Le taiwanais Foxconn investit 5 milliards de dollars en Inde

 |   |  613  mots
Après avoir investi 5 milliards de dollars en Inde, l'objectif du Taïwanais est de créer un million d'emplois dans la troisième économie d'Asie.
Après avoir investi 5 milliards de dollars en Inde, l'objectif du Taïwanais est de créer un million d'emplois dans la troisième économie d'Asie. (Crédits : Reuters)
Hausse des salaires, contestation sociale... la Chine n'est plus la destination prioritaire de la production high-tech mondiale. Le géant mondial taïwanais Foxconn, qui fabrique les produits Apple, Sony, Nokia, se tourne vers l'Inde. Ce pays met en oeuvre une politique très volontariste pour attirer les entreprises étrangères sur son territoire.

Ce n'est pas la première fois que le taiwanais Foxconn cherche à réduire sa dépendance à la Chine où il emploie environ 1 million de personnes. En février 2014, il envisageait d'étendre son implantation en Indonésie. Mais, samedi 8 août, c'est l'Inde que le leader mondial de la sous-traitance électronique a désigné comme pays destinataire de ses investissements : 5 milliards de dollars sur cinq ans, dans l'Etat de Maharashtra (ouest du pays). Le fabricant de l'iPhone, de l'iPad (Apple) et autres Playstation (Sony) ou tablettes N1 (Nokia) ouvrira plusieurs usines spécialisées dans la fabrication de semi-conducteurs à destination du marché local et pour l'exportation. Il y établira aussi des unités dédiées à l'innovation et à la recherche. Selon Subash Desai, ministre de l'Industrie de Mahasrastra, cité par le journal Time of India, ces nouvelles capacités d'assemblage emploieront plus de 50.000 personnes.

Faire face à la hausse des salaires chinois

La production de Foxconn était jusqu'alors principalement localisée à Shenzhen, hypercentre de la high-tech asiatique. Mais l'augmentation du coût de la main d'œuvre, couplée à de nombreux troubles sociaux dans les usines chinoises (un nouveau suicide a été enregistré la semaine dernière), ont décidé le constructeur taïwanais à s'implanter en Inde.

D'ailleurs, face à l'augmentation des salaires chinois, le fabriquant a déjà initié un plan d'action : fin juin, le sous-traitant d'Apple annonçait un plan robotique industriel, le Foxbot, dont l'objectif est d'automatiser 30 % de sa production chinoise d'ici à 2020. Pour cela, le groupe s'est associé au géant de l'Empire du Milieu, Alibaba, à travers un fonds de 236 millions de dollars.

L'investissement de Foxconn en Inde répond également à l'émergence relative d'une classe moyenne dans un pays qui devrait devenir l'Etat le plus peuplé du monde d'ici à 2022 avec 1,4 milliard d'habitants. Ces prévisions ouvrent de nouvelles perspectives commerciales pour Foxconn et les marques internationales de mobiles et tablettes.

"Make in India", le programme pour attirer les investisseurs étrangers

Mais l'attrait de Foxconn pour l'Inde s'explique aussi par une politique volontariste du gouvernement local. Outre le prix du pétrole en baisse, les réformes déjà effectuées permettront au pays, selon le FMI, de dépasser la Chine en termes de croissance en 2015 et 2016 (7,5 %).

De plus, à l'approche des élections, le Premier ministre sortant Narendra Modi a lancé un nouveau programme intitulé « Make in India ». Celui-ci vise à attirer davantage d'investisseurs étrangers.

Ainsi, l'engagement de Foxconn ne devrait pas se limiter à cette unique opération. Le fabricant est en pourparlers avec d'autres Etats indiens pour mettre en place des unités de production et cherche également à forger des partenariats avec d'autres entreprises, dans le marché des smartphones le plus dynamique au monde, avec 952 millions de connexions mobiles.

1 million d'emplois créés à terme par Foxconn en Inde

Foxconn, l'un des plus grands employeurs privés au monde avec 1,3 million de personnes pendant les périodes de pointe, ambitionne donc, d'ici à 2020, de créer 1 million d'emplois en Inde. Il compte pour cela sur les nombreuses marques de smartphones travaillant avec lui, et notamment Nokia, qui vient d'annoncer son retour sur le marché mobile en 2016, une fois que le contrat de non-concurrence signé entre le Finlandais et Microsoft arrivera à échéance.

D'autres entreprises s'implantent progressivement en Inde. L'américain General Motors a annoncé un investissement de 1 milliard de dollars dans la construction d'usines automobiles à Maharashtra, tandis que le sidérurgiste sud-coréen Posco a précédemment engagé plus de 12 milliards de dollars pour construire une usine dans l'État d'Orissa.

Quant à Huawei, l'un des leaders mondiaux du marché des smartphones, il a récemment obtenu l'approbation du ministère des Affaires intérieures indien pour lancer la fabrication dans ce pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2015 à 19:25 :
On marche sur la tête
a écrit le 10/08/2015 à 18:21 :
La World compagny tourne à plein

c'est vrai ils commencent a nous prendre la tête ces chinois qui veulent avoir un salaire et pourquoi pas la sécu et des vacances
Le bonheur arrive en Inde !!!
Réponse de le 10/08/2015 à 18:35 :
L'Inde semble rapidement devenir le nouvel eldorado. Il y a tellement a faire et tellement de personnes a exploiter... Les entreprises telles foxconn ne peuvent pas louper ca.
Réponse de le 10/08/2015 à 22:36 :
@ xavier - D´un autre côté, ça n´intéresse personne qu´une société aille s´installer dans un pays misérable. Ce sont des exploiteurs. Vous préférez que les pauvres arpentent les trottoirs? Si il vous aviez manqué de pain, vous penseriez peut-être différemment. En France, un employé qui reçoit un Smic coute 2,4 Smic - Il faut être dingue pour ouvrir une société. Je me demande pourquoi il n´y a pas déjà 20 millions de chomeurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :