Face à Zuckerberg, le Congrès avance le RGPD

 |   |  656  mots
Mark Zuckerberg, Pdg et co-fondateur de Facebook, était auditionné le 10 et 11 avril par le Congrès américain dans le cadre de l'affaire Cambridge Analytica.
Mark Zuckerberg, Pdg et co-fondateur de Facebook, était auditionné le 10 et 11 avril par le Congrès américain dans le cadre de l'affaire Cambridge Analytica. (Crédits : Reuters/Leah Millis)
Mark Zuckerberg était auditionné, mercredi 11 avril, pour le deuxième jour de suite par le Congrès américain dans le cadre du scandale Cambridge Analytica. De nombreux sénateurs n'avaient qu'un acronyme en bouche, cité en exemple : le RGPD, le fameux Règlement général sur la protection des données (RGPD), qui entrera en vigueur en Europe le 25 mai prochain. Un changement d'opinion significatif pour les Américains, traditionnellement peu enclins à réglementer la collecte des données personnelles.

La vision européenne - et protectrice - des données personnelles va-t-elle s'imposer outre-Atlantique ? C'est l'une des questions restée en suspens à l'issue de l'audition de Mark Zuckerberg, Pdg et co-fondateur de Facebook, dans le cadre du scandale Cambridge Analytica. Interrogé mardi et mercredi sur la fuite des données personnelles de 87 millions d'utilisateurs Facebook, le patron du plus grand réseau social au monde a illustré le changement de paradigme qui s'opère au sein de la Silicon Valley... En reconnaissant la nécessité d'une régulation pour les géants d'Internet. Le même homme, qui, en 2010, assurait que la vie privée n'était plus "une norme sociale".

"Je pense que la vraie question est de savoir, alors qu'Internet occupe une place plus importante dans la vie des gens, quelle est la bonne régulation", a déclaré mardi 10 avril le milliardaire de 33 ans, avant de réitérer ses propos presque à l'identique mercredi.

Et d'admettre : "Les Européens ont raison sur certaines choses." Une phrase qui symbolise un tournant aux États-Unis. Contrairement aux Européens, les Américains ont très peu encadré la collecte des données personnelles jusqu'ici. L'administration Obama avait tenté en 2012 de faire passer - en vain - une législation plus protectrice des données personnelles. Mais les scandales à répétition, accompagnés d'une prise de conscience collective, plaident en faveur d'une nouvelle législation.

Lire aussi : Cambridge Analytica : comment savoir si vos données Facebook ont été captées

Vers un RGPD américain ?

Cette régulation, si elle voit le jour, pourrait éventuellement s'inspirer du fameux Règlement général sur la protection des données (RGPD), qui entrera en vigueur le 25 mai prochain. L'ancien patron de la FCC (l'autorité américaine de régulation des télécommunications, ndlr), Tom Wheeler, en fait même l'éloge dans une opinion du New York Times, où il laisse entendre que l'Europe pourrait devenir leader sur les questions de vie privée en ligne. Lors de l'adoption du RGPD, les États-Unis avait pourtant dénoncé un protectionnisme européen, comme le souligne Wired.

"L'Europe joue gros avec le RGPD. Nous devons faire la démonstration en 2018 que nos principes éthiques sont les bons, commentait mardi Isabelle-Flaque Pierrotin, présidente de la Commission nationale de l'informatique et des libertés. Si nous réussissons ce pari, alors nous aurons potentiellement un regard mondial. 2018 sera une épreuve de vérité collective."

Une "étape positive" pour Zuckerberg

Durant l'audition, qui a duré 10 heures au total, de nombreux sénateurs n'ont eu qu'un seul acronyme à la bouche : RGPD. Ce règlement européen se veut respectueux de la vie privée en ligne, en renforçant le droit à l'oubli ou en instaurant de nouveaux droits, comme la portabilité des données et le droit à la limitation du traitement. En cas de violation de règlement, les entreprises encourent jusqu'à 20 millions d'euros ou 4% de leur chiffre d'affaires annuel mondial.

Lire aussi : RGPD : neuf notions essentielles à retenir

Devant les sénateurs américains, Mark Zuckerberg a qualifié le RGPD "d'étape positive". Avant d'assurer vouloir donner "plus de contrôle" sur leurs données aux utilisateurs - tout en restant très évasif quant à la conformité du réseau social au RGPD. "Nous sommes encore en train de fixer les détails à ce sujet mais, dans les grandes lignes, dans l'esprit, cela devrait en reprendre la totalité", avait-t-il assuré à Reuters début avril. Le patron de Facebook n'a pas précisé lors de son audition si les droits seraient étendus aux utilisateurs américains.

Cette approbation lui a valu les remerciements ironiques de Vera Jourova, la commissaire européenne à la Justice et à la Protection des consommateurs. "Merci M. Zuckerberg !", a-t-elle lancé au cours d'une conférence de presse à Bruxelles, rapporte l'AFP. "Je cherchais comment faire campagne pour notre règlement sur la protection des données. Voilà, c'est fait."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2018 à 22:47 :
Le RGPD c'est une forme de protectionnisme, il ne faut pas le nier, dans le sens où il impose une révolution culturelle des entreprises du numérique.
D'un autre côté, cela peut aider à l'émergence d'un internet plus éthique, plus respectueux des utilisateurs. Si le RGPD est suffisamment visionnaire (ce qui reste à prouver au travers du baptême du feu), d'autres pays pourraient s'en inspirer... avec quelques années de retard, ça peut être une chance de creer un éco-système européen en avance et donc de gagner nettement en compétitivité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :