "convergent" en Belgique, sans dépendre des infrastructures de ses rivaux. (Crédits : DR)
Le câblo-opérateur, très présent en Flandre, a indiqué qu’il était prêt à casser la tirelire pour racheter son rival Voo, qui couvre la Wallonie. Ce qui pourrait déboucher sur un bras de fer avec Orange, qui a déjà montré son appétit pour le même groupe.

C'est un possible grand chambardement en vue dans le marché belge des télécoms. Alors qu'Orange a fait montre de son appétit pour le câblo-opérateur Voo, très présent en Wallonie, à la fin du mois de mars, un autre acteur est, comme pressenti ces dernières semaines, sorti du bois. Il s'agit du câblo-opérateur Telenet, qui couvre pour sa part la Flandre. En avalant Voo, ce dernier disposerait alors d'une vraie couverture nationale en Internet fixe. Dans un entretien au journal L'Echo, John Porter, le patron de Telenet, a affirmé qu'il était prêt à casser la tirelire :

« Nous avons articulé une valorisation qui s'étend sur une plage de 1 à 1,3 milliard d'euros. Nous avons aussi dit être prêts à débourser 300 millions à des fins d'accélération du capital, et que nous sommes disposés à faire des priorités wallonnes nos priorités, que ce soit en termes d'emploi ou d'innovation. »

Au passage, John Porter ne s'est pas fait prié pour égratigner son rival Orange, qui lorgne également les infrastructures Internet fixe de Voo. Il a affirmé que l'opérateur français, présent dans le mobile mais très peu dans l'Internet fixe, pouvait très bien se contenter de s'approvisionner auprès de ses concurrents pour avoir accès au réseau câblé. Et ce alors qu'Orange râle de plus en plus fort sur l'envolée des prix de gros sur ce front.

« Orange a un business assez fructueux »

« Pour une entreprise avec seulement un réseau mobile et qui n'investit que peu de capital, ils ont un business assez fructueux », a bombardé le chef de file de Telenet. « Ils ont obtenu un très chouette deal d'accès au câble, ce qui est très inhabituel dans le monde pour un challenger, du fait que cela va à l'encontre des investissements dans les infrastructures. »

Si Voo était prochainement à vendre, on pourrait assister à un sacré duel entre Telenet et Orange. Pour l'opérateur français, il s'agit d'une opportunité de devenir vraiment « convergent » en Belgique - en proposant des offres mêlant Internet fixe, téléphonie mobile et télévision. Ce qui est, au passage, la politique du géant français des télécoms dans tous les pays où il est présent sur le Vieux Continent. À l'instar, outre l'Hexagone, de l'Espagne, de la Roumanie ou de la Pologne.

Lire aussi : En Belgique, Orange lorgne le réseau de son rival Voo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :